11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 22:32
Le pouvoir du cerveau, documentaire volet 2 : notre intelligence dévoilée

Synopsis :

Deuxième volet (la partie 1 est ici)

Comme la conscience, l’intelligence humaine a propulsé l’Homme au sommet de l’Évolution, en lui offrant de dominer le monde. Mais aujourd’hui, l’intelligence aurait peut-être atteint ses limites.
Après des millénaires d'évolution, les experts l'affirment : l'intelligence humaine serait sur le déclin. Nous serions plus lents que nos ancêtres et nos résultats aux tests de QI, après des décennies de hausse, plafonnent, voire baissent.
Ce documentaire, seconde partie d'une exploration du cerveau, compulse les théories de psychologues, de biologistes ou de neurologues. Quand bien même deviendrions-nous plus bêtes que l'homme de Cro-Magnon, la science fourmille d'idées pour stimuler notre matière grise. Une greffe de cellules cérébrales humaines sur des souris a ainsi décuplé leurs capacités... Le film dévoile aussi progressivement le fonctionnement de notre intelligence, le rôle des neurones, de la myéline, des astrocytes, un environnement bien plus sophistiqué et complexe que ce que mesure le QI. Comme l'explique dans le documentaire le philosophe Josef Schovanec, la créativité, en particulier, transcende notre intelligence rationnelle, et ouvre de larges horizons.

Repost 0
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 18:53
documentaire volet 1 déchiffrer la conscience à voir en bas de cet article :)

documentaire volet 1 déchiffrer la conscience à voir en bas de cet article :)

Déchiffrer la conscience

"Voyage dans l'étoffe de nos pensées ..."

 

Synopsis :

Avec les progrès de l’imagerie médicale, notre cerveau n’est plus une terra incognita. Mais qu’en est-il de notre conscience, ce sentiment de soi qui paraît si simple et qui est pourtant si difficile à expliquer ? Après s’être intéressée au dialogue entre ventre et cerveau, la réalisatrice Cécile Denjean se livre à une passionnante exploration des méandres de la conscience.

Peu à peu, grâce à l'imagerie cérébrale, les scientifiques parviennent à dessiner les contours de notre conscience...
Dans ce premier volet, de nombreux chercheurs - parmi lesquels le psychiatre Christophe André, ainsi que le moine bouddhiste et docteur en biologie cellulaire Matthieu Ricard, qui joue obligeamment les cobayes - témoignent et font partager leurs expériences les plus récentes, avec le renfort d'images en 3D et d'infographies. Des tests d'illusion d'optique montrent aussi comment la conscience peut être leurrée, preuve qu'elle constitue une interprétation de la réalité.
Sommeil, rêve, coma, méditation... : ce film sensible nous mène à la découverte d'un continent cérébral aussi vaste que mystérieux.

Notre conscience démarre dès les premiers instants de la vie par un amas de sensations : comme les adultes, les bébés perçoivent ce qui les entoure, avec juste un peu plus de lenteur. Puis, vers 2 ans, la conscience de soi s'enracine et ce récit intérieur gagne en complexité. Au fil d'une vie, il devient une "représentation de plus en plus sophistiquée du monde extérieur", comme l'explique le chercheur Stanislas Dehaene. Nourrie de souvenirs et de sensations, notre conscience se mue en une petite voix intérieure personnelle à chacun. "Notre interprétation de la réalité".....

Réalisatrice du Ventre, notre deuxième cerveau, diffusé par ARTE en janvier 2014, Cécile Denjean se livre à une ambitieuse exploration du cerveau en deux parties - elle a coécrit la seconde, réalisée par Amine Mestari. (nom du volet 2 : notre intelligence dévoilée .... à suivre ICI )

Ce documentaire peut être un peu déroutant pour certains car il nous montre que notre libre arbitre est très limité - (à mes consultants en principe j'annonce 90 pour cent d'inconscient, et cela effraie certains de n'avoir que 10 pour cent de conscience mais finalement les chiffres scientifiques nous parlent plus de cinq voire deux pour cent .... à charge pour nous d'élargir notre conscience en explorant justement notre inconscient et augmenter notre libre arbitre en se libérant des illusions, croyances ....) - mais  il existe des pistes pour élargir cette liberté de penser donc de prendre des décisions qui changent notre vie, "l'histoire que l'on se raconte" et donc celle de notre vie ......

 

Repost 0
Published by Elisabeth Rouzier - dans FILMS INSPIRANTS POTENTIEL HUMAIN
commenter cet article
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 12:10
"oups ! J'ma trompé :) " ou bien chouette l'erreur est humaine !!

"oups ! J'ma trompé :) " ou bien chouette l'erreur est humaine !!

Les 6 erreurs humaines :

1 - l'illusion qu'un gain personnel se fait toujours aux dépens des autres

2 - la tendance à s'inquiéter de choses que nous ne pouvons changer ou corriger

3 - Insister sur le fait qu'une chose est impossible parce que nous sommes incapables d'en venir à bout

4 - refuser de classer de côté des priorités en réalité insignifiantes

5 - négliger le développement et le raffinement de l'esprit et ne pas acquérir l'habitude de la lecture et de l'étude

6 - tenter de forcer les autres à croire les mêmes choses et à vivre de la même façon que nous

Marcus Tulius CICERON


=================================

1 - si tu veux avoir le plus haut immeuble de la ville, ce n'est pas en détruisant les autres que tu paraitras plus grand. Tu en recevras de plus, tôt ou tard les conséquences et il faudra les assumer.Tu n'as qu'à en construire un et même proposer du logement. Jamais tu ne peux te mettre en valeur en diminuant la valeur des autres, mieux vaut découvrir ta valeur et en faire profiter à toi et aux autres...

2 - Apparemment au 21 ème siècle, nous n'avons toujours pas corrigé cette erreur et nous continuons à dépenser de l'énergie à s'inquiéter, ce qui ne change rien ... Inutile de te préoccuper de ce qui est hors de ton pouvoir, car si tu n'as aucun pouvoir il est vain de s'en préoccuper, il est inutile de se préoccuper des choses que tu peux contrôler car si tu peux les contrôler à quoi bon se faire du souci. Soit on peut changer les choses ou pas, mais le souci n'est jamais la solution ...

3 - nous sommes nombreux à souffrir de ce pessimisme, ce n'est pas parce que nous ne voyons pas la solution qu'elle n'existe pas ... Nous pensons impossible ce que nous ne pouvons concevoir ... du temps de Cicéron, pouvaient ils soupçonner l'invention du téléphone, l'ordi , la navette spaciale et toutes les technologies actuelles, elles n'étaient pas conçues donc impossibles ? Personne n'en sait jamais assez pour être pessimiste. Ce que l'on ne peut imaginer aujourd'hui sera peut être banal ou acquis demain ... Avant de les vivre, je ne concevais pas les guérisons "miraculeuses" d'une médecine évoluée et basée sur d'autres concepts, l'énergie d'amour, la conscience qui perdure après la mort et que je puisse survivre à mon épreuve et renaître dans cette vie. Rien n'est définitivement impossible ....

4 - Nous sommes nombreux à consacrer la majeure partie de notre temps à des occupations mineures : nous gaspillons notre précieuse force vitale en nous préoccupant de ce que les autres pensent de nous, de notre apparence, notre vie se passe dans l'angoisse de querelles au travail ou à la maison et nos conversations ne sont souvent que bavardages, notre égo devient la force motrice de notre vie, une vie vidée de notre propre importance occupe tout le devant de la scène. Nous voyons la faim dans le monde et pourtant nous sommes impatients de nous faire servir au resto et nous ne finirons peut être même pas les plats.... Nous acceptons des situations dans le monde en pensant ne pouvoir rien faire et même dans notre propre vie , au lieu de vraiment nous consacrer à résoudre les choses, nous préférons souvent jouer aux jeux inventés par notre égo ....

5 - Nous lisons et nous cultivons souvent pendant les études ... une fois le diplôme en poche, nous arrêtons car nous basons ce travail sur la récompense et les notes, or le développement personnel ne s'arrête pas à l'école, il reste l'école de la vie et toute notre vie il est important d'apprendre .... la littérature et la spiritualité ont été une grande source d'enrichissement pour moi et j'ai découvert que l'ignorance est souvent le moteur de la peur et la base de la manipulation ... la connaissance se fait par soi bien sûr, mais se cultiver par choix est beaucoup plus gratifiant que par obligation ... chacun reste libre ... mais au temps d'internet tant de choses sont maintenant accessibles, nous ne pouvons dire que nous sommes ignorants et que l'on nous cache des choses ... c'est à nous de chercher en nous et avec les outils à notre disposition et de nous faire notre propre avis .... personne n'est bête, l'intelligence de coeur est à la portée de tous, encore faut il chercher à développer ses capacités ...nous sommes tous égaux, la différence si elle se fait, est par choix même si en apparence vous pensez ne pas l'avoir ... ne comptez que sur vous mêmes pour votre culture perso et choisissez les bons outils ....

6 - Nous commettons tous cette 6 ème erreur. Suivons le conseil de Voltaire dans son Candide, il faut cultiver son propre jardin . Intéressons nous à notre propre vie et occupons de nous au lieu des autres. Nous avons le sentiment d'être victime des autres quand ils se mêlent de nos affaires et cela crée des tensions, alors rappelons nous à l'ordre et ne le faisons pas nous mêmes. Nous avons tant à faire pour nous .. Si le voisin cultive des choux et nous du mais, chacun son choix ... soit nous nous battons pour défendre la meilleure culture, soit chacun le fait tranquillement et ensuite nous pouvons échanger nos richesses.

Si vous souhaitez remédier au fait que vous pourriez peut être commettre au moins une de ces 6 erreurs, quelques suggestions:


- intéressons nous à notre propre vie et aux façons de l'améliorer


- si nous sommes inquiets, question : pouvons nous remédier à notre préoccupation ? Si oui occupons nous en, sinon occupons nous à penser à autre chose ou à rien, la résolution existe, c'est le souci qui nous empêche d'avancer


- ne s'occuper de l'autre que s'il nous le demande clairement


- être conscient et respecter la valeur des autres même si elle ne nous apparait pas, découvrons notre propre valeur et mettons la en action


- rayer le mot impossible de notre vocabulaire, car on ne sait jamais .... Un problème insoluble attend juste sa solution..


- ne pas juger les autres, être conscient de ce que l'on fait à l'autre et cesser immédiatement dès qu'on le perçoit.


- s'occuper de nos projets de vie ou s'en trouver


- prendre du temps pour notre enrichissement personnel et se tenir informé en cherchant nous mêmes l'information, ne la subissons pas de la tv par exemple


- et toute autre suggestion qui corrige l'erreur humaine, elle n'est pas une faute, ce qui signifie que toute erreur est là pour notre apprenti-sage ... il serait temps d'y penser ... depuis Cicéron, il s'est écoulé du temps ... nous avons avancé sur d'autres plans matériels ou technologiques peut être mais nous n'avons pas beaucoup évolué au niveau de l'esprit (disons moins vite)... et même peut être reculés puisque nos vies et notre monde ne sont pas vraiment meilleurs, si ? Alors prouvons le contraire, rien n'est ............... impossible définitivement, rendons possible ce qui l'EST !!

Initialement écrit le 11 mai 2012 et partagé sur la page facebook Revelessencedesoi. J'ai laissé le texte tel quel sans retouche ....Aujourd'hui je l'aurais écrit différemment car cette verve "un peu rageuse" m'est passée avec les années mais je m'aperçois que j'ai appliqué depuis 4 ans ce que je partage et mon monde va beaucoup mieux. J'ai vraiment utilisé mes erreurs et les ai transformées en apprentie sage que je suis toujours ... A vous maintenant !!

Initialement écrit le 11 mai 2012 et partagé sur la page facebook Revelessencedesoi. J'ai laissé le texte tel quel sans retouche ....Aujourd'hui je l'aurais écrit différemment car cette verve "un peu rageuse" m'est passée avec les années mais je m'aperçois que j'ai appliqué depuis 4 ans ce que je partage et mon monde va beaucoup mieux. J'ai vraiment utilisé mes erreurs et les ai transformées en apprentie sage que je suis toujours ... A vous maintenant !!

Repost 0
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 10:56
A six mois tous les bébés choisissent le bonhomme vert qui symbolise l'altruisme, à 1 an 10 à 20 pour cent des bébés commencent à choisir le bonhomme bleu qui symbolise celui qui fait tomber les autres pour réussir .... L'enfant va ainsi continuer son "apprentissage" du système dans lequel il est né ... mais est ce trop tard ?
A six mois tous les bébés choisissent le bonhomme vert qui symbolise l'altruisme, à 1 an 10 à 20 pour cent des bébés commencent à choisir le bonhomme bleu qui symbolise celui qui fait tomber les autres pour réussir .... L'enfant va ainsi continuer son "apprentissage" du système dans lequel il est né ... mais est ce trop tard ?

A six mois tous les bébés choisissent le bonhomme vert qui symbolise l'altruisme, à 1 an 10 à 20 pour cent des bébés commencent à choisir le bonhomme bleu qui symbolise celui qui fait tomber les autres pour réussir .... L'enfant va ainsi continuer son "apprentissage" du système dans lequel il est né ... mais est ce trop tard ?

Je vous partage ci-dessous une vidéo d'une conférence du neurobiologiste :  Prof. Dr. Gerald Hüther de 15 minutes (vous allez pouvoir prendre le temps de la regarder ...). Elle est édifiante, à la fois elle nous éclaire sur l'installation du "formatage" de l'humain par rapport à un système de valeurs véhiculé par son entourage, tout d'abord familial, puis éducatif, en attirant toutefois notre attention sur le transgénérationnel in utéro, mais nous laisse sur une note d'espoir "réalisable" car il nous rappelle la neuroplasticité du cerveau et ce, jusqu'à un âge très avancé (il parle de 85 ans) dont le moteur d'activation des cellules neuronales serait le coeur, via L'ENTHOUSIASME. Je vous rappelle qu'étymologiquement enthousiasme vient du grec ancien ἐνθουσιασμός enthousiasmós (« transport divin »)

 

Le choix qu'ont les bébés entre le bonhomme vert altruiste et le bonhomme bleu qui "fait tomber l'autre pour réussir", me fait penser à l'allégorie de Matrix (reprise moderne de la caverne de Platon ) qui, TOUTE NOTRE VIE, nous propose un choix. En effet,la pilule bleue est le bonhomme bleu, celui qui "maintient" le système "neuronal" dans lequel nous sommes enfermés (cela peut être bien sûr notre système social mais également psy où nous voyons le monde à travers nos blessures et non la réalité, notre "structure mentale" ou système de pensées si vous préférez qui est la source de notre réalité) mais rien n'est perdu car à tout âge, nous pouvons changer nos orientations et la pilule rouge ou le bonhomme vert peuvent être choisis. 

 

En effet, la neuroplasticité du cerveau, peut nous conditionner dans un premier temps car bébés nous ne pouvons échapper à notre dépendance alimentaire, affective, nous sommes bien dépourvus et le choix est vraiment très limité d'autant que le transgénérationnel a conditionné nos parents et nous avec .... et que ce système pour notre inconscient a fait ses preuves, nous sommes "en vie" donc ça fonctionne mais c'est sans compter sur le petit bonhomme jaune, celui qui tombe dans le trou poussé par le bonhomme bleu (vous comprendrez avec la vidéo) .... là c'est l'histoire du terrier du lapin d'Alice aux pays des merveilles (ou bien la métaphore de Jules Verne dans voyage au centre de la terre), oui il tombe dans un trou, un gouffre, mais en meurt il ? Non, il ira visiter les entrailles de sa terre (formule VITRIOL de l'alchimiste « Visita Interiora Terrae, Rectificando Invenies Occultam Lapidem » ), il ira regarder les conditionnements qui l'ont mené là, ses ombres qu'il avait mises au placard et qui en réalité sont des merveilles, il les transformera avec le même outil qui les a mis en place mais à l'envers ...(neuroplasticité du cerveau), l'enthousiasme le poussera à évoluer et il sortira du trou et deviendra un bonhomme vert pour qui les bonhommes bleus ne pourront plus rien. Tendra t'il la main aux autres bonhommes jaunes ???? Oui et non car aider c'est simplement montrer le chemin, celui d'oser tomber dans le trou, et si la vie nous y a poussée par l'intermédiaire d'un bonhomme bleu c'est bien pour justement comprendre et en remonter. Le bonhomme vert montre simplement l'exemple et toujours par ce phénomène d'observation expliqué dans la vidéo, le bonhomme jaune apprendra de lui même inspiré par le bonhomme vert ou bien dés-inspiré par le bonhomme bleu (il a toujours le choix), il développera ses propres ressources et fort de ceci remontra la pente.... Le moteur physiologique (montré dans la vidéo) et psychologique est bien l'enthousiasme, la passion qui anime notre coeur, racine du mot courage et charisme. C'est pourquoi dans mon accompagnement, ou à travers mes articles, je vous montre la voie mais je ne fais rien à votre place, c'est votre précieux "libre arbitre" et liberté de choix, jusqu'à la fin de votre vie. Tout le monde a un conscient et un inconscient, un cerveau, et toutes les capacités qui vont avec ......

 

Vous l'avez compris tout ceci est du vécu ..... et je vous transmets cette vidéo comme un bonhomme vert que je n'ai pas choisi par naissance, conditionnée comme nous tous, puis du fond du trou, je suis revenue et j'ai démarré ma relation d'accompagnement et d'information qui m'anime profondément et est ma raison de vivre, ma raison du coeur et permet à mes petites cellules neuronales d'apprendre encore et encore, puis transmettre, à l'instar de ce vieil homme de 85 ans qui apprend le chinois pour sa belle (qui pour moi symbolise son anima, sa femme intérieure, sa muse ...) (rassurez vous mesdames, nous avons un animus, un guide :) )

Vous comprendrez mon message en regardant la vidéo ci-dessous à laquelle vous pouvez allez directement pour les petits lecteurs.

 

J'ai récemment partagé un article qui dit la même chose en parlant de nos gênes ici http://www.revelessencedesoi.com/2016/02/nos-etats-d-ame-modifient-notre-adn.html , mais un petit incident avec google a bloqué cet article alors peut être n'avez vous pas pu le lire (j'ai contacté google qui a tout remis en place, ils m'avaient mis en liste rouge, amusant tiens ils ont peut être voulu me faire prendre la pilule rouge :) ) 

Je précise que je n'alimente pas la thèse du "complot" véhiculé sur les réseaux et dont certains détournent le sens de "matrix" pour ce faire, car pour moi il n'y a pas de complot, juste que l'humain est ainsi fait et que tout est à double tranchant, à l'instar d'un couteau qui peut tuer ou faire un bon repas dans l'amour, la neuroplasticité de notre cerveau peut soit nous conditionner par adaptation, soit nous en faire sortir, c'est juste un choix que la vie nous propose tous afin d'évoluer et notre monde avec .... le petit bébé n'est pas si dépourvu qu'il en a l'air, c'est juste la graine, il poussera comment il a été arrosé, ensoleillé et soigné mais à tout moment n'oubliez pas cette expression "on peut reprendre de la graine".

 

Cette histoire n'est pas nouvelle en soi puisque Platon avec les ombres de sa caverne nous en parlait déjà, Alice a bercé notre enfance et nous pouvons comprendre son chemin en grandissant intérieurement, Matrix nous le fait revisiter et chacun comprend ce film soit pour de la Science Fiction au premier degré, soit qu'il le relie à son expérience, rien n'est ni bien, ni mal, le bonhomme bleu n'est pas mauvais, le bonhomme vert n'est pas meilleur et le bonhomme jaune n'est pas une victime, ce n'est pas un complot, c'est simplement le chemin d'adaptation d'abord et d'évolution ensuite de l'humanité .... et personne n'y échappe car comme le disait Jung "tout ce que tu n'auras pas regardé en toi, se retournera contre toi sous la forme de destin" mais ce n'est pas une fatalité car il nous reste l'enthousiasme, le coeur car pour citer encore Jung "Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l'apathie en mouvement".

 

C'est pourquoi, outre ma "profession", qu'elle soit "professionnelle" ou de Foi, toujours je vous partagerai mon expérience dans le coeur. Allez GO GO, osez suivre votre lapin blanc petits bonhommes jaunes encore dans le terrier, petits bonhommes bleus encore merci de jouer votre rôle qui nous y pousse et petits bonhommes verts, non non vous n'êtes pas des extra terrestres même s'il y parait encore pour beaucoup, vous êtes juste sortis de la matrice et vous contribuez à la "nouvelle terre".

 

Bien à vous,

 

Un neurobiologiste nous prouve que l'humain naît altruiste et bon et que le coeur est le moteur de notre cerveau !
 “Qui regarde dans le miroir de l’eau aperçoit, il est vrai, tout d’abord sa propre image. Qui va vers soi-même risque de se rencontrer soi-même. Le miroir ne flatte pas, il montre fidèlement ce qui regarde en lui, à savoir le visage que nous ne montrons jamais au monde, parce-que nous le dissimulons à l’aide de la “persona“, du masque du comédien. Le miroir, lui, se trouve derrière le masque et dévoile le vrai visage. C’est la première épreuve du courage sur le chemin intérieur, épreuve qui suffit pour effaroucher la plupart, car la rencontre avec soi-même est de ces choses désagréables auxquelles on se soustrait tant que l’on a la possibilité de projeter sur l’entourage tout ce qui est négatif. Si l’on est à même de voir sa propre ombre et de supporter qu’elle existe, une petite partie seulement de la tâche est accomplie: on a du moins supprimé l’inconscient personnel.”  Jung

“Qui regarde dans le miroir de l’eau aperçoit, il est vrai, tout d’abord sa propre image. Qui va vers soi-même risque de se rencontrer soi-même. Le miroir ne flatte pas, il montre fidèlement ce qui regarde en lui, à savoir le visage que nous ne montrons jamais au monde, parce-que nous le dissimulons à l’aide de la “persona“, du masque du comédien. Le miroir, lui, se trouve derrière le masque et dévoile le vrai visage. C’est la première épreuve du courage sur le chemin intérieur, épreuve qui suffit pour effaroucher la plupart, car la rencontre avec soi-même est de ces choses désagréables auxquelles on se soustrait tant que l’on a la possibilité de projeter sur l’entourage tout ce qui est négatif. Si l’on est à même de voir sa propre ombre et de supporter qu’elle existe, une petite partie seulement de la tâche est accomplie: on a du moins supprimé l’inconscient personnel.” Jung

La matrice n'est pas un complot, c'est simplement notre structure mentale et neuronale qui en découle qui crée nos comportements et notre réalité

La matrice n'est pas un complot, c'est simplement notre structure mentale et neuronale qui en découle qui crée nos comportements et notre réalité

Repost 0
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 12:41
Nos états d'âme modifient notre ADN

"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme"

nous disait Rabelais dans Gargantua.

..... mais également le contraire est vrai "Conscience sans science peut laisser errer l'âme" dirai je. 

Bien sûr vous me direz qu'un être conscient n'a pas besoin de cela. En tous cas, j'en ai eu besoin et je suis toujours très curieuse et émerveillée de la nature humaine que cela soit au niveau psy ou phy. Cela a été un soutien pour moi quand j'ai commencé à "changer de paradigme" et que ma réalité vacillait, ainsi chaque avancée scientifique qui explorait l'invisible me confortait que ce que je découvrais par la voie intuitive n'était pas pure folie mais également cela aidait mon petit moi à élargir ses croyances limitantes et sa vision du monde. Ce que l'on croit possible ou que l'on comprend peut se manifester dans notre réalité. 

Cette "science" l'est aussi auprès de docteurs en psychanalyse, tels que Carl Gustav Jung qui m'a beaucoup aidée (surtout que lui également a connu la "nuit noire de l'âme" qui nous fait flirter un temps avec la folie...) mais je n'ai vraiment accepté, compris et donc multiplié, les synchronicités que je manifestais et décryptais sur mon chemin seulement quand j'ai découvert qu'il avait une relation épistolaire soutenue pendant des années avec Mr Pauli, physicien quantique nobelisé ...  et que finalement la création de notre réalité, bah c'est scientifique :) donc rationnel !! 

Aujourd'hui cela m'aide dans ma profession d'accompagnement pour "rassurer" les personnes quand nous allons visiter en hypnose d'autres mondes ou même pour attirer leur attention sur leur gestion émotionnelle, sur leur pensées .... ou encore pour leur faire comprendre que rien n'est figé grâce à la neuroplasticité de leur cerveau ou ici justement ci-dessous l'épigénétique....

Ainsi je suis passionnée et goulue de tout ceci et outre les derniers articles partagés récemment sur mon profil fb (Hugues Duffau très décrié avant d'être nobelisé) qui nous montrent que notre cerveau se répare et s'agence de lui même, que ces fameuses zones délimitées ne le sont plus ou encore qu'hémisphères gauche ou droit ne veulent plus rien dire ... la science avance et ces pionniers, souvent qui du coup finissent eux mêmes, scientifiques, par se relier à la conscience, apportent beaucoup à ceux qui veulent bien piocher et se documenter pour nourrir leur voie d'évolution de conscience. Je dis ceci car, je reçois à mon cabinet des personnes de voie scientifique et souvent, malheureusement, cantonnées à "un seul domaine de leur science" n'ont pas pris la peine de se documenter et arrivent très limitées dans leur ouverture d'esprit ... le dernier en date me décriait la mémoire de l'eau et l'homéopathie, le placébo ... et n'était même pas au courant que le professeur Luc Montagnier, nobel lui aussi, avait repris avec succès les travaux de Jacques Benvéniste si décrié lui aussi, REP, ..... voilà pourquoi, même si cet article source de 2010, date un peu, il est encore bien d'actualité pour certains.

Que cela puisse alimenter votre quête de conscience et de science.

Bien à vous

Elisabeth Rouzier

 

PS : Vous avez aimé l'article "comment l'esprit agit sr la matière" que vous pouvez relire ici http://www.revelessencedesoi.com/2015/05/comment-l-esprit-agit-sur-la-matiere.html et qui résume bien toutes ces avancées ....

 

---------------------------------------------------------------------------------------------

Voici l'article que je vous partage aujourd'hui et sa source à télécharger au bas de cette page

 

 

A contre-pied du déterminisme implacable du « tout­génétique », de nombreux chercheurs observent aujourd’hui que nos expériences, nos émotions, nos actions façonnent l’expression de nos gènes en permanence. Si l’on sait depuis longtemps que le stress et les traumatismes psychiques influent à la fois sur les comportements et sur la santé, les récents travaux montrent qu’ils attaquent directement notre ADN.

Violences, mauvais traitements, abus sexuels, abandon et autres traumatismes psychologiques laissent une trace indélébile à l’âge adulte, comme l’avait déjà observé Sigmund Freud il y a plus d’un siècle. Depuis, une multitude d’études cliniques l’ont confirmé : ceux qui ont subi de grands traumatismes dans l’enfance sont globalement plus sujets à la dépression, à la toxicomanie, aux comportements asociaux, mais aussi à l’obésité, au diabète et aux maladies cardiovasculaires. Pis, ce mal-être s’ancre parfois en nous… avant la naissance ! Car d’autres études montrent que les enfants dont la mère a subi un stress psychologique prolongé ou un traumatisme psychique intense pendant la grossesse ont plus de risques que les autres d’être anxieux, dépressifs, voire schizophrènes. C’est un fait que la psychologie a établi et qui fait consensus : il existe un lien entre traumatismes psychiques et comportements. Quel lien ? Comment des expériences négatives peuvent-elles s’inscrire dans l’organisme, au point d’affecter durablement le comportement ou la santé ?

L’EFFET DE L’ESPRIT SUR LE CORPS

Le secret de cette empreinte biologique serait niché au cœur de nos cellules, là où les effets du stress perturbent l’organisme en s’attaquant à l’ADN. Ce pouvoir étrange de l’esprit sur le corps, la biologiste australo-américaine Elizabeth Blackburn, prix Nobel de médecine 2009, et Elissa Epel, psychiatre à l’université de Californie, l’ont montré en 2004 en comparant l’ADN de mères d’enfants en bonne santé à celui de mères d’enfants atteints d’une maladie grave et chronique, comme l’autisme ou un handicap moteur et cérébral. Eh bien, chez ces dernières, soumises au stress psychologique chronique, l’ADN présente des signes de vieillissement précoce… Comme s’il était « rongé » par l’angoisse. Plus précisément, c’est l’extrémitédes chromosomes qui est atteinte. En effet, au cœur des cellules, l’ADN est condensé sous forme de chromosomes, à l’extrémité desquels se trouvent des « capuchons » appeléstélomères qui les protègent de l’érosion au fil des divisions cellulaires.

Cependant, ils raccourcissent progressivement au fur et à mesure que la cellule vieillit. Or, chez ces mères angoissées, les télomères sont anormalement courts, reflétant un vieillissement accéléré de 9 à 17 ans ! « Nous observons ainsi un lien direct entre les émotions et ce qui se passe dans la cellule, précise Elissa Epel. Et nous avons aussi constaté que lorsque le niveau de stress diminue la longueur des télomères augmente ! » Comment le stress pourrait-il raccourcir les télomères ? « On ne comprend pas encore le mécanisme, reconnaît Elizabeth Blackburn. Nous cherchons du côté des interactions entre le cortisol, l’hormone du stress, dont le taux élevé est associé à une réduction de l’activité de la télomérase, la molécule chargée de l’entretien des télomères. »
Fixés aux extrémités de chaque chromosome, les télomères raccourcissent progressivement au fil de l’âge. Mais un stress chronique peut les réduire de manière anormale, jusqu’à accélérer le vieillissement cellulaire de plusieurs années (->).

UN RÉSULTAT FASCINANT

Les changements de méthylation temporaires sont visibles sur l’hippocampe d’un rat soumis à un stress important. A dr., les groupements méthyles, en noir, sur les gènes des neurones, ont disparu.

Mais ce n’est pas tout. Car non content de s’attaquer aux télomères, l’état de stress inscrit sa marque directement sur nos gènes, modifiant de façon ciblée et durable certains de nos comportements. Cette action relève d’un phénomène biologique dont l’importance se dévoile de plus en plus aujourd’hui : l’épigénétique, terme désignant les modifications chimiques qui affectent l’ADN, autres que les mutations qui touchent la structure même de la molécule. Ces modifications épigénétiques sont comme de petites « étiquettes » – des groupements méthyles – qui indiquent à la machinerie cellulaire quels gènes elle doit utiliser ou, au contraire, ignorer. A la clé ? La méthylation empêche physiquement l’expression des gènes en se plaçant sur l’ADN (voir infographie).

Or, les biologistes constatent que stress et traumatismes psychiques entraînent des erreurs d’étiquetage épigénétique dans la zone cérébrale qui gère les émotions, l’hippocampe… Une équipe menée par MichaelMeaney, à l’université McGill (Canada), l’a montré en 2004 en comparant le cerveau de bébés rats cajolés par leur mère à ceux de ratons délaissés. Le délaissement induit des modifications épigénétiques qui bloquent le gène utilisé pour produire le récepteur aux corticoïdes dans l’hippocampe. Or, ce récepteur contrôle la réponse au stress en réduisant le taux sanguin de cortisol, l’hormone libérée en cas de stress. En clair, les rats délaissés possèdent moins de récepteurs au cortisol, et sont alors moins armés pour faire face au stress. Perpétuellement angoissés, ils souffrent de troubles de la mémoire et d’un comportement dépressif. Même à l’âge adulte, le moindre dérangement prend chez eux des proportions alarmantes… 


Ces deux souris Agouti sont dotées d’un gène de la couleur du pelage identique. Selon le degré de méthylation de ce gène, lié au stress, l’une est jaune, avec même une susceptibilité à l’obésité, et l’autre brune et sans problème de santé (->).Or, les biologistes constatent que stress et traumatismes psychiques entraînent des erreurs d’étiquetage épigénétique dans la zone cérébrale qui gère les émotions, l’hippocampe… Une équipe menée par Michael Meaney, à l’université McGill (Canada), l’a montré en 2004 en comparant le cerveau de bébés rats cajolés par leur mère à ceux de ratons délaissés. Le délaissement induit des modifications épigénétiques qui bloquent le gène utilisé pour produire le récepteur aux corticoïdes dans l’hippocampe. Or, ce récepteur contrôle la réponse au stress en réduisant le taux sanguin de cortisol, l’hormone libérée en cas de stress. En clair, les rats délaissés possèdent moins de récepteurs au cortisol, et sont alors moins armés pour faire face au stress. Perpétuellement angoissés, ils souffrent de troubles de la mémoire et d’un comportement dépressif. Même à l’âge adulte, le moindre dérangement prend chez eux des proportions alarmantes…

Ce fascinant résultat peut-il être extrapolé à l’homme ? Oui, répondent les mêmes chercheurs qui, en mars 2009, ont publié les résultats de l’analyse du cerveau de personnes décédées par suicide, certaines ayant été victimes de sévices sexuels dans l’enfance, d’autres non. Chez celles ayant subi des abus, le gène du récepteur aux corticoïdes est bloqué par une méthylation de l’ADN des neurones… de l’hippocampe, tout comme chez les rats abandonnés. « Ces personnes ont donc naturellement un taux de cortisol élevé, ce qui est souvent associé à un état dépressif majeur », explique Moshe Szyf, l’un des auteurs de l’étude. Ainsi, en affectant les gènes qui permettent de lutter contre les tensions, les traumatismes précoces altèrent durablement la capacité à surmonter les difficultés, favorisant le risque suicidaire.


Depuis deux ans, les études qui confirment le rôle de l’environnement et du vécu dans l’apparition des troubles mentaux se multiplient. En 2008, des chercheurs canadiens du Centre de l’addiction et de la santé mentale, à Toronto, ont comparé le cerveau de personnes atteintes de schizophrénie ou de troubles bipolaires à celui de témoins. Chez les premières, 40 gènes présentaient une méthylation anormale. Or, ces gènes s’avèrent pour la plupart impliqués dans le développement cérébral ou la transmission des messages entre les neurones.

Certes, les scientifiques sont encore loin de pouvoir faire la part du biologique dans les maladies psychiatriques. Mais certaines données sont troublantes : c’est parfois en remontant très loin dans l’histoire d’un individu, avant sa naissance, que l’on trouve la « source » de la maladie. Ainsi, en 2008 également, une étude danoise menée sur 1,38 million de femmes a montré que le fait d’être confronté à la maladie ou au décès d’un proche juste avant ou pendant la grossesse augmente de 67 % le risque de schizophrénie chez l’enfant à naître. En outre, lorsqu’une femme est dépressive ou anxieuse pendant sa grossesse, le bébé a tendance à présenter un marquage épigénétique anormal sur le gène du récepteur aux corticoïdes. Avec pour conséquence un nourrisson au taux de cortisol élevé, très sensible au stress.

La preuve que nos gènes gardent la cicatrice des événements vécus avant même la naissance ! « Je pense que la plupart des maladies chroniques comme l’asthme, le cancer, le diabète, l’obésité et des maladies neurologiques (autisme, troubles bipolaires, schizophrénie) résultent en partie d’une mauvaise régulation épigénétique lors des premiers stades de développement », estime Randy Jirtle, directeur du laboratoire d’épigénétique à la Duke University, aux Etats-Unis. Alors que le génome d’un individu reste très stable au cours de sa vie, l’ensemble des marques épigénétique qui régulent l’expression des gènes – son « épigénome » – varie constamment, en réaction aux variations extérieures… Et c’est justement son rôle : « L’épigénome est une interface entre nos gènes, qui sont statiques, et notre environnement, variable », explique Randy Jirtle. Ainsi, la « partition »génétique reste la même, mais son interprétation peut varier au cours de la vie, en fonction de son marquage épigénétique.

DES EMPREINTES POSITIVES

Mais alors, si le marquage épigénétique est dynamique, serait-il réversible ? L’expérience de chercheurs de l’université Rockefeller, à New York, le laisse penser. Ils ont réussi en novembre 2009 à « annuler » les effets épigénétiques causés par le stress dans le cerveau de souriceaux, en leur donnant… du Prozac, un anti-dépresseur. Mieux, la trichostatine A, un médicament proche du valproate, utilisé pour réguler les troubles de l’humeur dans certaines psychoses, a permis de supprimer le marquage épigénétique anormal et de corriger le comportement de rats adultes ayant été négligés par leur mère à la naissance. 


En outre, les émotions positives peuvent heureusement, elles aussi, laisser leur empreinte. En 2008, des travaux menés au Massachusetts General Hospital ont montré que huit semaines de relaxation suffisaient à modifier l’expression de plusieurs centaines de gènes, selon un profil totalement opposé à celui induit par le stress. Par ailleurs, une nouvelle étude menée à l’université de Saarland, à Hambourg, vient de montrer que l’activité physique ralentit le raccourcissement des télomères dans les globules blancs. De son côté, Elissa Epel lance une étude pour étudier les effets de la méditation sur la longueur des télomères.Mais alors, si le marquage épigénétique est dynamique, serait-il réversible ? L’expérience de chercheurs de l’université Rockefeller, à New York, le laisse penser. Ils ont réussi en novembre 2009 à « annuler » les effets épigénétiques causés par le stress dans le cerveau de souriceaux, en leur donnant… du Prozac, un anti-dépresseur. Mieux, la trichostatine A, un médicament proche du valproate, utilisé pour réguler les troubles de l’humeur dans certaines psychoses, a permis de supprimer le marquage épigénétique anormal et de corriger le comportement de rats adultes ayant été négligés par leur mère à la naissance.

« En fait, le message de l’épigénétique est optimiste. Ses empreintes peuvent être inversées, et nous cherchons maintenant à utiliser des médicaments agissant sur ce marquage pour soigner les maladies mentales, explique Moshe Szyf. Il y a aussi des chances pour que le soutien social et psychologique suffise à corriger le marquage épigénétique chez les personnes à risque ». Ainsi, contrairement à ce qu’affirmaient les scientifiques dans les années 1990, nous ne sommes pas uniquement le produit de nos gènes. Nos expériences, nos émotions, nos actions façonnent l’expression de ces gènes en permanence. Avec la certitude que rien n’est irrémédiable.

 

TRANSMIS SUR AU MOINS DEUX GÉNÉRATIONS


Empreinte de nos expériences au cœur de nos cellules, le marquage épigénétique de nos gènes peut se transmettre à la descendance. Et lui faire ainsi subir le poids de notre passé. C’est ce que révèle une étude célèbre, menée en 1992 sur la famine ayant frappé les Pays-Bas en 1945. En réaction au manque de nourriture, les bébés conçus à cette période étaient plus petits que la moyenne, et avaient plus de risque, à l’âge adulte, d’être atteints de diabète ou de maladie cardiovasculaire. Jusque-là, rien que d’attendu. Mais ce qui étonne, c’est que leurs propres enfants souffrent eux aussi d’un faible poids de naissance et d’une mauvaise santé.

La cause ? L’empreinte épigénétique laissée par la famine a été transmise sur deux générations. Certes, les marques épigénétiques sont réversibles et malléables, mais elles peuvent donc aussi être transmises presque à l’identique à la descendance. A une condition : qu’elles soient « imprimées » dans les spermatozoïdes ou les ovules. Or, le stress psychologique, lui, ne semble laisser ses marques que dans le cerveau. « Il est possible que les abus subis dans l’enfance entrainent des changements épigénétiques dans les cellules reproductrices, mais nous n’en savons rien », conclut Moshe Szyf. La question reste donc ouverte.

Source à télécharger en pdf ci-dessous. – SCIENCE & VIE > Mars > 2010
 

 

article source complet format pdf : Science et Vie mars 2010 p 99 à 103

Nos états d'âme modifient notre ADN
Repost 0
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 08:53
le cerveau ou les galaxies ont le même schéma, matière grise et matière noire se ressemblent .... et si vous vous occupiez de votre arbre des possibles ou de vos impossibles :)
le cerveau ou les galaxies ont le même schéma, matière grise et matière noire se ressemblent .... et si vous vous occupiez de votre arbre des possibles ou de vos impossibles :)
le cerveau ou les galaxies ont le même schéma, matière grise et matière noire se ressemblent .... et si vous vous occupiez de votre arbre des possibles ou de vos impossibles :)

le cerveau ou les galaxies ont le même schéma, matière grise et matière noire se ressemblent .... et si vous vous occupiez de votre arbre des possibles ou de vos impossibles :)

Comme vous le savez, je n'ai plus guère le temps de vous écrire mais quand même de temps en temps j'ai des "pensées" pour vous, même au coeur de mon activité.

Ce matin, alors que je viens de raccrocher d'avec une future consultante, que j'ai "recadrée" avant notre prochaine rencontre, je me suis dis : "tiens à chaud et vite fait si j'en faisais profiter mes fidèles lecteurs(rices) de revelessencedesoi" , surtout celles et ceux qui régulièrement m'écrivent de petits messages me disant que mes mots mettent de la lumière sur leurs maux. Sachez déjà que si je touche juste la plupart du temps, c'est bien sûr parce que je suis une professionnelle et que donc je m'y suis intéressée de plus près, que chaque jour j'y suis confrontée et que finalement l'hypnologue déshypnotise plus qu'autre chose mais surtout et grand surtout c'est parce que j'y suis passée en tant qu'humaine et qu'encore et encore je me recadre régulièrement entre moi et moi ou plutôt entre mon Soi et mon petit moi qui a besoin d'être guidé, entendu, de bienveillance et de l'inviter à modifier ses croyances. Son auto hypnose saboteuse et nocébo (je me nuirai) doit sans cesse être réharmonisée en porteuse et placébo (je me plairai) car nos pensées créent notre réalité, ce n'est plus à prouver.

Notre réalité, notre quotidien tangible, nous aide justement à retourner en nous voir comment nous avons bien pu créer cela afin de changer la donne et là bien souvent est la racine, celle qui ne se voit pas mais qui soutient l'arbre ou bien le contraire. Avez vous remarqué comme notre système interne est végétatif ? Nos poumons, notre système sanguin, neurologique, nerveux ... tout ressemble à un arbre à l'instar de la galaxie d'ailleurs. Je vais écrire cet article en écriture automatique et au kilomètre, alors veuillez m'excuser si cela part un peu en vrille mais souvent j'ai des choses à vous raconter et puis comme "il faut" bien présenter, ordonner et bla bla bla, je ne le fais pas et vous ne profitez pas de certaines choses qui peut être vous serait bien utiles, ce matin tant pis, je prends l'ordi et je tapote, on verra bien ...

Aujourd'hui je vais vous parler "vite fait" d'une expression ou pire encore je dirais d'une croyance commune véhiculée par l'inconscient collectif, anodine, normale, passe partout et qui à terme amène à beaucoup de maux qui auraient pu être évités en amont. C'est donc à la racine que je veux en venir ce matin, la racine de votre arbre finalement....

Vous la connaissez cette petite expression

" bah ce n'est pas grave c'est juste dans la tête" ....

On va consulter parce que l'on a mal ici ou là, et la médecine allopathique ne trouve rien .... pour l'instant ...alors on fait cesser la douleur par quelque moyen que ce soit, on se dit que c'est dans la tête donc pas grave ..... pour l'instant .... Ou alors "que l'on se fait des idées", oui c'est exactement cela on se FAIT des idées, nos idées, pensées se matérialisent. Il y a quelques années, j'avais une douleur persistante au côté droit, elle me réveillait la nuit, m'accompagnait, parfois diffuse, parfois aigüe ..... on m'a fait tous les examens possibles et rien nib nothing .... mais la douleur était là et criait .... puis la vie m'a fait crier intérieurement dans le coeur et j'ai trouvé un instinct de conservation tout d'abord, puis une force intérieure suffisante pour quitter tout ce que je vivais et avais .... pour l'inconnu, l'aventure, le terrible, j'ai passé une grosse épreuve de vie et quelques temps après, je me suis souvenue ..... tiens c'est bizarre cette douleur au côté droit a disparu .... comme par enchantement ...... c'est mon système d'alerte interne que mes besoins ne sont pas entendus, que je me renie, que je me raconte une histoire dans la tête qui ne me sert pas ....... et parfois, du jour où j'ai identifié cela, elle se rappelle à moi, en sourdine, si rarement que je n'y ai pas prêté attention d'autant que désormais je m'écoute, je précède même mes besoins ..... mais récemment elle est revenue, douce, diffuse et j'ai pu conscientiser cela.... Elle se situe pour moi dans le Foie, siège de l'âme, Hun pour les chinois ... cela peut être une colère refoulée, non autorisée, non transformée en action (pour soi et non contre l'autre) ... enfin c'est mon petit code d'alerte de dernier recours .... il y en a bien d'autres avant. Si je ne l'écoute pas une mal a dit viendra c'est assuré, comme cet avocat qui m'envoie désormais ses clientes (oui plutôt des femmes) car il a remarqué que dans les histoires juridiques qui traînent et pour un certain type de personnes qui "prennent trop à coeur", "se font de la bile" , elles finissent par tomber malades et n'arrivent pas jusqu'à l'issue du jugement ..... c'est ainsi, elles se punissent finalement, elles se refont l'histoire, elles se font mille fois ce qu'on leur a fait une seule fois, elles veulent que justice soit rendue et finalement sont injustes avec elles, elles établissent des scénarii pires que ce que finalement elles ne seront pas en santé de vivre et voir .... je l'ai vécu alors je sais .... mais juste à temps, j'ai retourné les pensées et le jugement s'est retourné en ma faveur .... c'est ainsi ......Notre tribunal intérieur juge bien avant que cela ne se déroule dans un tribunal à l'extérieur. C'est la vie qui régit les lois, si on souhaite contrôler ce processus, cela ne nous sert pas, cela enferme dans un entonnoir tous les possibles que la vie a de disponible pour nous, nous voulons que cela soit comme ceci ou comme cela, que l'autre soit puni et en attendant que la justice des hommes, bien lente, fasse son ouvrage, nous le commençons en nous, en nous punissant autrement ... sans le savoir, en souhaitant la punition de l'autre, nous restons dans l'état de victime ... tout d'abord certainement dans les faits, puis dans l'effet, puis en pensée, puis en action contre nous, puis cela finit par se matérialiser dans notre corps ..... C'est en cela que le pardon est un don pour soi et qu'il est libérateur, c'est en cela que le lâcher prise finalement permet à la vie de faire son ouvrage et de rendre à César, comme elle l'entend, ce qui est à César. Quand on veut contrôler c'est que l'on se croit plus fort que la vie elle même et que l'on veut qu'elle fasse selon nos 5 pour cent de conscient, selon nos limites, mais elle a bien plus d'une astuce dans son sac et parfois, elle rend à César par une autre personne, un autre évènement que l'on ne peut imaginer puisque notre champ des possibles est limité par notre pensée, par nos croyances......

 

Ma cliente m'a donc dit ce matin "ce n'est que dans la tête", en fait tout est là, oui c'est dans la tête et c'est là qu'il est nécessaire de libérer, d'effacer, de recadrer, de changer, d'ouvrir. Cela ne se voit pas et c'est pour cela que notre inconscient, notre quantique, lui, va nous prévenir des conséquences de cette tête qui fonctionne trop et souvent mal, désolée. Tout d'abord une pensée, issue d'une croyance, elle même issue d'une histoire mal vécue émotionnellement,  se présente, elle est nocébo (je me nuirai; Votre inconscient sait que si vous nourrissez cette pensée, cela va se matérialiser dans votre vie, votre corps, votre matière, ce n'est pas bon pour vous, en tous cas pas pour d'autres désirs, besoins légitimes que vous nourrissez parallèlement, il vous envoie donc un message en retour pour vous avertir, le plus souvent une émotion inconfortable, car même s'il est surpuissant, il ne peut pas vraiment court-circuiter votre système ou alors il le fera souvent pour la survie ou un bénéfice secondaire inconscient (même si consciemment vous pensez le contraire :) ce sont des conflits intérieurs subtils bon bref) et là qu'en faîtes vous, que faîtes vous de ce précieux message émotionnel? Beurk je n'en veux pas, c'est la faute de l'autre, de l'évènement mais certainement pas de votre pensée qui est juste, alignée, correcte, vous avez raison non ? Alors vous allez lutter contre cette émotion, la retenir, la laisser tourner en rond, ou bien pire comme cette émotion vous met en ébullition ou vous aide à plonger en vous, vers votre ombre, votre racine, elle va donner lieu à une nouvelle pensée encore plus nocébo et cela va s'empirer .... ou bien si vous ne savez pas quoi faire de ceci, vous allez la balancer en paroles ou en acte sur le premier qui passe, votre enfant, votre conjoint, votre ami, le monde, la vie, bien entendu il, elle n'en veut pas de votre truc alors il vous le rend, souvent additionné de sa propre émotion et cela prend des proportions ... pour ces fameuses clientes que l'avocat m'envoie, il est bien évident que c'est lui qui se prend les retours .... d'affection (étonnant comme ce mot veut à la fois dire soit disant amour et maladie non ?) .... puis ce cercle vicieux va bien entendu se matérialiser en obstacle, épreuve, rencontres de personnes qui vous renvoient ceci, des blocages ... en sortir ? Euh non parce que je ne sais pas qu'autre chose, une autre solution existe .... Changer mon état d'esprit, mes pensées, mes croyances, euhhhhh, c'est moi qui ait raison ou non ? Vais je lâcher mes positions ?

Voilà je ne vais pas vous faire un tableau, si ce n'est rien que dans la tête en fait oui c'est grave d'un sens et non de l'autre car si ce n'est encore que dans la tête, c'est que ce n'est pas encore visible ailleurs en maladie, juste peut être dans le miroir de votre vie, dans la situation que vous vivez, en projection sur l'autre, donc rien de grave, juste un petit recadrage, une nouvelle vision, aller visiter cette racine inconsciente invisible mais bien ancrée pourtant dans votre matrice, comme la terre l'est pour le végétal, dans vos connections neuronales (neuroplasticité du cerveau cela peut évoluer), dans votre adn (épigénétique cela peut changer) ... peut être étendre vos racines, peut être en couper certaines pour qu'elles repoussent et se divisent plus large, peu importe, c'est bien là dans vos racines au coeur de votre matrice, que tout est possible ou impossible, c'est là que le bas (oui oui le bas de l'iceberg) blesse et c'est là que tout se crée.

Bah, c'est pas grave, c'est juste dans la tête, une idée comme ça qui m'est passée et je me suis dit "tiens si je laissais courir mes doigts sur le clavier, que vont ils me raconter ? " , une idée,une pensée et tiens la voilà matérialisée par ce petit bout de texte, J'ai bien une autre pensée qui se dessine, du style, ah ce matin, tu avais pourtant tant d'autres choses importantes à faire et un petit pincement vient se loger au creux de mon ventre, mon cerveau intestinal me rappelle mes besoins primordiaux et puis j'écoute et je me dis stop, mon coeur est léger, je souris et je décide de ne pas nourrir cette nouvelle pensée qui me ferait culpabiliser, à quoi me servirait elle ??? Simplement je ne vais pas relire, je vais appuyer sur la touche envoi et je vais oublier et partir vaquer à mes occupations. Que ce petit message vous soit utile et miroir et vogue sur la mer des partages.

Bien à vous

Hypnologue, hypnothérapeute, psychoénergéticienne, coach intuitive - demandez votre consultation en ligne ou cabinet à la rubrique contact

Hypnologue, hypnothérapeute, psychoénergéticienne, coach intuitive - demandez votre consultation en ligne ou cabinet à la rubrique contact

merci de vos partages

merci de vos partages

Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut dixit la table d'Emeraude texte de référence alchimique - femmealchimiste.com - voiealchimique.com (mes bébés à naître)

Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut dixit la table d'Emeraude texte de référence alchimique - femmealchimiste.com - voiealchimique.com (mes bébés à naître)

Repost 0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 10:21
s'offrir dans sa vulnérabilité est une des forces du coeur, l'accueillir dans l'instant en est une autre, voici une des facettes de l'Amour Véritable et inconditionnel - Elisabeth Rouzier

s'offrir dans sa vulnérabilité est une des forces du coeur, l'accueillir dans l'instant en est une autre, voici une des facettes de l'Amour Véritable et inconditionnel - Elisabeth Rouzier

Aujourd'hui j'ai envie de vous inviter à oser votre vulnérabilité, que vous soyez un homme ou une femme.

La vulnérabilité est une étape de croissance transitoire entre le confort devenu inconfortable de la coquille de l'égo et une nouvelle force qui n'a plus besoin de protection, de carapace, d'armure. Ce pas sage est rarement une décision intérieure, souvent la vie nous pousse à cette étape que certains pensent à tort être une fragilité.

Pour vous aider à comprendre, je vais utiliser une métaphore de ma création que je propose souvent à mes consultants pour les rassurer car ils se croient démunis, alors qu'en fait ils sont en train d'évoluer. Si j'en parle si bien, c'est que j'y suis passée et régulièrement je la revisite, à chaque étape qui va précéder une nouvelle croissance intérieure. Elle a cette particularité de nous recentrer, nous ramener vers l'humus et nous éviter l'égo spirituel, rien n'est jamais acquis, tant qu'il y a de la vie, il y a croissance et maturité.

Il est une expression péjorative qui dit "tu n'es qu'un gland" et c'est vrai que tant que nous sommes dans l'égo, c'est exactement ce que nous sommes mais ce gland contient le chêne, il est un potentiel, il n'est pas un état définitif, c'est le point de départ. La nature humaine est bien faite et cet égo si critiqué, c'est simplement notre petit moi, celui qui ne demande qu'à grandir. Simplement un jour, étant enfants, nous avons rencontré notre blessure ou nos blessures existentielles et fort démunis nous avons construit notre armure, coque, masque social, égo, peu importe. Cela nous protège un temps et nous donne l'impression d'avoir une certaine force, souvent une force que je qualifie de réactionnelle car les seules réponses qu'elle propose sont de réagir quand les personnes viennent appuyer sur nos boutons rouges. C'est le niveau de la dualité, en perpétuel duel, nous luttons pour survivre, ou bien nous proposons une image de nous afin d'être acceptés, aimés, reconnus .... et ce même dans l'intimité, à tel point que nous finissons par croire que nous sommes cette coquille, que nous sommes un gland et avec cette identification au petit moi, tous les problèmes de manque de confiance en soi, d'estime de soi, d'impression de vide .... Cette coque est bien pratique mais l'inconvénient majeur c'est qu'elle nous empêche de grandir. Ainsi dans ces duels, nous constatons que dans ces échanges, nous avons l'âge de notre blessure et non la maturité qui devrait venir avec l'âge. C'est ainsi que beaucoup ne grandiront jamais et qu'ils resteront à jamais des glands et pour en venir à ma métaphore c'est ainsi que beaucoup de glands sont en terre mais que seulement certains deviendront des chênes.

Le petit gland est tombé du chêne, la terre l'accueille et lui propose le tapis d'humus, d'humilité à la fois mais de terreau fertile et abondant également. S'il ne regarde que l'extérieur, il se prendra pour une coquille brune, bien solide en apparence, elle est fiable et la nature a bien prévu les choses, elle le protège des intempéries, des rongeurs qui peuvent s'y casser les dents, des marcheurs et de tout ce qui pourrait le menacer. D'ailleurs quand il regarde autour de lui, à son petit niveau de gland, c'est à dire pas plus haut que le bout de son nez, s'il en est un, il constate que le chêne a laissé choir une multitude de glands, ils sont tous comme lui, ouf il est "normal", ils ont tous une coquille comme lui, de la même couleur, cela le rassure. C'est ça la vie de gland, on a juste à rester là, bien lové dans terre mère, et à résister grâce à notre coquille, à survivre, à se protéger des agressions, car tout est agression d'ailleurs. Il est une coque, rien qu'une coque, comme tous ceux qui l'entourent. S'il regarde un peu plus haut, il ne voit qu'UN SEUL chêne, c'est la force, la source, certains l'appellent dieu, il est immortel, fort, puissant, c'est de lui que viennent les glands. Par rapport à lui, il se sent si petit, juste une petite coque vide. Contrairement au chêne, il n'a ni racines, ni branches, ni écorce. Sa seule force est sa coquille, jamais il ne grandira mais c'est normal après tout il est un gland. Ainsi il ne peut puiser dans la terre de l'énergie, il ne peut avoir accès à l'eau, la lumière du soleil rebondit sur sa coque et il n'a ni branche qui portent des feuilles pour transformer cette énergie en nourriture. Alors comment fait il pour vivre sans énergie ?

Ce qu'il ne sait pas et ne peut voir puisque c'est à l'intérieur c'est que le chêne alchimiste des énergies solaire et terrestre lui a laissé à l'intérieur, une graine, un héritage, une puissance pour évoluer, une force de vie intérieure, juste assez de potentiel, pour devenir lui aussi un énorme chêne centenaire, juste assez. Ce qu'il ne sait pas et pourtant il le ressent parfois, une partie de lui le sait mais il ne l'écoute pas, c'est que la vie lui a donné rendez-vous pour son meilleur destin et que plein d'autres possibilités s'offrent également à lui, qu'il appellera fatalités, tout dépendra s'il sera au rendez vous, à la croisée des chemins. En attendant il regarde autour de lui et cela ne le rassure pas. La vie est dure, injuste, il faut bien résister et avec sa coquille il est bien armé mais il a peur. En effet, ce matin son voisin de terre est mort, le chêne lui a soufflé dans le vent que c'est parce qu'il n'a pas voulu grandir ..... mais c'est n'importe quoi, un gland cela ne grandit pas, cela se saurait quand même, cela se verrait quand même, son voisin est là à côté de lui, tout vide, avec juste un petit trou sur le côté. Quand il demande aux autres glands ce qui s'est passé, car quand même il vaut mieux écouter les glands, qu'un petit souffle de vent que l'on a imaginé (d'ailleurs il ne va le dire à personne que le vent lui a soufflé des choses, il entend des voix maintenant, il est fou !!), voici ce qui se raconte : " son voisin de terre s'est fait dévorer de l'intérieur par un petit monstre de vermine, parce qu'il n'a pas veillé à la solidité de sa coque, un petit ver a fait un trou et est rentré, il l'a contaminé et il en est mort, c'est la maladie des glands, on finit tous comme ça " " ah bon ? - oh oui et même il y a d'autres choses encore plus affreuses, raconte un autre gland, mon voisin de l'automne dernier, il a pourri sur place, la pluie, la terre l'ont dévoré, il est devenu tout noir, tout mou et puis il a disparu ...." "sans compter ceux qui sont enlevés, dit un autre gland, j'ai vu un écureuil en emporter au moins une douzaine l'autre fois ...." "Ouf, nous avons de la chance, nous au moins, notre coquille est toute belle, toute dure, et nous sommes encore là". Ainsi la vie de gland n'est pas une partie de plaisir, toujours dans la crainte et à la merci des aléas, de la fatalité, des intempéries, des voleurs et des vermines. Une vie de résistance et de souffrance, certains ne font plus qu'attendre, survivent .....

C'est ainsi que notre gland s'apprête à survivre le plus longtemps possible grâce à sa magnifique coque, grâce à la force de défense et de protection. D'ailleurs, il n'est plus un gland, il est une coque. Il y a des bruits qui courent sur le vent qui racontent une autre histoire de vie mais il ne l'écoute pas, il ne comprend pas et chaque jour préfère entendre les potins de glands qui racontent des histoires qui font peur mais qui rassurent car que cela soit lui ou bien sa coque voisine préférée, pour l'instant ils sont en sécurité et bénissent cette vie qui les a épargnés un jour, un mois, un an, de plus....Finalement c'est ça la vie, il n'y a rien d'autre et il est même heureux ou plutôt pas malheureux mais c'est pareil après tout ! Mais voilà, il a un rendez vous ..... le bon moment au bon endroit, où la vie va l'inviter, l'initier, comme elle l'a fait à chaque gland autour de lui. Beaucoup n'ont pas entendu cet appel et ont préféré attendre, et puis c'est là que le ver a fait son affaire ou bien l'écureuil ou bien encore simplement le temps ... mais chacun se voit proposer un jour ceci, tous ont cette chance, cette opportunité mais ils ont le choix, c'est le fameux libre arbitre.

Ce que notre gland appelle le malheur vient de s'abattre sur lui, sa voisine chérie, son amoureuse a disparu. A la place, il y a quelquechose de bizarre.

L'étape de la vulnérabilité, de la force réactionnelle à la force intérieureL'étape de la vulnérabilité, de la force réactionnelle à la force intérieure

Le vent lui souffle "c'est moi, ne me reconnais-tu pas ? "

- mon dieu, tu es vivante ? pourtant tu es si différente, que t'est-il arrivé ?

- je grandis

- et ta coque ? tu es toute fragile, tu es toute cassée, quelle tristesse, je t'ai perdue ....

- non je grandis, viens, rejoins moi dès que tu seras prêt ....

- Jamais de la vie, tu es devenue folle ?

Plusieurs jours passèrent, pendant lesquels notre gland était bien triste, sa belle coque ne lui servait plus, à quoi bon paraître, puisque sa bien aimée n'était plus .... pourquoi continuer de lutter, de survivre ? Et puis il sentait de drôles de choses dans sa coque, là, à l'intérieur. Il entendait ses glands voisins qui racontaient des choses sur lui, il était malade, il ne s'en sortirait pas, sa belle coque était fendillée, il avait perdu la force. On lui disait de se remettre, de reformer sa coque pour redevenir fort mais il n'y parvenait pas. Le souffle de la vie sur le vent, lui susurrait de continuer, qu'il était sur la bonne voie, mais cela faisait mal, cela faisait peur et puis là à l'intérieur, il sentait des choses, dans la coque, il n'était peut être pas vide, cela l'invitait, cela l'inspirait même. Il l'a partagé avec ses voisins les glands qui ont ri de lui et puis ils n'ont plus ri parce qu'ils ont peu à peu disparu, l'un troué, l'autre emporté .... Il a tenté de reformer la coque mais la vie est ainsi faite que le poussin ne retourne pas dans sa coquille et que le gland une fois ouvert ne peut plus se refermer, c'est le processus de croissance irréversible et toute résistance sera souffrance supplémentaire, voire arrêt du processus et mort.

Quand il commença à sortir de terre, il découvrit la lumière, la chaleur, mais également la pluie, les marcheurs, d'autres dangers et d'autres plaisirs. Il découvrit la vraie vie, SA vraie vie. Il découvrit LA VULNERABILITE, il se sentait si faible et pourtant si fort à la fois. Il n'avait plus de coque pour se protéger mais une autre force le poussait à pousser, une force qui lui venait de sa graine, une énergie de réserve à laquelle auparavant il n'avait pas accès et qu'il ignorait, dont il était coupé bien enfermé dans sa coque. Et puis deux petites feuilles ont poussé et l'energie solaire a pris le relais, en même temps il s'ancrait dans l'énergie de la terre par de petites racines. Il n'avait rien à faire et tout à laisser faire, tout était prévu. Même si dans cette étape de vulnérabilité sans coque et à la merci de tout marcheur, tout rongeur, tout vermisseau, il était assailli de doutes, il ne pouvait retourner en arrière, il ne pouvait voir que devant, plus haut. D'ailleurs plus il s'élevait, plus ses racines devenaient profondes, il grandissait par le haut et par le bas, en parfait équilibre. Son point de vue changeait, il ne pouvait plus voir les glands sous terre, ni entendre leur ragots, mais il découvrait autour de lui avec sa chérie devenue compagne de voyage, d'autres petits chênes, tous aussi vulnérables les uns les autres, tous aussi ouverts à la vie, tous aussi vivants et le vent soufflait entre eux, les berçaient, leur soufflait le courage, la confiance, l'amour de la vie. Il n'était pas faible mais vulnérable et ce n'était qu'une étape, un pas sage à dépasser, le temps que l'écorce ne viennent recouvrir sa tige, ses racines s'enraciner profondément ... le temps qu'il confirme sa décision d'aller plus loin encore, le temps qu'il lève ses doutes, qu'il traverse ses peurs, le temps qu'il laisse la vie lui souffler la connaissance, le temps qu'il persévère (perce et voit en langage alchimique). Cette vulnérabilité forge sa force intérieure et la confirme. Elle est inconfortable par rapport au confort de la coque mais tellement plus en accord avec la vie, la croissance, son véritable destin.

La véritable force, la force intérieure, celle qui nous pousse de l'intérieur vers l'extérieur. La force qui maitrise et n'a plus besoin de contrôler. La force tranquille contraire à la violence qui est la force des faibles

La véritable force, la force intérieure, celle qui nous pousse de l'intérieur vers l'extérieur. La force qui maitrise et n'a plus besoin de contrôler. La force tranquille contraire à la violence qui est la force des faibles

Cette étape de vulnérabilité lui parut un siècle tellement elle était à fois difficile mais riche.

Aujourd'hui, il est devenu un chêne. Il a cent ans ou peut être mille ans, il ne sait plus. Il est fort autant intérieurement qu'extérieurement. Son écorce protège la vie qui circule en lui. Il est profondément ancré dans la vie par ses racines et tourné vers le ciel par ses larges branches. C'est un alchimiste, il synthétise la lumière pour en faire de la matière organique. Il connait les secrets de la vie, il est abondant, il offre ses branches aux nids des oiseaux, son ombre aux marcheurs qu'il a tant craint quand il était vulnérable. Il laisse aller ses feuilles en automne, ce qui ne lui sert plus et parait mort en hiver mais tourné vers sa vie intérieure. Chaque saison, il produit des glands qu'il lestera en terre et auxquels il transmet son héritage, son énergie, sa puissance et sa connaissance. Aujourdh'ui, le vent a soufflé et il a accroché un message sur l'onde, le petit gland, là juste lové entre ses racines, l'entendra t'il ?

 

Voici le message que je laisse porter par le vent aujourd'hui : Osez la vulnérabilité, osez sortir de votre coquille, osez la force de vie .....

 

Bien à vous,

Elisabeth Rouzier, Hypnothérapeute

L'étape de la vulnérabilité, de la force réactionnelle à la force intérieure

croissance

Repost 0
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 12:51
Je dépose au pieds des malheureux évènements et personnes touchées par ceux ci hier à Paris, le seul pouvoir que j'ai aujourd'hui, mon imagination et ma créativité.

Je dépose au pieds des malheureux évènements et personnes touchées par ceux ci hier à Paris, le seul pouvoir que j'ai aujourd'hui, mon imagination et ma créativité.

" L'imagination est plus importante que le savoir. Le savoir est limité alors que l'imagination englobe le monde entier, stimule le progrès, suscite l'évolution."

Albert Einstein.

  • (en) Imagination is more important than knowledge. For knowledge is limited, whereas imagination embraces the entire world, stimulating progress, giving birth to evolution.
  • « What Life Means to Einstein », George Sylvester Viereck, The Saturday Evening Post, 26 October 1929, p. 17

Pour une fois, je limite mes mots et laisse parler les images ... en action

JE SAIS ET POURTANT J'IMAGINE

 

Je sais que ces hommes ne sont que la main armée de nos pensées de peur et d'autres inavouables et même de haine, que nous croyons bien enfermées dans notre tête mais qui dépassent les frontières et j'y inclus les miennes qu'aujourd'hui j'essaie de maîtriser tellement l'émotion m'emporte dans cette tempête qui pourtant est la récolte de ce vent, cet air, l'élément de nos pensées, qui a soufflé sur la matière pour l'animer de ce triste résultat que nous vivons aujourd'hui....

..... et pourtant j'imagine qu'un jour ils ont été enfants, qu'imaginaient ils alors de leur avenir ?

Je sais que leurs parents, puis leur chef (ou tête c'est pareil) leur ont dit que l'imagination ne leur créerait pas leur avenir, que seul l'acte de guerre, la terreur, leur construirait le seul avenir qu'il leur est possible, là haut, dans le paradis des guerriers, des meurtriers pour la bonne cause

..... et pourtant j'imagine que dans leur Valhalla, où ils ont déposé leur armure, ils sont face à leurs actes et prennent conscience de leur erreur mais que Lucifer (le porteur de lumière) leur dit que l'enfer est sur terre, alors qu'ils déposent leur culpabilité et comprennent qu'ils n'étaient que projection et ont rempli l'office de la Vie qui souhaite ouvrir les yeux et les coeurs de ceux qui y sont encore. 

....et pourtant j'imagine que leurs victimes ont quitté leurs corps meurtris par les balles les rencontreront et que dans ce monde, le pardon est un don que l'on se fait à soi pour avancer plus léger; Qu'ils sont tristes et alourdis par les pleurs et les souffrances de leurs proches encore dans l'enfer sur terre, ce dessous, cet inferno (inférieur), ce souterrain qu'ils vont devoir traverser pour en ressortir peut être, j'ose imaginer, plus forts, plus grands .... plus conscients

 

Je sais que je suis touchée en plein coeur et que ces actes réveillent mes mémoires archaiques, que j'avais aveuglément enfouies sous un couvercle, même s'il est transparent ou brillant. Je sens en moi ces pulsions et je les accueille dans l'humanité qui est la mienne et je pleure. 

Je sais que même sur le chemin où j'avance, ces mémoires me rappellent via mes émotions, ces messagères inconfortables parfois, en arrière pour aller nettoyer ce qui m'appartient dans ces actes collectifs au nom de l'humanité dont je suis une parcelle.

Je sais que d'autres ne le peuvent pas encore et que je peux le faire pour eux, qu'en me nettoyant, en contactant mon propre inferno souterrain qui remonte aujourd'hui, je peux y puiser les mémoires de ma lignée de femmes et d'hommes et m'abreuver du meilleur que je puisse pour transformer cet émotionnel, cet élément eau et le purifier.

Je sais que ces hommes sont issus du berceau de l'humanité où brillèrent des civilisations qui ont profondément marqué l'histoire comme les Sumériens, les Babyloniens ou encore les Phéniciens et que leurs trésors sont bafoués, que nous sommes tous plus ou moins les héritiers de ce berceau et qu'il revient nous hanter par son côté obscur que nous avons révélé.

Je sais que la violence engendre la violence et que cela continue ....

..... et pourtant j'imagine qu'aujourd'hui cet acte me reconnecte profondément à mes valeurs et que je peux les choisir, que j'ai un pouvoir en moi et que ce que je sais ne suffit pas, que ce que je sens est plus vrai, plus juste, j'imagine qu'en accueillant cette noirceur en moi, en la faisant mienne dans la mesure que je puisse supporter aujourd'hui, je construis pour demain, avec le pouvoir de mon imagination, de nouvelles pensées, de nouvelles émotions, de nouvelles idées bases de mon idéal. J'imagine que je transmute ce plomb en or, et qu'il se trans-forme dans la matière en réaction. J'imagine que je participe à la force de mon coeur, de mon athanor, de mon feu intérieur et que je me mets aux fourneaux dans mon labor et oratore (travail et prière) et que la femme alchimiste que je sois opérative dans cette voie.

..... j'imagine que le négatif n'est que l'envers du décor et qu'en passant par le bain révélateur, notre eau intérieure, il puisse, comme ces photographies avant le numérique, nous montrer une fois développé toutes ces couleurs dans notre réalité.

 

Je sais que je ne suis qu'une faible femme mais puissante dans mon esprit et j'ose l'imaginer.

Je sais que j'ai déjà réussi à transmuter mon masculin négatif, mon ombre, à mon niveau personnel et qu'il m'a révélé mon véritable amoureux, mon masculin sacré, mon Roi qui m'a embrassée et embrasée Reine, que ce mariage alchimique a supprimé les projections que je rencontrais du masculin négatif dans la vie, mais je sais également que rien n'est réglé au niveau de l'humanité, que ces hommes sont les projections d'autres animus négatifs non encore transmutés au niveau de l'humanité, que nous en sommes responsables et que j'accepte d'en prendre une petite part pour celles qui ne le puissent pas encore, dans la mesure de mon supportable

Je sais qu'en incarnant ce que je suis, toute nue dans mes faiblesses et mes forces, je travaille à supprimer les projections des animas négatives des hommes non encore conscients et j'imagine qu'ils rencontreront leur Sophia et pourront l'épouser en eux, que cette sagesse les guidera, comme le logos, le sens, guide les femmes, dans notre intérieur.

Je sais qu'aujourd'hui, les entrailles de l'humanité sont ouvertes et accueillent dans cet inferno, tous celles et ceux qui vont être confrontés au feu, au soufre alchimique, à cet émotionnel qui met en mouvement, qui réveille mais j'imagine qu'il inspirera l'esprit du mercure alchimique et que l'Esprit l'emportera. Que le diable (diabolum celui qui divise) cette arcane du tarot pourtant placée dans les dernières sur la voie, peut donc encore et surtout toucher par sa vocation de créature de l'inferno (notre souterrain, subconscient) et donc nous guider par sa vocation de Lucifer (lux ferre, porteur de lumière) pour vaincre notre réel satan (etymologie sans connotation : adversaire), notre adversité que nous traversons. Je sais que le symbole (celui qui réunit par opposition à diabole) donne le sens et que je sens le sens. 

Et j'imagine et je fais confiance à mon sixième sens, pour me dire que tout ceci a un sens, sinon à quoi sert mon savoir si ce n'est nourrir mon imagination pour qu'elle me révèle le sens caché et me porte à grandir encore dans mon coeur, qu'elle nourrisse mon courage et celui de ceux qui sont directement confrontés à cette épreuve. Car le courage de sa racine coeur est le seul tremplin plutôt que rempart qu'il nous reste face à la peur, sans elle pas de courage, Ces hommes, en se faisant sauter avec leur bombe, ces hommes en tirant à vue et dans le tas, en étaient dépourvus de peur et donc de courage, ils étaient nos peurs incarnées. Leur imagination portée par les dires de ceux qui l'ont manipulée, a été manipulée car c'est elle le réel pouvoir, en imaginant aller au paradis, en imaginant qu'ils étaient animés par une force de bien, ce mal dont l'enfer est pavé, ils sont passés à l'acte. 

Nous savons tous ceci, alors oublions de savoir et imaginons .... ce que nos émotions viennent nous dire, quel message portent elles, qu'est ce qu'elles bousculent en nous, que veulent elles réveiller, qu'allons nous en faire, de quelles pensées inavouables sont elles les réponses, de quelles pensées automatiques et encore inconscientes, viennent elles nous alerter, devons nous continuer à nourrir la planète de ces pensées qui dans nos corps créent des émotions inconfortables et sur la planète des remous qui finissent dans une vague de terreur ?

Pour celles et ceux qui sont dans le soufre, parce que directement touchés et ils ne peuvent rien pour l'instant que d'accueillir, si vous avez juste un petit recul, un tout petit, saisissez le, et accueillez, s'il vous plaît en vous, ce que vous pouvez pour le transformer en lumière et offrez le à notre monde, sans rien attendre, juste par compassion (com avec, passion la souffrance). C'est cela accompagner le soufre, la souffrance, la réelle compassion, c'est se mettre à la place de ceux qui souffrent et ne peuvent pas encore en sortir, c'est les accompagner dans l'humilité de votre coeur, de sa puissance et de votre image en action. Imaginez accueillir en vous une toute petite partie de ce soufre, cette essence de notre inferno, de notre souterrain, qui a le pouvoir d'activer le mercure, l'esprit et de le mettre en lumière. Imaginez alchimiser, une toute petite part en vous l'appropriant de cette humanité. Imaginez que l'enfer est sur terre, remonté de vos entrailles, de ses entrailles ouvertes et que cela soit ni bien ni mal, juste pour être vu, ressenti, vécu et transformé. (la technique du chaudron alchimique : inspirez dans votre coeur, expirez partout dans votre corps).

Je sais que cette journée sera marquante pour beaucoup et j'imagine la marquer ainsi dans ma chair, dans mon esprit, mon âme, sur ce blog, par ces mots, par ces émotions que je vis, et je laisse le reste s'écouler dans le silence et le recueillement. Je sais que les hommes sont encore jugement et que la Justice n'est que l'oeuvre sans aucun jugement de la Vie mais je m'ouvre à la possibilité et ose ainsi imaginer qu'aujourd'hui le Juste soit tout simplement. Je sais que ceci paraît injuste et je le vis ainsi dans une partie de mes émotions mais je sais également que seule mon imagination peut changer la nature de ce qui est et qui sera, car c'est elle qui dessine l'avenir en transmutant le passé maintenant à mon humble niveau. 

 

Paix et Amour

Elisabeth

 

 

L'imagination, image en action, ce pouvoir oublié au profit de l'action dé-inspirée, désespérée, de ce vendredi 13
Repost 0
Published by Elisabeth Rouzier - dans POTENTIEL HUMAIN
commenter cet article
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 19:39
Comment l'esprit agit sur la matière ...

Il y a quelques années, ma vie s'écroulait et au début j'ai cru et vécu ce que je croyais être la plus grande épreuve de ma vie. Finalement, c'est exactement ce qu'il me fallait pour permettre à bon nombre de mes croyances limitantes de s'écrouler. Ainsi j'ai pu en bâtir de nouvelles qui m'ont permis de me reconstruire. Je me suis en quelque sorte reprogrammée mais cette fois ci sur un programme que j'avais choisi. Si je croyais que je pouvais guérir, cela devenait possible mais pour cela il me fallait abandonner ce que j'avais appris à l'école, ce que m'avaient transmis mes parents et de changer de lunettes de vision .... Ainsi, j'ai connu la résilience mais également je me suis guérie d'un problème à l'estomac que soit disant j'avais hérité de mon père et qui n'était pas guérissable, puisque je prenais chaque jour et de plus en plus des médicaments qui étaient devenus une drogue. Un simple verre d'eau, une intention, un grand amour pour moi et .... c'était fini, à tout jamais. Miraculeux ?? Oui en quelque sorte mais depuis je suis consciente de la puissance illimitée de l'esprit humain et que sa seule limite est celle qu'il se donne. La petite phrase que je me dis souvent est inspirée de Marcel Pagnol et ressemble à peu près à ceci "Un imbécile idiot ne savait pas que c'était impossible, alors simplement il l'a fait".

Je suis passionnée par la puissance de notre inconscient et je vois, en tant qu'hypnothérapeute, chaque jour des choses incroyables pour certains mais je suis parfois frustrée aussi de voir que seules les limites des croyances de certains de mes patients les bloquent ... Je passe beaucoup de temps à informer et je vois des personnes pourtant qui ont dépassé la soixantaine me dire avec des grands yeux d'enfant émerveillé " mais pourquoi ne nous apprend t'on pas cela à l'école ? " ou encore "pourquoi les médias ne nous le disent pas ? ... Je crois qu'à l'heure de l'information, accessible partout sur le net à qui veut bien la voir, la chercher et la trouver, il n'est plus possible d'ignorer certaines choses mais finalement si ..... car cela se heurte à nos croyances intérieures. C'est pourquoi quand nos schémas s'écroulent, c'est une opportunité, une chance mais nous le voyons comme une épreuve car nous ne sommes plus sécurisés, l'aventure du possible et de l'inconnu peut alors commencer avec ses peurs, ses appréhensions, une zone très inconfortable à traverser avant d'atteindre un nouveau paradigme qui nous apportera à nouveau une nouvelle sécurité... C'est aussi parfois un voyage qui se fait dans la solitude, dans le rejet des autres qui eux sont toujours sur leurs anciennes croyances ...mais pour cela il faut simplement les respecter...car cela a aussi peut être un jour été les nôtres.

Ainsi quand récemment, quelqu'un qui m'a été proche pendant 20 ans et qui depuis a quitté ma sphère, m'a traitée de "malade mentale", je me suis étonnée à m'entendre rire à gorge déployée, ce qui bien entendu à dû renforcer sa croyance en ce sens !!! Mais qu'y puis je ? Toute personne qui ne voit pas ou plus les choses comme vous, vous prendra pour fou. Heureux les simples d'esprit car ils ne savent rien, ainsi ils ne jugent pas et surtout ils ne sont pas limités par un savoir qui borne leur potentiel.

Ainsi nous croyions être définis par nos gênes, la génétique n'est plus reine et l'épigénétique nous dit que nous avons la capacité d'activer ou non certains gênes. Nous croyions que notre cerveau ne pouvait pas se modifier, la neuroscience démontre la neuroplasticité du cerveau. Nous croyions avoir un cerveau, nous en avons trois, l'un dans la tête, un autre dans le coeur et encore un dans notre ventre. Nous croyions que l'infini était grand, le quantique nous montre que l'infini est aussi infiniment petit et que dans ce monde, la matière ne fonctionne pas comme le visible. Nous croyions être fait de matière, alors que nous sommes énergie. Nous croyions que le monde était matériel et finalement cette matière à laquelle nous nous accrochons ne représenterait que 4 pour cent, le reste étant ce que l'on appelle "le vide" qui nous est encore bien inconnu. Nous ne croyons pas dans le placébo (je me plais) mais nous cultivons le nocébo (je me nuis). Et ainsi de suite, la liste est longue ....

Le problème quand l'être humain prend conscience de sa puissance par l'esprit, c'est qu'il ne peut plus échapper à sa responsabilité. Il sait qu'il crée sa vie en fonction de son état d'esprit et que les autres ne sont pas le problème, qu'il ne pourra les changer et qu'il doit évoluer lui même, en lui, afin que sa vie change. Il devient responsable de son corps, il doit prendre soin de son dialogue intérieur, de ses 60 000 pensées par jour et de comment il se traite. Il doit être indulgent avec lui même, sortir de la faute pour apprendre de l'erreur et ainsi de suite. Et c'est ainsi que parfois, nous restons bloqués car nos croyances limitantes nous arrangent. Notre inconscient même nous joue des tours car, à notre service, il nous programme selon des critères subtils, et qui parfois ne nous appartiennent pas mais simplement parce que nous croyons que c'est vrai, bon, légitime .... C'est ainsi que parfois nous faisons des choses "plus fortes que nous" et souvent contre nous .... des forces en nous s'opposent, la source de nos conflits intérieurs...

Je ne réponds même plus désormais ... quand je publie des textes inspirants, parce que vécus et pour inspirer justement autrement... et qu'une personne me dit : "ah si seulement c'était vrai" car finalement la seule réponse est : si tu crois que cela ne puisse être vrai, cela n'est pas et ne sera jamais, si tu ouvres un "pourquoi pas ?" alors ta vérité peut changer et ta vie avec ... Tout le monde a raison et tout le monde dit vrai car nous sommes nos croyances et nous vivons notre vérité. Vouloir convaincre quelqu'un du contraire est pure perte d'énergie et souvent source de conflit "d'égo" . La seule chose que nous puissions faire, c'est de vivre pleinement sa vérité, d'être vrai et authentique et si nous nous trompons, la vie saura nous le montrer.D'ailleurs, souvent je me dis, "je ME suis trompée" car seule moi je me suis aveuglée devant certaines choses que je ne veux pas voir ... pas encore car il me faut grandir encore ... et elles se dévoilent par la suite pour me rapprocher encore plus de ma vérité ... Les évènements, les autres sont mes miroirs et se réfléchir dedans parfois est inconfortable mais très utile ... Le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu'un qui est dans la difficulté parce qu'il ne voit pas encore sa vérité c'est de gentiment et avec empathie, l'inviter à se questionner, de lui proposer notre miroir afin qu'il se réfléchisse dedans .... s'il le souhaite ... c'est pourquoi parfois nous pouvons, rien qu'en étant nous "m'aime" , en incarnant notre vérité, nos croyances, blesser quelqu'un parce que cela réveillera en lui, sa jalousie, sa colère, ou quelque émotion qui sera là pour lui parler de lui ... et nous lui rendons service .... comme mes "ennemis" m'ont appris autant que mes amis .... appris sur moi et sur ce que je voulais bien voir, découvrir, même si c'est douloureux au début ....

 

En quoi croyez vous, en qui croyez vous, croyez vous en vous ? Avez vous envie de croire, cela vous arrange t'il de ne pas croire en quelquechose pour ne pas avoir à le vivre ? Etes vous prêts à prendre la responsabilité d'avoir un esprit puissant ? Oui finalement, qu'est ce qui est le plus facile ? De toute façon, une fois que l'on a passé le pas, il n'est plus possible de revenir en arrière ... ou si .... et cela m'arrive encore, quand une vieille croyance récalcitrante vient pointer son nez .... le doute .... mais je ne suis pas dupe de mon mental, car pourquoi dit on "LE BENEFICE" du doute car justement quand on ne veut plus assumer peut être ceci, on se fait une pause de doute ... c'est très inconfortable car nos émotions, le langage du corps, nous rappellent à ce moment là ... que quelquechose doit lâcher et ce quelquechose n'est pas notre esprit mais notre mental ....

 

Tout ça pour vous partager tout d'abord avec la vidéo ci-dessous une croyance qui a la dent dure et qui s'écroule encore .. comme quoi nous serions dépendants à 100 pour cent de nos gênes, en fait pas vraiment .... car l'épigénétique vient bousculer la génétique

et quelques informations issues d'une conférence en anglais et d'ouvrages tel "la biologie des croyances" de Bruce Lipton qui viennent un peu perturber ce que nous pensons comme établi et définitivement vrai ..... Si cela bouscule certaines croyances, c'est tant mieux 

 

Bien à vous,

Elisabeth

 

il est plus facile de désintégrer un atome qu'une croyance
Albert Einstein

« Le lien entre l’esprit et la matière ».

(pris sur https://www.facebook.com/jmichel.potar)

Source :
Conférence pour « Réveiller votre âme ». En direct de la Hay House, « I Can Do It » (Je peux le faire) conférence à Las Vegas le 16 Septembre 2008. Une conversation avec le Dr Wayne Dyer et Bruce H. Lipton.

La médecine nous a inculqué une croyance limitative qui dit que l’on ne peut pas changer notre ADN. Bruce Lipton, auteur de la Biologie des croyances, est biologiste cellulaire et par ses recherches en épigénétique a su démontrer le lien entre l’esprit et la matière ainsi que son influence sur notre vie personnelle et notre relation au monde. Il a quitté la médecine parce qu’elle utilise seulement des drogues et des chirurgies pour soigner. Voir la vidéo très intéressante pendant laquelle Wayne Dyer interview Bruce Lipton.

- http://youtu.be/BiXD6ySST8U

Bruce Lipton explique que nous ne sommes pas emprisonnés dans notre ADN mais que nous avons la capacité de l’altérer et de faire ce que l’on veut de notre vie.

Selon Bruce Lipton, la plupart des gens ont été brainstormés à croire que nous sommes les victimes de notre hérédité, que l’on n’a pas choisi nos gènes et qu’on ne peut les changer, donc, que nos gènes contrôlent qui nous sommes. Alors, on se croit une victime de notre hérédité.



L’épigénétique :
L’épigénétique, un nouveau domaine de la science, remplace l’ancienne croyance selon laquelle les gènes contrôlent la vie. Si on décompose le mot épigénétique – épi veut dire au-dessus – ça veut dire que le contrôle se fait au-delà des gènes.

Ce qui veut dire que notre environnement et la perception de cet environnement peut réécrire notre code génétique. Ça ne change pas l’ADN, mais ça change la lecture de l’ADN.

L’ADN, ce sont les gènes, et les gènes sont le programme (Blueprint) qui construit les protéines.
On ne peut changer l’ADN mais on peut créer plus de 30,000 variations différentes à partir du même programme (des mêmes gènes).

Vous n’êtes pas limité par vos gènes mais par vos perceptions et vos croyances au sujet du monde dans lequel vous vivez parce que c’est de l’information qui s’inscrit en vous et affecte vos gènes.

Les diagnostics :
Beaucoup de personnes se font diagnostiquer une maladie et croient qu’elles ne peuvent plus rien faire pour se soigner. Elles deviennent victimes du diagnostic. Si elles sont victimes, elles ont besoin d’un sauveteur, et cela n’est pas gratuit. Donc, toute une industrie de sauvetage se construit autour d’une fausse idée. On veut vous sauver de quelque chose sur laquelle vous avez le pouvoir.

L’effet placebo :
Environ 66% des guérisons (maladies et chirurgies) le sont par effet placebo. Ceci veut dire que c’est le mental du patient et son système de croyances qui déterminent si les drogues ou les chirurgies vont faire une différence.

L’effet nocebo :
On n’est moins familier avec l’effet nocebo, c’est qu’une croyance négative peut nous faire du mal et même nous tuer autant qu’une croyance positive peut nous guérir.

Cela démontre le pouvoir de nos croyances positives ou négatives, elles sont aussi puissantes les unes que les autres mais elles vont dans des directions opposées.

Expérience sur des chirurgies du genou :
Aux États-Unis, les chirurgiens opèrent 180,000 personnes par an pour ce genre de problèmes. La procédure pour une telle opération consiste en une incision d’un côté du genou à l’autre. Ensuite, le chirurgien extrait les liquides et nettoient les surfaces en grattant avec un instrument.

Un chercheur de Houston (Texas) voulait savoir quelle étape du processus était la plus efficace. Il a organisé une étude qui comprenait trois groupes de personnes qui devaient subir une chirurgie du genou :
- Le 1er groupe : extraction des liquides ;
- Le 2ième groupe : grattage des surfaces ;
- Le 3ième groupe : placebo.

La personne sans le savoir, subirait seulement l’incision habituelle en regardant une vidéo d’une opération, qui aurait été filmé avant son intervention. Pendant l’intervention, le chirurgien parlerait au patient de la même façon qu’avec un patient régulier. Cette étude a démontré des résultats similaires pour les trois groupes de patients. Le placebo avait autant d’efficacité que les opérations réelles, donc, la pensée des patients les guérissait.

Recommandations de Bruce H. Lipton aux personnes qui reçoivent un diagnostic de maladie grave :
Selon Dean Ornish, pour 90% des patients cardiaques, leur problème vient de leur style de vie. Il soigne avec la nutrition, des techniques de réduction de stress et des techniques de méditation. En général, les médecins qui soignent avec de la médication, espèrent qu’elle stoppera la dégénération du cœur, et lorsque cela arrive, pour eux c’est un succès.

Par contre, les patients de Dean Ornish ne prenaient aucune médication, et non seulement la dégénération a été stoppée mais les tissus du cœur ont été régénérés. Donc, nous avons la capacité de régénérer nos organes et nos tissus parce qu’on a tous des cellules souches qui peuvent réparer tous les dommages faits aux tissus du corps.

Une cellule souche opère selon son environnement ou la perception de cet environnement. La perception de l’environnement de la cellule souche est dépendante de la perception de l’environnement du patient. Par exemple, quand un patient entend qu’il ne peut se guérir ou que sa maladie est terminale – cette perception à elle seule peut stopper le processus de guérison. S’il entend qu’il ne lui reste qu’un certain temps à vivre, il mourra autour de cette date. Chaque jour, nous avons des millions de cellules qui meurent, et chaque jour, nous refaisons des millions de cellules. Notre corps a en réserve des cellules souches et elles vont réparer ou remplacer tout ce sur quoi on concentre notre attention ou notre intention.

Mais si votre intention a été déviée, par exemple : « Je ne peux pas guérir parce qu’on m’a dit que personne ne peut se guérir de ça… ». Il y a de bonnes chances que ça vous arrivera.

Pendant longtemps, on nous a dit que les cellules du cerveau ne pouvaient se régénérer. Maintenant, on sait que c’est possible. Il n’y a rien dans notre corps qui ne peut être réparé. La limitation ne vient pas des cellules mais de la perception qui nous dirige.

Nous avons été programmés :
Pour la plupart d’entre-nous, on est né en présence d’un médecin. Ensuite, si quelqu’un de la famille était malade, on l’amenait chez le médecin.

Alors, notre programme est : « Tu ne peux te guérir, c’est le docteur qui te guérit ».
La face est que nous avons déjà un système inné qui peut nous guérir, mais le programme dit : « Je ne peux me guérir, c’est le docteur qui guérit ».
Notre perception dit : « Je dois aller chez le médecin pour guérir ».

Une fois qu’on nettoie ce qui nous empêche d’atteindre notre système inné de guérison, on guérit. Donc, il faut comprendre qu’on a été programmés pour être limités et qu’on nous a enlevé systématiquement notre pouvoir de guérison.

La nature de notre esprit :
La fonction de l’esprit est de créer une cohérence entre nos croyances et la réalité que nous expérimentons. Par exemple, si vous croyez que vous pouvez faire quelque chose ou que vous êtes susceptible à quelque chose, alors, votre esprit fera tout ce qu’il faut pour manifester votre croyance.

Henry Ford (citation) : « Si vous dites que vous pouvez ou si vous dites que vous ne pouvez pas, vous avez raison ».

Une programmation qui fonctionne dans une famille aura de l’effet même sur un enfant adopté. On commence à télécharger des programmes de nos parents quand on est dans l’utérus et quand on naît déjà la moitié de notre personnalité est établie. Ce sont les virus de l’esprit, ce sont des systèmes de croyances qui sont transmis sous formes d’idées.

Comment aider une personne qui est programmée ?
On peut perdre beaucoup d’énergie en essayant de déprogrammer une personne qui ne veut pas. Tant que la personne n’est pas prête à chercher une réponse alors on ne peut pas l’aider. La personne doit prendre elle-même la décision. Quand elle est prête, elle peut avoir une guérison spontanée (ce que l’on appelle un miracle).

Quel est le dénominateur commun des guérisons spontanées ?
Les personnes qui vivent des guérisons spontanées, ont toujours un changement profond de croyances au sujet de ce qu’elle est et ce qui se passe dans sa vie. Elles laissent aller complètement leur système de croyances. On reprogramme nos cellules à la même vitesse qu’on change nos perceptions.

Comment dire à nos cellules que l’on veut changer ?
Le mental/l’esprit est composé de deux parties :
- 1. La partie consciente :
Il comprend vos désirs, vos aspirations, ce que vous voulez dans la vie.
- 2. La partie subconsciente :
C’est une machine comme une enregistreuse. Vous répétez un programme et à force de la répéter, il s’enregistre dans le subconscient. Quand vous poussez sur le bouton « play » de la machine, elle continue de rejouer les mêmes programmations pendant tout le reste de votre vie si vous ne faites rien pour changer le programme.

On a tendance à croire que l’on dirige notre vie avec le mental conscient. Actuellement, les neuroscientifiques disent que le mental conscient opère à 5% tout au plus et pour bien des gens c’est moins de 1%. Le reste c’est le subconscient qui s’en charge. Donc, 95% de votre vie est menée par votre subconscient. Le programme principal de votre subconscient vient des autres. Vous l’avez eu de vos parents, des membres de votre famille, vos éducateurs, votre communauté.

La plupart des croyances que vous avez téléchargées n’aident pas le développement de vos propres désirs ou vos buts. La plupart de ces croyances sont limitatives. À l’école c’est évident car lorsqu’un enfant se démarque des autres la tendance est de le ramener au normal, de lui enlever son pouvoir :
- « T’es qui pour penser comme ça ? ».
- « Tu ne mérites pas ça ! ».
- « T’es pas assez brillant ! ». Etc...

Plus on est jeune, plus on est sensible à la programmation. Avant six ans, les proclamations que vous entendez vont directement dans votre subconscient et s’installent dans votre programmation. Pendant plusieurs années, on a pensé que si on devenait conscient de nos problèmes, on les résoudrait automatiquement, mais c’est faux.

Le subconscient étant un enregistreur, il n’y a personne à l’intérieur. Ca enregistre et ça joue l’enregistrement tout seul. La pertinence de ça est que lorsque vous vous parlez à vous-même parce que vous voulez améliorer votre vie, à qui parlez-vous ? Certainement au subconscient, parce qu’il n’y a personne là. C’est pourquoi c’est si frustrant de se dire : « OK, tu peux faire ça mieux », et de se rendre compte que vous continuez de répéter le vieux programme.

Ne pas attendre notre dernière limite :
Il existe de meilleures façons d’utiliser le mental conscient pour avoir accès à la programmation du subconscient et de la réécrire. Mais habituellement, le fait de prendre conscience de votre programmation, par exemple, avec un psychologue, ça ne change rien parce que le programme reste le même. Donc, il faut aller dans le subconscient et réécrire la programmation (c’est là que les techniques de méditations profondes prennent toute leur importance). Selon Wayne Dyer, on n’est pas obligé d’être gravement malade pour s’occuper de notre programmation. Vous pouvez par exemple, être une personne qui déprime facilement ou qui est tannée de la vie. Vous n’êtes pas obligé d’être une victime des circonstances ou de l’entourage.

Souvent, vous pouvez vous demander, comment est-ce que je peux me sentir mieux pour les prochaines 30 minutes ? Des techniques comme la méditation, apprendre à se centrer (l’EFT, le yoga, le tai chi) peuvent certainement vous aider.

Est-ce une bonne idée d’aller chez le médecin à chaque année pour faire des tests de santé ?
Selon Bruce Lipton, du point de vue de la santé, moins on sait ce qui ne va pas, plus on a de chance de s’en tirer. Voulez-vous aller dans un endroit où les gens qui sont là cherchent ce qui peut aller mal ? S’ils trouvent quelque chose qui ne va pas, c’est un bénéfice pour eux et s’ils ne trouvent rien, ils ne font pas d’argent.
 

« L'effet Lune de Miel »
(Dernier livre de Bruce Lipton)

Suggestion :
Observez votre passé et trouvez un moment où vous vous sentiez parfaitement bien, plein d’énergie. Pour beaucoup de personnes, les plus belles périodes de leur vie est lorsqu’elles tombent en amour. Quand on tombe en amour, il y a l’effet lune de miel, vous dirigez votre vie avec votre conscient et vous ne laissez pas votre programmation le faire à votre place.

Pendant la période lune de miel, la qualité de votre vie était supérieure à tout ce que vous pouvez imaginer. Le problème évidemment est que la lune de miel n’a pas duré parce que la vie a repris son cours, vous vous êtes remis à penser au travail, à vos problèmes, à votre famille. À partir du moment où le mental conscient pense et réfléchit, on ne porte pas attention (mindfullness) et quand vous ne portez pas attention, vous retournez dans votre programmation. Ensuite, votre amoureux a un choc de vous voir changer parce qu’il aimait vous voir en amour. Votre mental est occupé, vous lui répondez à partir de votre subconscient et il ne connaissait pas ça de vous. Alors, il ne vous reconnaît pas : « Mais qui est cette personne ? ». Et vous lui répondez : « J’ai toujours été comme ça ! », ce qui est vrai, mais vous n’avez jamais remarqué que vous rejouez un programme.

Le terme subconscient parle de lui-même : c’est que vous ne faites pas les choses consciemment. Par exemple, vous avez un ami dont vous connaissez les parents et vous vous rendez compte que votre ami et ses parents se comportent de la même manière. La personne qui rejoue une programmation est la seule à ne pas s’en apercevoir, tout le monde peut le voir, sauf elle, parce que lorsque le programme joue, le mental conscient est occupé.

Donc, on pense qu’on dirige notre vie avec notre conscient et quand la vie n’est pas géniale, alors, on blâme quelqu’un d’autre : « L’univers n’est pas mon ami parce qu’il ne me donne pas ce que je veux, je suis une victime de l’univers ». Malheureusement, la vérité est que presque inévitablement ce sont nos propres limites et que l’on se sabote avec notre subconscient parce qu’on ne se rend pas compte qu’on se tire dans le pied.

Selon Wayne Dyer, des études ont été faites avec des personnes prenant du Prozac pour leur dépression. On mesurait la chimie de leur cerveau et on leur demandait d’arrêter le Prozac. Ensuite, ils devaient cesser de s’identifier avec un événement de leur vie qui les rendait dépressifs et de se dissocier (comme se placer à côté de leur corps) et de devenir un observateur. Au lieu de dire « Encore quelque chose qui me fait déprimer », on leur demandait de placer leur attention sur quelque chose d’autre en disant : « C’est mon cerveau qui a manqué son coup et qui fait quelque chose qu’il a appris à faire ». Ensuite, on a demandé à ces personnes d’amener leur attention sur un moment de leur vie où elles étaient heureuses, en amour. À ce moment-là, on a de nouveau mesuré la chimie de leur cerveau et les résultats étaient les mêmes que lorsqu’elles utilisaient le Prozac mais sans les effets secondaires.

La communauté médicale est manipulée par les compagnies pharmaceutiques, ce qui représente beaucoup d’argent. Par exemple, le Prozac a été vérifié et il n’est pas plus efficace que les placébos. Mais les gens ont confiance au Prozac et les effets secondaires sont désastreux, particulièrement chez les jeunes. L’Americain Medical Association (AMA) a publié dans un article que la médecine est la 3ième cause de mortalité aux États-Unis. Ceci est probablement dû aux compagnies pharmaceutiques qui se concentrent sur des informations fausses.

Depuis 1995, Bruce Lipton parle ouvertement de ces problèmes, et jusqu’en 2000, aucun médecin ne participait à ses conférences, avec le temps, quelques-uns ont commencé à y assister, et de plus en plus avec les années. Les médecins sont en train de faire des prises de conscience et ne se sentent pas à l’aise de soigner des gens quand ils finissent par ne pas les aider du tout. Donc, le système médical commence à être prêt pour un changement. Le meilleur changement que l’on peut faire est de reconnaître que notre cerveau est notre meilleure pharmacie. Notre cerveau peut réparer notre corps. Mais pour le faire nous avons besoin d’une rééducation.

Comment Bruce Lipton a découvert que les cellules sont indépendantes de la génétique ?
En faisant une étude, il a pris trois cellules identiques ayant le même code génétique et les a placées dans un environnement légèrement différent. Il a réalisé que les cellules du premier contenant ont formé des muscles, celles du deuxième de l’os, et celles du dernier, des cellules graisseuses. Donc, ces cellules au départ totalement identiques se sont multipliées, non pas contrôlées par la génétique, mais par leur environnement.

Il a quitté son poste d’enseignement car il ne pouvait plus dire que la génétique contrôle les cellules mais que les cellules adaptaient leur expression génétique selon la demande de leur environnement. Ensuite, intuitivement, il a compris qu’on n’est pas des entités simples, nous sommes une communauté par ce que nous appelons des cellules, et nous en avons des milliards, forment une communauté. Par exemple, lorsqu’il plaçait des cellules malades dans un bon environnement, elles guérissaient tout de suite, elles croissaient et se reproduisaient. Évidemment, le contraire aussi était valide.

Nous sommes composés de cellules et si on se place dans un mauvais environnement, c’est inévitable, nos cellules vont commencer à être malades. Les cellules suivent leur environnement ! Vous n’êtes pas une victime, vous êtes un maître, vous êtes en contrôle !

À l’université, il devait enseigner que nous sommes des victimes et que l’on ne peut se soigner et que quelqu’un nous soignera.

Nous avons le choix :
Selon Wayne Dyer, la meilleure décision que vous pouvez prendre est de décider, une fois pour toute, si vous vivez dans un univers amical qui vous soutient ou si vous vivez dans un univers hostile qui ne vous soutient pas. D’une façon ou d’une autre, vous aurez raison. Si vous croyez vivre dans un univers qui ne vous soutient pas, vous trouverez des occasions qui supportent cette pensée. Vous rencontrerez des gens agressifs, des choses qui ne sont pas bien, tout votre monde devient cette réalité et ceci aura aussi un impact sur votre physiologie. D’un autre côté, si vous croyez fermement que vous vivez dans un univers amical, vous serez dans un endroit qui vous soutient.

Par contre, pour nous contrôler et nous faire peur, on est bombardés de messages qui veulent nous faire croire que l’on est en danger et si vous vous embarquez dans cette réalité, vous entendrez un commercial qui vous suggèrera quelques pilules ou autre chose pour vous aider…

Bruce H. Lipton


Sources :



Bruce Lipton
La biologie des croyances
L’effet lune de miel


Dr Wayne Dyer
Change Your Tought – Change Your life: Living the Wisdom of the Tao
Wishes Fulfilled – Mastering the Art of Manifesting


Anita Moorjani
Dying To Be Me – My Journey from Cancer, to Near Death, to True Healing Science.

Comment l'esprit agit sur la matière ...
Repost 0
Published by Elisabeth Rouzier - dans POTENTIEL HUMAIN
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 07:41

effet-placebo.jpg 

Avez vous remarqué qu'entre médication et méditation, une seule lettre change et si nous enlevions les lettres c ou t qui les séparent, il resterait médiation. Extraordinaire n'est ce pas ? Bon je sais ... peut être trouvez vous ceci simpliste mais en ce qui me concerne, les mots me parlent et je vais vous en parler..... car ils ont ce pouvoir de donner du sens et même "de guérir" ou de nuire. En effet, ils sont porteurs d'information au même titre que l'eau, les pensées etc ... ils informent nos cellules et des scientifiques russes ont même prouvé qu'ils influencent notre adn. Nous sommes au coeur du sujet, si je vous dis mots ou si je vous dis maux, quelle est votre réaction intérieure ? Vous reliez à votre histoire intérieure, cela provoque une ou des pensées, une émotion, un déclic, et votre corps va produire des substances chimiques .... etc ... ou encore pour le sens, la simple sonorité est la base des mantras ou encore du langage alchimique des oiseaux, le son des mots est une vibration, elle parle à une partie de nous, celle là justement qui résonne avec le placébo et le nocébo, une partie inconsciente que nous utilisons consciemment ou pas ... , c'est elle qui fait les lapsus, c'est elle qui réagit ou agit selon notre niveau de conscience, c'est elle qui comprendra ou non le discours de l'autre et dira "nous ne parlons pas le même langage" ce qui signifiera que chacun voit le monde en fonction de son histoire personnelle, de ses croyances, ses conditionnements et qu'un même mot aura donc le sens qu'on lui donne et selon .... produira des effets différents. Nous sommes même responsables de notre langage intérieur et des effets nocébo ou placébo qu'il produira en nous .... Voilà tout l'enjeu du pouvoir des mots.

Les maux ont aussi leur langage, c'est la "mal a dit". Toute douleur quand elle peut s'exprimer librement nous informe "pour notre bien" puis si nous ne l'écoutons pas et résistons ou simplement décidons de la faire taire, elle se transformera en souffrance, puis en maladie. Nous apprenons à travers nos sens, tout petit lorsque la douleur nous arrête quand on se rapproche du feu, nous enregistrons son message pour nous protéger à l'avenir, tout petit nous aimons transgresser les interdits et nous n'écoutons pas aussi, nous mettons la main au feu et là cela devient souffrance et nous enregistrons cet apprentissage. Cela ne pose aucun problème si ce n'était que nous puissions gérer l'émotion qui accompagne souvent cet apprentissage surtout au niveau de l'affectif. Souvent inconfortable, au lieu de la faire circuler, nous allons l'ancrer, elle deviendra une mémoire (sans compter toutes celles que nous trimbalons héritées de nos parents) et toute nouvelle situation se rapprochant de cet enseignement, nous fera réagir au lieu d'agir. De l'enseignement nous passerons à l'ensaignement, alors qu'au départ c'est un process qui devait nous faire grandir et évoluer. Ainsi, nous oublierons même la "première fois" ou nous ne pourrons nous souvenir d'ancrages inconscients hérités dans le but non de nous plomber mais toujours pour cet apprentissage qui a permis à l'espèce humaine de vivre jusqu'à nos jours. Ce process nous aide à faire passer des connaissances, des ressources, mais dans ce filon, transitent également des mémoires à libérer. Ce canal est donc utile, encore faut il le nettoyer régulièrement afin qu'il ne s'engorge pas ou travaille de façon nocive.

Tout ceci commencera sur le plan des corps énergétiques, ou là nous le ressentirons comme mal Etre, puis malaise avant la maladie qui elle, s'inscrira alors dans la matière, le corps physique. C'est ainsi, que bien en amont, notre niveau vibratoire, nos émotions, nos pensées, nos croyances inconscientes, notre héritage transgénérationnel, notre esprit influencent la matière et qu'une fois matérialisé, tout peut s'inverser. Tout dépend, si l'on souhaite se "plaire" (étymologie de placébo) ou se nuire (nocébo). Alors vous me direz qu'il est évident que nous voulons le meilleur pour nous ... mais ce n'est pas si simple que cela. Tout dépend de notre niveau de conscience et de l'écoute de notre inconscient, tout dépend également de nos conditionnements. En fait nous sommes rarement à l'écoute de nous "m'aime" et peut être parfois, serait il nécessaire de prendre le temps de redéfinir ce qui est réellement bon pour nous et si nous nous plaisons tels que nous sommes vraiment. Nous souhaitons plaire aux autres, plus que NOUS plaire, quitte à nous nuire. Nos émotions (cause interne de maladie en médecine chinoise) sont souvent déséquilibrées, nos pensées non maitrisées.

L'effet placébo était utilisé chez les Egyptiens antiques, chez les Grecs (paracelse) et a été repris au fil des siècles de façon consciente ou inconsciente. Emile Coué l'a remis au goût du jour et depuis les scientifiques ne cessent d'essayer de le comprendre au fur et à mesure des possibilités d'investigation nouvelle que propose l'évolution technologique. La base de ce processus est l'HUMAIN, l'esprit et la relation entre vous et vous, entre vous et l'autre.

C'est un apprentissage qui se fait par tout d'abord déasapprendre puis réapprendre autrement. En fait ce processus est naturel et il s'agit simplement d'enlever toutes les barrières que nous avons mises ou que l'on nous a mises entre nous et notre capacité de guérir. Il s'agit simplement de comprendre que la matière est le résultat (vie matérielle, physique, corps ....) et que l'esprit est la source .... plutôt que de penser que notre vie physique dans le corps ou dans la réalité soit la cause et nos pensées le résultat .... Oui l'effet placébo A un effet sur la matière et oui c'EST un effet, donc un processus dont la source est l'esprit. Ainsi après avoir compris, l'idée est de l'appliquer consciemment et concrètement dans son quotidien et de regarder les résultats. Comment faire ? Finalement ne rien FAIRE de plus dans un premier temps et simplement laisser cet effet naturel se produire en se concentrant à arrêter le nocébo que nous nous faisons inconsciemment chaque jour. J'ai remarqué que nous ne supportons pas que quelqu'un dise du mal de nous par exemple ... et pourtant dans notre tête, nous nous parlons encore plus mal et l'on trouve cela si normal ... qui aujourd'hui ne s'est pas dit : t'es nul, t'es bête, t'es c..., t'es ceci ou cela ? Cela s'appelle des croyances limitantes, car nous croyons que nous sommes limités ... et même dans la guérison .... 

Je ne dis pas que cela va tout résoudre, je dis simplement que déjà en prendre conscience et de l'intégrer dans sa démarche est important. C'est pourquoi le documentaire qui va suivre est intéressant en ce sens, très scientifique, très rationnel, donc exactement ce qu'il faut pour rassurer notre mental et ainsi l'encourager à fonctionner autrement. En effet, nous voyons même dans le documentaire qui suit, que nous sommes capables avec une simple gélule contenant du sucre, selon sa forme, sa couleur, ou nos croyances de produire même des effets secondaires négatifs (exactement ceux qui sont sur la notice). Il est montré également que la croyance que nourrit celui qui prescrit a une influence inconsciente (langage non verbal) sur le résultat qu'aura le placébo ...

Le pouvoir de l'esprit est sans limite, notre corps quant à lui est limité par l'espace et le temps, la matière. Il ne s'agit pas d'opposer les deux ou de valoriser l'un par rapport à l'autre mais bien de les conjuguer dans le même sens, le nôtre, celui de notre être et ce que nous voulons vraiment. Il est également temps de prendre en compte 80 pour cent de notre fonctionnement, notre inconscient car dans ma pratique de l'hypnose, je constate souvent que nombre de blocages, sont des "bénéfices" secondaires que l'on attribue à certains comportements qui pourtant nous sont nocifs ... par exemple, et si j'étais pleinement heureux, riche etc .... ce qui parait être notre aspiration consciente .... quels changements qui me font si peur et qui sont "dangereux" pour moi se matérialiseraient dans ma vie ? Suis je prêt à les vivre ? Suis je prêt à lâcher ma zone de confort même inconfortable ? Si mon mal de dos disparaissait, comment ferais je pour dire non à ce que je ne veux pas faire ? Suis je prêt à me dire OUI et ainsi dire NON à certains ? etc etc ... Ainsi parfois, rester dans une situation pourtant désagréable a le "bénéfice secondaire" de nous éviter de passer par des étapes pour lesquelles nous nous croyons limités et qui nous paraissent encore plus insurmontables que le mal que nous vivons dans l'instant et qui lui est surmontable puisque nous sommes toujours en vie. C'est ainsi que notre système de survie primaire, basé sur l'enseignement de la peur nous bloque parfois ... à nous de le faire évoluer, non par la violence de la volonté mais par la puissance de la motivation, l'autosuggestion, le pouvoir de l'esprit ...

Alors médiCation ou médiTation ? En fait la réponse est : supprimons ce qui les SEPARE, le C et le T et gardons médiation qui vient de médium, milieu, intermédiaire, centre. Ainsi restons centrés et cultivons l'équilibre et le milieu, ce qui n'est ni placebo, ni nocébo mais l'utilisation de ces processus dans le sens qui est celui de la vie.

Dans ma vie personnelle, j'ai tout d'abord utilisé le placébo et le nocébo de façon complètement inconsciente, sans savoir et ainsi attribué mes réussites à la chance et mes échecs à la fatalité. Je subissais ma vie, je "tombais" malade, c'était la faute aux autres, aux virus, aux bactéries etc et le seul remède était la médication, c'est à dire une solution à l'extérieur de moi ou tout du moins sans participer consciemment au processus. Puis, progressivement j'ai pris conscience de ma responsabilité (capacité de réponse), de sens, et j'ai revu ainsi toute ma vie défiler et comment mes croyances, mes pensées, mes conditionnements avaient interféré dans mon expérience. J'ai commencé à appliquer un processus conscient et à utiliser la méditation (à ma façon car méditer signifie "réfléchir" c'est à dire se regarder en face comme dans un miroir (du latin méditari). Il ne s'agit pas de ne plus penser, ça c'est pour limiter les dégâts du nocébo en attendant de savoir penser ... il s'agit de réveler son être afin qu'il soit l'inspirateur des pensées ... et avant cela d'observer ce qui n'est pas nous justement...)

Ainsi, au niveau physique, j'ai guéri avec un simple verre d'eau informé (principe de l'homéopathie, voir "on a retrouvé la mémoire de l'eau" et les travaux de Benveniste repris avec succès par le docteur Montagnier) une "maladie" sur mon estomac. J'avais hérité de ce mal de mon père avec qui j'ai fait un travail énergétique de pardon (lui l'a toujours) et je l'ai transmis à ma fille cadette à la naissance (depuis elle est guérie). Je ne vous fais pas le détail de cette maladie mais ce sont des douleurs atroces dûes à une malformation et de surcroît un champignon qui se développe selon un terrain propice (plutôt acide). Sous médicaments, avec d'énormes effets secondaires indésirables pour le foie, depuis 25 ans et normalement à vie, dépendante de ceux ci, car j'en avais partout afin de ne pas en manquer tellement la douleur était aigue en cas de manque, un matin j'ai décidé d'informer un verre d'eau d'amour et j'ai médité sur mon verre pendant 10 minutes avec cette intention amplifiée par la respiration. (j'ai été formée à cette pratique et la transmets depuis) Je l'ai bu délicatement, consciemment et puis ........... disparition totale de la douleur.... puis dans les jours qui ont suivi....... j'ai oublié, simplement oublié puisque la douleur ne venait plus m'informer. Mon comportement "aigri" avait disparu et les aigreurs avec. Quelques mois plus tard, ce sont mes enfants qui m'ont rappelé que je ne prenais plus mes médicaments, ce sont mes parents qui lors d'un séjour chez eux se sont aperçus que je ne piquais plus les médocs de mon père et là j'ai dit "ah oui, je me suis guérie" et j'ai expliqué le processus ... imaginez le regard effaré de mes interlocuteurs, ça y est je n'étais plus malade de l'estomac mais de la tête !!! C'est grave docteur ? et j'ose ici vous le raconter sans peur du jugement car pour moi c'est une vérité, la mienne, je n'ai plus rien à cacher puisque je suis dans mon être authentique, je l'exprime c'est tout !! 

Cette vérité est équilibrée car je suis également reconnaissante à la médication d'avoir sauvé la vie par deux fois de ma fille benjamine qu'une infection urinaire a failli emporter par septicémie et plus tard un épisode grave : une pneumopathie. Par contre, depuis mon changement de conscience et de mes et donc ses croyances, ma fille n'a pas eu besoin de médication depuis. Ces maladies sont intervenues pendant une période de son début de vie et pendant laquelle, j'étais en période de séparation et de crise avec son papa. Pour la même enfant, qui faisait otite sur otite, avec un tympan abimé et promise à une pose de yoyos sous anesthésie générale et tous les inconvénients que cela pose, un médecin pourtant généraliste, devant mon refus de cette opération m'a proposé un traitement homéopathique assez lourd et contraignant qu'il est allé chercher (pendant 10 minutes) au fond de ses tiroirs dans la pièce derrière son cabinet. Trois mois plus tard, à son grand étonnement, car il m'avait donné ceci sans y croire et juste pour que j'accepte l'opération, plus d'otite, tympan comme neuf et depuis plus jamais aucune (l'otite est reconnue comme façon de l'enfant d'attirer l'attention, l'écoute affective de ses parents). Cette enfant est la seule de mes 4 enfants à gérer elle même son placébo et nocébo (la petite dernière qui n'a pas vraiment connu maman dans son autre dimension, la peur), elle fait des choses incroyables avec son esprit et gère ainsi beaucoup de choses même si l'émotionnel parfois prend le dessus. Elle est pur amour, elle utilise l'énergie de façon instinctive et naturelle.

C'est ainsi que notre façon de nous nourrir, "que l'aliment soit ton médicament", que cela soit au niveau physique ou spirituel, influencera notre vie et notre matière.

Pour conclure, je dirai que ce processus est maintenant largement utilisé par les scientifiques, médecins ou autres, industrie pharmaceutique également pour son packaging en particulier (couleurs, formes de pilule ou gélule etc, selon notre symbolique inconsciente), avec une évolution bénéfique de la prise de conscience de la relation avec le patient et de l'importance qu'il soit le centre du traitement et non son corps morcelé en organes sans esprit ainsi qu'une simple machine. Alors que l'on en soit conscient ou non, il est de plus en plus intégré dans les soins. Il s'agit désormais soit de continuer à subir l'évolution en route sans savoir, sans comprendre ou bien d'intégrer en nous consciemment ce processus et de l'utiliser, conjugué dans certains cas à la médication avec discernement et équilibre entre les bénéfices et les effets secondaires. Peut être regarder la douleur, la maladie et peser les effets nocébo et écouter notre thérapeute intérieur. En effet, parfois, le médicament que nous prenons est plus nocif par ses effets secondaires que le mal qui nous ronge, une simple douleur à écouter autrement et à prendre en charge. Parfois, le mal a pris de l'ampleur et le médicament est approprié, encore nous pouvons l'aider avec notre pouvoir de guérison intérieur et ainsi monopoliser toutes nos ressources ou simplement comme en chimiothérapie, diminuer les effets secondaires nocébo par du placébo, la diète par exemple reconnue, ou encore limiter les brûlures du laser par un travail énergétique préalable (utilisé "sous le couvert" dans certains hopitaux). Désormais les médecines se conjuguent, se complètent, prennent du sens, celui de l'humain, même si l'évolution est ralentie par les MENTALités qui trainent la patte.

La prévention reste la meilleure solution et de nettoyer en amont, avant que cela ne s'inscrive dans la matière, des évènements difficiles que nous créons, la maladie dans le corps, faire circuler nos émotions, éviter de refouler, mettre en lumière nos mémoires inconscientes et ainsi dès aujourd'hui déposer l'intention et la renforcer d'une décision, de "nous plaire" (étymologie de placébo) et de procéder en conscience à un changement de nos comportements, croyances, desapprendre et réapprendre, devenir un apprenti sage et petit à petit, s'acheminer vers son Etre véritable.

Je précise que les bactéries étaient sur terre bien avant nous et qu'elles sont nos origines. Certaines sont bénéfiques et indispensables à la vie, comme celles de nos intestins par exemple, d'autres sont plus agressives. Elles ont droit autant que nous de vivre. Simplement devons nous les tuer ou les comprendre et cohabiter ou simplement garder l'équilibre ? Deux expériences m'ont marquée à ce sujet :

- l'une qui consiste à envoyer de l'amour à des bactéries agressives sous microscope et constater que cela ne les détruit pas mais simplement stoppe leur prolifération. Par cet effet, elles vont finir par diminuer, ne se reproduisant plus et leur durée de vie dépassée. Ce processus peut être plus long que de les tuer mais naturellement prévu. Ainsi ce serait le placébo (plaire,amour) qui aurait cet effet, contrairement à la peur (nocébo) qui produit l'effet inverse. Ces bactéries en nombre restreint n'affecte pas l'homme et survivent grâce à son organisme. Je ne peux vous préciser la source car j'ai oublié le nom du célèbre docteur (un gynécologue qui a réussi ainsi à soigner ses patientes d'infections vaginales il est américain, si vous avez son nom, merci de le noter dans les comm, je n'ai pas le temps de rechercher)

- l'autre consiste à constater l'intelligence du macrobiote (le monde des bactéries) que cela soit au niveau intestinal (le cerveau du ventre) ou encore plus récemment la constatation qu'un simple baiser (amour ? ou geste inconscient suggéré par le macrobiote ?) d'à peine 10 secondes entre deux êtres, suffit à permettre l'échange de 80 millions de bactéries, permettant ainsi aux amoureux d'équilibrer leurs macrobiotes respectifs et d'être plus forts face aux maladies (source http://www.microbiomejournal.com/content/2/1/41). Alors l'amour comme énergie de guérison ? Aimer ou nuire (placébo ou nocébo) là est la question !!

Je me demande encore parfois si ce que l'on appelle l'enfant intérieur ou l'inconscient ne serait en fait que le cerveau du ventre, puisque souvent localisé ici en opposition à la tête. En effet, nos intestins comprennent un nombre important de cellules neuronales. C'est le lieu émotionnel par excellence. Le nerf vague serait censé être un lien par lequel le cerveau de la tête donnerait les ordres aux intestins alors qu'il est prouvé depuis que beaucoup plus d'informations remontent au cerveau et que la source en est justement le bas vers le haut. Ainsi nos émotions nous guident, notre inconscient, notre caché, nos mémoires inspirent. C'est quand on dit "c'est plus fort que moi, sous entendu que l'on ne peut resister et tant mieux parfois". Sachant que les bactéries peuplent nos intestins, qu'elles sont des milliards et que ce macrobiote serait pensant et même je le rappelle à l'origine de la vie sur terre, nos instincts .... qui dirige qui ? Nous le constatons dans nos vies, le hasard n'existe pas et ce que nous avons oublié ou enfoui, le monde quantique et microscopique, l'invisible à nos yeux sous tend le visible. Ainsi les 80 pour cent de potentiel ou de refoulé, tout dépend, comment on l'aborde, est bien là, tapis dans notre ventre. A nous de le découvrir ou d'oser regarder.... 

Ainsi science, spiritualité, psychologie, neurologie, sciences comportementales .... se recoupent de plus en plus même si les mots utilisés sont volontairement différents afin que tout ceci reste séparé ...pour ceux, qui comme moi, cherchent, les liens se tissent, les enseignements se recoupent et tout converge vers une vérité qui parait différente pour n'être qu'une.


Il est bien évident que j'ai constaté dans mon expérience personnelle ou professionnelle que notre meilleure protection est l'amour, ne se nuire ni à soi, ni à l'autre et cultiver cette puissante énergie qui est la vie. Notre niveau vibratoire alimente notre bouclier magnétique protecteur dont le coeur est le centre, à l'instar du bouclier de la terre alimenté par son centre. Nous sommes d'ailleurs par notre sang et la magnétite présente dans chaque cellule, composés de fer, aimant ou aimant  ! Quand on descend au niveau physique, on parle de système immunitaire, qui d'ailleurs est régi en grande partie par nos intestins, véritable macrobiote !! Le lien est rapide peut être un peu raccourci mais je ne vois pas de meilleur moyen de vous transmettre ce partage, que vous soyiez prêts à le recevoir ou non peu importe !

Je vous partage maintenant le documentaire qui est la source de cet échange. Il est purement scientifique, rationnel, avec une évolution en fin de doc sur les applications possibles de ces découvertes qui vont révolutionner le monde médical et pharmaceutique, nos vies également et la gestion des soins. Imaginez que simplement, comme le montre dans un autre documentaire "on a retrouvé la mémoire de l'eau", le docteur Montagnier, que nous puissions un jour nous guérir sur la base de l'information ou ré-information qui n'est autre que la base de la forme. C'est ici, un changement de paradigme où le système de pensée ou même économique serait complètement bouleversé et l'est déjà pour nombre d'entre nous .... Pour rester en forme, informons nous  !

Bien à vous,

Elisabeth ROUZIER


Qui est l'auteure de cet article : 

Après une crise existentielle en 2008 (correspondant à la crise de société que nous avons entamée en 2008  que l'on appalle crise économique) qui a remis en question mon couple, mon lieu de vie, ma profession, mes finances, mes relations et ma vie matérielle, j'ai complètement changé de vie pour me rapprocher de mon être véritable. En 2011, je créais le blog revelessencedesoi afin de partager cette expérience et d'inspirer. Depuis 2013, j'exerce la profession (de foi) d'hypnothérapeute, psychoénergéticienne et coach intuitif en cabinet et par skype. Un programme d'accompagnement en ligne est en cours d'élaboration. J'ai reçu une commande d'éditeur pour publier un livre, le manuscrit doit être finalisé le 8 décembre prochain pour une publication en 2015. Il ouvrira la porte à d'autres livres où je compte partager mon expérience et mes pratiques. Des stages en présentiel sont également en cours de finalisation avec déjà quelques inscrits parmi mes consultants. Depuis presque 4 ans que je partage en abondance sur les réseaux sociaux et sur mes deux blogs (l'autre revelessencedefemme.net), je souhaite désormais accompagner simplement une partie des personnes touchées, celles qui souhaitent s'engager vraiment dans un processus d'évolution et l'intégrer dans leur vie quotidienne. La transformation de soi change le monde et en ce moment, le monde a besoin que le féminin s'exprime, qu'il soit en les hommes ou les femmes. Merci de votre lecture, si vous souhaitez suivre mon activité, merci de vous inscrire sur la liste d'abonnés de ce blog.


 

LE DOCUMENTAIRE


Descriptif : La santé passe aussi par la tête : le pouvoir de la pensée peut parfois parvenir à guérir le corps à lui tout seul. Et si les médecins pouvaient utiliser cette possibilité pour aider leurs patients sans leur administrer des médicaments ? Il est aujourd'hui prouvé que les dispositions du patient et sa relation avec son médecin peuvent avoir une influence profonde sur son état de santé. Mais alors, où se trouvent les limites de l'effet placebo ?

L'effet placebo intrigue depuis des siècles, même s'il a longtemps été décrié. Les récentes découvertes scientifiques sur l'effet placebo révèlent l'extraordinaire lien entre corps et esprit, à tel point qu' il est désormais envisagé en tant qu'option thérapeutique.

Ce film propose de porter un nouveau regard sur notre formidable pouvoir d'auto-guérison. Une enquête rigoureuse sur les études réalisées à travers le monde.

Documentaire de Emmanuelle Sapin et Pascal Goblot (France, 2014, 52 min.) - 

source http://future.arte.tv/fr/effet-placebo

 

 




 

 


 

Vous pouvez aussi vous documenter sur les applications de l'effet placébo ici http://leffet.placebo.free.fr/diff_methodes.htm

 


placebo-affichette.jpg


 

 

 

 

Repost 0
Published by Elisabeth Rouzier - dans POTENTIEL HUMAIN
commenter cet article

Présentation

  • : revelessencedesoi.com
  • revelessencedesoi.com
  • : boite à outils de développement transpersonnel et d'éveil de l'esprit
  • Contact

Profil

  • Elisabeth Rouzier
  • si tu as déjà tout fait et que ta vie ne te convient pas, fait quelquechose que tu n'as jamais fait !! c'est en te changeant toi même, que tu changeras ta vie !Ne subis plus les évènements, sers toi en, l'obstacle est là pour ça !
  • si tu as déjà tout fait et que ta vie ne te convient pas, fait quelquechose que tu n'as jamais fait !! c'est en te changeant toi même, que tu changeras ta vie !Ne subis plus les évènements, sers toi en, l'obstacle est là pour ça !

 

Chaque jour est un défi pour révéler vos ressources et non un obstacle pour vous faire chuter .....Agir n'est pas ré-agir c'est apporter des réponses , choisissez la RESPONS-ABILITY (capacité à répondre)  -  Vous n'êtes ni fautif ni victime de ce qui vous arrive, vous en êtes tout simplement la source créatrice, c'est un pouvoir et non une faille, utilisez le pour créer votre vie ! - Aujourd'hui, ne vous inquiétez pas - - Aujourd'hui ne vous fâchez pas - - N'écoutez pas la peur et le doute et faîtes vous confiance - Aujourd'hui, bénissez la vie et aimez, faîtes la paix - - Aujourd'hui, vivez, osez ETRE vous-mêmes et agissez dans le PRESENT - - Aujourd'hui, soyez bon avec vous-même, avec les autres, et avec tous les êtres vivants ... n'écoutez que votre coeur et votre intuition  .... merci de votre visite - cherchez ici une réponse, un outil et vous trouverez ou demandez le moi par la fiche contact - Belle et lumineuse journée à vous ! Elisabeth on revelessencedesoi.com .....pour le BONHEUR EN SOI et PAR SOI, choisissez d'être heureux ...  

Soyez les bienvenus dans mon espace ! 
Si vous souhaitez vous ressourcer en lisant l'article du blog, je vous partage une musique puissante ...

Recherche


arobas-copie-1 Je m’inscris ci-dessous à la Newsletter et je suis informé(e) régulièrement 

 

J'envoie aux abonnés des partages qui ne sont pas publiés sur le blog

je noue une relation privilégiée et je respecte la confidentialité, merci de votre confiance

à bientôt !

suivez moi sur :

Ma Page sur Hellocoton

suivez moi sur


 

suivez moi sur :

Suivre revelessence sur Twitter  https://twitter.com/#!/revelessence 

 

 

revelessencedesoi on twitter