20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 18:03
Comme l'esprit du feu, nous avons nous aussi à chanter une belle chanson à notre enfant intérieur afin qu'il se souvienne de ce temps et retrouve ce qu'il est et non ce que l'on a voulu qu'il soit ..... Elisabeth Rouzier

Comme l'esprit du feu, nous avons nous aussi à chanter une belle chanson à notre enfant intérieur afin qu'il se souvienne de ce temps et retrouve ce qu'il est et non ce que l'on a voulu qu'il soit ..... Elisabeth Rouzier

 

C’était aux temps où les animaux et les êtres humains parlaient le même langage, au temps où l’on communiquait avec les esprits des éléments et en ces temps des commencements, une étrange maladie ne touchant que les enfants en bas âges s’était abattue sur un village Hopi. Les enfants ne parlaient pas, ne riaient pas, ne bougeaient pas. Leur regard éteint semblait regarder dans le vide et les adultes ne savaient plus que faire pour communiquer avec eux.

Un ancien s’est alors souvenu que l’on disait que le petit esprit noir du feu connaissait les remèdes à toutes les maladies. Cependant que l’on ne se réjouisse pas trop car il avait très mauvais caractère et était très exigeant sur la qualité des cadeaux que l’on devrait lui faire afin de l’amadouer. Les gens du village se sont rassemblés et ils ont donné leurs plus belles poteries pour offrir au petit esprit noir du feu.

Les jeunes hommes choisis pour cette mission ont revêtus leurs plus belles parures et sont partis à la recherche du petit esprit noir du feu. Ils étaient à peine sortis du village qu’ils ont croisé Coyote qui leur a demandé où ils allaient. Ils lui ont répondu :

– « Ô toi, vil joueur de tours, passe ton chemin : notre mission ne te regarde pas porte malheur ! »

Coyote a disparu en ricanant et son rire sarcastique a raisonné longtemps dans les canyons.Les jeunes hommes, après avoir erré longtemps ont fini par trouver le petit esprit noir du feu. Celui-ci leur a tourné le dos ostensiblement, mais ils ne se sont pas découragés. Ils lui ont parlé de la maladie des enfants et lui ont demandé de venir au village pour les soigner. Puis ils ont ouvert les sacs contenant les poteries magnifiquement décorées.Le petit esprit noir du feu a daigné jeter un coup d’œil derrière lui, il a pris un air agacé et a fait signe aux jeunes hommes qu’ils devaient remballer leurs cadeaux et repartir avec.

C’est la tête basse de déception et de tristesse que les jeunes hommes sont retournés au village. Deux fois encore les jeunes hommes sont revenus voir le petit esprit noir du feu sous le rire sarcastique de Coyote : une fois avec des bijoux d’argent et de turquoise, une autre avec des tissus délicatement brodés.Mais à chaque fois le petit esprit noir du feu se renfrognait davantage.

Un jour, une jeune fille qui était allée chercher du bois pour cuisiner croisa le chemin de Coyote. Celui-ci lui demanda :

– « pourquoi as-tu l’air si triste ? »

– « parce que les enfants du village sont malades et que personne ne sait comment les soigner. Les jeunes hommes sont même allés voir le petit esprit noir du feu avec des cadeaux somptueux mais il est trop exigeant et… »

– « somptueux pour qui ? » l’interrompit Coyote

– « que veux-tu dire ? »

– « Rien d’autre que ce que j’ai dit ! » Et Coyote disparut dans un grand éclat de rire joyeux.

La jeune fille ramena le bois chez elle, alluma le feu, prépara le repas en silence, puis elle sortit sans manger au grand étonnement de ses parents qui commencèrent à s’inquiéter sérieusement pour elle, bavarde et gourmande comme elle l’était habituellement.

Une fois dehors, elle sortit du village et elle se mit à rassembler diverses choses ramassées ici et là dans un grand tissu noir qu’elle avait emporté. Une fois le tissu rempli elle se dirigea vers l’endroit où habitait le petit esprit noir du feu. Celui-ci lui tourna le dos ostensiblement mais elle ne se laissa pas décourager :

– « Je te salue petit esprit noir du feu et je t’apporte des présents en gage d’amitié »

– « on est déjà venu me faire des cadeaux grogna le petit esprit noir du feu, cela ne m’intéresse pas, laisse-moi me reposer en paix »

– « Oui, mais les miens sont différents dit la jeune fille d’une voix douce, jette juste un œil sur eux, je t’en prie et s’ils ne te conviennent pas, je ne te dérangerai pas davantage »

– « tu m’as parlé d’amitié, c’est pour cela que je t’ai répondu : souhaites-tu vraiment devenir mon amie ? » demanda le petit esprit noir du feu en se soulevant légèrement.

– « je serais heureuse que tu acceptes mes offrandes et d’être ton amie »

Le petit esprit noir du feu se retourna et aperçut alors le contenu du tissu. Son œil s’illumina d’une joie enfantine

– « Oh ! Tu m’as apporté tout ce que j’aime le mieux ! »

Il regardait avec jubilation les bouts de bois, les morceaux de tourbe, les herbes sèches, les pierres à feu et poussait des « Oh ! Comme c’est beau !

Oh ! Quelle merveille ! Vraiment somptueux ! » On aurait dit qu’il ne pouvait se détacher de la contemplation des plus splendides créations de la terre. Cependant, il finit par se calmer et regarder la jeune fille d’un air ravi :

– « Des nombreuses personnes qui sont venues ici me faire des offrandes tu es la seule qui a pensé non à ce qui te plaît à toi mais à ce qui me ferait plaisir à moi ! J’accepte ton amitié de bon cœur ! Y a-t-il quelque chose qui te ferait plaisir à toi ? Ce serait une joie pour moi de te l’offrir ! »

– « J’aimerais rester un peu en ta compagnie, te connaître un peu mieux…. »

– « Quelle merveilleuse idée ! » Et il se mit à sauter de joie en tapant dans ses mains.

Ils sont restés trois jours et trois nuits à faire connaissance et la jeune fille a découvert quel merveilleux enfant était le petit esprit noir du feu : drôle, espiègle, taquin, aimant rire, danser et chanter, ne restant jamais en place, se mettant en colère lorsqu’il n’arrivait pas à se faire comprendre puis riant de plaisir quand elle le comprenait, très attentif à sa dignité personnelle, se renfrognant quand il croyait qu’elle ne faisait pas attention à lui et explosant de joie quand il s’apercevait qu’il s’était trompé. Au matin de la quatrième journée la jeune fille annonça au petit esprit noir du feu qu’elle devait repartir sinon les siens allaient trop s’inquiéter.

Il se mit alors à pleurer à chaudes larmes et elle lui dit :

– « je sais que c’est dur pour toi que je parte parce que c’est dur pour moi aussi de te quitter. Je vois ton chagrin et mon cœur se serre. Mais je te promets que je reviendrai te voir souvent parce que je ne pourrai pas supporter de rester longtemps loin de toi »

– « Je vais venir avec toi, tu ne m’as rien demandé mais je sais ce que ton cœur désire. Je vais t’accompagner jusqu’à ton village et soigner les enfants 

Le petit esprit noir du feu entra dans le village avec la jeune fille, il demanda à voir chaque enfant individuellement et à chaque enfant il chanta une chanson différente. Les enfants semblaient alors comme émerger d’un mauvais rêve et un sourire illuminait leur visage.

Le petit esprit noir du feu rassembla alors les parents et leur dit :

– « Si vous voulez que vos enfants n’attrapent plus la maladie de la tristesse laissez-les se comporter comme des enfants et ne cherchez pas à en faire prématurément les adultes que vous-mêmes n’êtes pas capables d’être. Chaque enfant est unique et c’est pour cela qu’il est précieux. Respectez-le dans ce qu’il est et non dans ce que vous voudriez qu’il soit. Ainsi en va la loi de la vie : il y a un temps pour l’enfance, un temps pour la maturité, un temps pour la sagesse. »

Puis il disparut dans un nuage de fumée non sans avoir murmuré à la jeune fille :

– « souviens-toi de ta promesse »

 

Sagesse Hopi

Soit une mère veilleuse pour ton enfant et en premier pour celui qui vit en ton sein . La jeune fille en toi sait, elle t'amènera l'esprit du feu qui chante les chansons qui guérissent et réveillent la croissance de cet enfant intérieur . Elisabeth Rouzier

Soit une mère veilleuse pour ton enfant et en premier pour celui qui vit en ton sein . La jeune fille en toi sait, elle t'amènera l'esprit du feu qui chante les chansons qui guérissent et réveillent la croissance de cet enfant intérieur . Elisabeth Rouzier

Repost 0
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 09:50
Le pardon change ton avenir certes, ton présent assurément, mais également ton passé qui devient léger, enseignant, expérience et inspiration .... Elisabeth Rouzier

Le pardon change ton avenir certes, ton présent assurément, mais également ton passé qui devient léger, enseignant, expérience et inspiration .... Elisabeth Rouzier

Depuis un certain temps, je visite chaque jour l'application fb "souvenir" et je retombe sur des textes que j'ai publiés voilà 4 ans au moment où j'étais très prolifique .... Cela m'arrange bien car voilà plus d'un an qu'une éditrice m'a demandé de faire ce travail de compilation et devant l'ampleur de la tâche, j'ai abandonné .... et puis désormais chaque jour, j'en rajoute un, petit à petit ..... peut être un jour ce travail sera prêt .... En attendant, je les publie à nouveau pour inspirer celles et ceux qui sont encore sur ce chemin que j'ai parcouru avant eux (sur ma page Revelessencedesoi on fb) ..... Aujourd'hui, je tombe sur un texte qui parle des résistances au pardon publié le 16 mai 2012 et je vous le partage ici :

 

Tu ne veux pas ou ne peux pas pardonner ?
Alors réfléchis une minute, combien d'énergie dépenses tu dans cette histoire qui n'est dans ta vie que parce que tu le permets dans tes pensées ?
Quelle "punition" infliges tu si ce n'est la tienne ? Souhaites tu te rendre malade ? Souhaites tu rester une victime ? Souhaites tu attirer l'attention et que cette histoire ou personne ne meure jamais dans ta vie ?
Pourquoi souffres tu ? De la blessure passée ou de ce que tu rajoutes à cette blessure ?
Pourquoi ne fais tu pas confiance à la vie ?
Cette histoire ou personne ne sera jamais jugée par les hommes, car ils ne le peuvent ... ceci est l'affaire de la vie, pas la tienne, laisse la rentrer à nouveau en toi et laisse la apporter l'expérience, l'épreuve ou la récolte à celui qui a semé ...
Ce qui t'es arrivé est terminé, c'était une épreuve, ou quelquechose que tu as attiré ou quelquechose qui était en toi, avance et pardonne, tu auras gagné mais n'oublie pas l'expérience, ainsi plus jamais elle ne se reproduira, car tu t'es guéri(e) par le pardon, personne ne peut te guérir que toi m'aime .. prends soin de toi, oui tu as gagné !
Une fois que tu as pardonné ou alors en intention si tu n'y parviens pas, visualise le cordon par lequel s'écoule ton énergie vers cette histoire ou cette personne, tu te vides de ton énergie ainsi et tu nourris en toi un poison, sens la fatigue qui te tient et quand tu comprendras l'utilité, prend un ciseau virtuel et coupe ce cordon, ensuite fait un noeud, il tombera et sèchera tout seul, c'est ta guérison, te voilà libéré(e), tu as désormais la possibilité de te ressourcer et de concentrer ton énergie sur toi et toi seul(e) ... tu pourras à nouveau partager quand tu sauras qu'un lien n'est pas un attachement mais un fil léger que le vent porte .... et que l'échange existe seulement quand il est équilibré ... dis NON à tout ce qui t'empêche de briller, pardonner c'est dire NON, c'est fermer un porte, pour pouvoir dire OUI et en ouvrir une autre.
Libères toi et guéris, la vie t'aidera et se chargera de ce qui ne t'appartient pas !

Convaincre ton "petit moi" à te faire le cadeau du pardon !

Ce que je peux te dire aujourd'hui, 4 ans plus tard, à propos du pardon 

 

- Cela a été l'une des étapes les plus fondatrices de mon bonheur d'aujourd'hui

- Pour moi, elle s'est faite dans la résistance et donc la souffrance parce que mon petit moi (ego) ne voulait pas lâcher, il est donc allé jusqu'au bout du bout, jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus. Chaque jour, il se repassait en boucle les scènes de "maltraitance", les paroles blessantes et dévalorisantes dont j'avais été "l'objet", et les moments où en tant que "sujet" je ne m'étais pas choisie et avais empiré ou laissé faire ..... cela créait en moi des émotions inconfortables pour ne pas dire douloureuses (réponse de mon inconscient qui comme pour la douleur physique qui t'avertit d'un danger, la douleur émotionnelle t'avertit que ce n'est pas la pensée à nourrir ....) qui me dévoraient chaque jour un peu plus .... de l'intérieur et cela se voyait à l'extérieur .... je suis allée jusqu'à la haine, la rage ..... et puis ..... je n'ai plus eu la force de nourrir cela et tant mieux, j'ai craqué et je me suis choisie enfin ..... je me suis aperçue que certes mes "réactions" étaient légitimes car véritablement j'avais été meurtrie dans ma chair et mon âme mais qu'il était encore plus légitime et juste pour moi de cesser immédiatement cela. En effet, même si j'avais reçu disons une centaine de coups de poignards en geste et en paroles, en actes ...... combien m'en étais je donnés à moi "m'aime" depuis ? Mille, un milliard ? Qui s'était fait le plus de mal ? Et là il a bien fallu m'avouer que c'était moi qui me blessait le plus et que je n'avais plus les moyens ni physiques, ni psy, de continuer ainsi .... à moins que j'en attende un bénéfice secondaire de jouer le rôle de victime que l'on plaint et qui n'existe que pour cela : être l'objet ou le sujet vivant (pas pour longtemps) qui "prouve" par son existence et sa présence sous forme de loque humaine que l'autre est mauvais et qu'il a perpétré ces actes. Ainsi, attirer le regard des autres, le regard de la vie sur ma situation et que justice soit rendue ... mais cela ne fonctionne pas comme cela .... parce que la justice des hommes n'est qu'un moyen limité et la justice divine ou de la vie rend exactement ce que l'on sème .... quelles étaient donc mes graines ? Des graines de haine, de rancoeur, de souffrance, de résistance, de contrôle (je voulais commander la vie, je voulais lui dicter ce qui est bien, bon, juste alors que je me mentais à moi "m'aime"), des coups de poignards que je m'infligeais ou des coups d'épée dans l'eau ..... J'ai donc fini par lâaaaaaaaaacher et j'ai pris la décision la plus juste, la plus alignée, la plus empathique, la plus empreinte d'amour inconditionnel pour moi, la plus bienveillante POUR moi et non CONTRE l'autre ou la vie : j'ai décidé de m'aimer suffisamment pour ne plus me blesser davantage, de me respecter suffisamment pour ne plus nourrir ces pensées, images, voix intérieures qui me faisaient du mal, dans un premier temps, puis, dans le répis qu'elles m'accordaient ainsi, trouver l'espace de me reconstruire, de me retrouver .... Finalement m'accorder d'avance, ce que j'attendais de la vie ou de l'autre et le miracle s'est produit, j'ai repris vie, j'ai trouvé la force intérieure et tout le chemin parcouru démarre de là .....

- ensuite il a fallu que je me pardonne de tout ce mal que je me suis fait dans l'ignorance, de tout le mal que j'ai fait à mes enfants qui contemplaient chaque jour le spectacle d'une mère décadente, de tout le mal nécessaire pour comprendre et explorer mes recoins et mes ombres. Puis le pardon est venu pour l'autre puiqu'enfin je pouvais le voir nu, le voir de l'intérieur, voir ses failles puisque j'y reconnaissais les miennes pour les avoir explorées avec empathie et humilité .... puis le fardeau s'est transformé en cadeau ...... Aujourd'hui, mon pardon grandit au début individuel, il se travaille désormais au niveau collectif et il nettoie, il balaie, il purifie, il allège et fait grandir mon coeur ....

- comment j'ai fait ? Au début comprendre dans ma chair comme je vous l'ai expliqué, puis à défaut de pouvoir cultiver de belles pensées, ne plus nourrir celles qui me faisaient du mal déjà (techniques switch, les "sentinelles", les métaphores "celle du loup en particulier" ...., la rupture énergétique de lien ....) .... ensuite une fois plus consciente, plus responsable, j'ai pu pratiquer en m'attribuant 100 pour 100 de la responsabilité de mes mémoires inconscientes individuelles et collectives ho'oponopono (désolée d'avoir réveillé cette mémoire et de la porter dans mes cellules, pardon ...... (et le lourd qui va avec), merci de m'avoir permis de l'identifier et de me la réapproprier, je t'aime (mettre de l'amour avec un grand A, dessus car il guérit tout, le je t'aime est pour moi, pour lui, elle, nous, le monde ...c'est le mot magique et la vibration guérisseuse).

- une fois le nettoyage fait en nous, la vie s'engouffre dans cette ouverture, dans ce potentiel libéré et nous emplit de nouvelles choses, d'un nouvel avenir, d'un nouveau passé revisité et porteur, d'un présent cadeau ...... 

- le pardon est un don que l'on se fait d'abord et qui coule ensuite sur les autres, il transmute puis transforme ....

- le pardon est un acte d'amour dont votre petit moi peureux n'est pas capable parce qu'il est dans la peur .... seule votre essence, votre soi, votre ..... (mettez ce que vous voulez) peut le rassurer et doucement l'inviter à se lover dans ce geste d'amour pour vous et le fera grandir par nourriture d'amour et il lâchera ses peurs .... Chaque chemin de pardon est différent, unique, et il se fait par petites touches délicates, c'est le premier pas qui compte ... ensuite c'est du gâteau .... c'est un état d'esprit, un état vibratoire, qui viennent s'installer une fois la première décision prise, qui en fait n'est qu'un accord, une porte qui s'ouvre en vous, une permission que vous vous donnez et le reste suit ......

- la question à vous poser : qu'est ce qui vous empêche de pardonner ? Quel bénéfice secondaire en tirez vous aujourd'hui ????? Soyez honnête avec vous vraiment comme je l'ai été ici en vous avouant mes propres bénéfices secondaires à rester longtemps dans l'autoflagellation ....... 

- Les "je ne sais pas" "c'est trop dur" "facile à dire mais pas à faire" "comment faire" sont de mauvaises réponses .... parce qu'une fois la vraie décision prise, la vie automatiquement vous envoie les MOYENS de réaliser ce que par votre décision vous venez de vous attirer .... si vous n'avez pas encore les moyens de le faire, c'est que votre décision intérieure n'est pas prise, votre choix pas franc (libre arbitre), votre porte fermée ..... mais un jour elle s'ouvrira ... le plus tôt est le mieux car entre temps votre inconscient est obligé de vous prévenir par des émotions inconfortables, voire des somatisations et plus tard des maladies qu'il utilise pour vous "soigner" malgré vous ....... c'est ainsi et l'autre n'y est pour rien puisqu'il n'est qu'un prétexte ou une projection de ce que vous ne pouvez pour l'instant regarder en vous ...... mais cela viendra .... ou pas ......

- que la vie vous guide, que votre petit moi se rassure, que votre Soi vous inspire ....

Bonne route les ami(e)s, bien à vous

Je viens du même endroit que vous et vais vers l'envers de moi même qui m'instruit chaque jour un peu plus sur la réalité. Hypnologue, Coach intuitive, psychoénergéticienne, auteure, conférencière et animatrice du groupe privé  Femmes Alchimistes "prem's" (programme à venir, inscrivez vous sur femmealchimiste.com) (consultations en ligne et au cabinet au compte goutte désormais me contacter ....accéder à l'espace membre privé me contacter ...) me lire aussi sur revelessencedefemme.net

Je viens du même endroit que vous et vais vers l'envers de moi même qui m'instruit chaque jour un peu plus sur la réalité. Hypnologue, Coach intuitive, psychoénergéticienne, auteure, conférencière et animatrice du groupe privé Femmes Alchimistes "prem's" (programme à venir, inscrivez vous sur femmealchimiste.com) (consultations en ligne et au cabinet au compte goutte désormais me contacter ....accéder à l'espace membre privé me contacter ...) me lire aussi sur revelessencedefemme.net

Repost 0
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 12:10
"oups ! J'ma trompé :) " ou bien chouette l'erreur est humaine !!

"oups ! J'ma trompé :) " ou bien chouette l'erreur est humaine !!

Les 6 erreurs humaines :

1 - l'illusion qu'un gain personnel se fait toujours aux dépens des autres

2 - la tendance à s'inquiéter de choses que nous ne pouvons changer ou corriger

3 - Insister sur le fait qu'une chose est impossible parce que nous sommes incapables d'en venir à bout

4 - refuser de classer de côté des priorités en réalité insignifiantes

5 - négliger le développement et le raffinement de l'esprit et ne pas acquérir l'habitude de la lecture et de l'étude

6 - tenter de forcer les autres à croire les mêmes choses et à vivre de la même façon que nous

Marcus Tulius CICERON


=================================

1 - si tu veux avoir le plus haut immeuble de la ville, ce n'est pas en détruisant les autres que tu paraitras plus grand. Tu en recevras de plus, tôt ou tard les conséquences et il faudra les assumer.Tu n'as qu'à en construire un et même proposer du logement. Jamais tu ne peux te mettre en valeur en diminuant la valeur des autres, mieux vaut découvrir ta valeur et en faire profiter à toi et aux autres...

2 - Apparemment au 21 ème siècle, nous n'avons toujours pas corrigé cette erreur et nous continuons à dépenser de l'énergie à s'inquiéter, ce qui ne change rien ... Inutile de te préoccuper de ce qui est hors de ton pouvoir, car si tu n'as aucun pouvoir il est vain de s'en préoccuper, il est inutile de se préoccuper des choses que tu peux contrôler car si tu peux les contrôler à quoi bon se faire du souci. Soit on peut changer les choses ou pas, mais le souci n'est jamais la solution ...

3 - nous sommes nombreux à souffrir de ce pessimisme, ce n'est pas parce que nous ne voyons pas la solution qu'elle n'existe pas ... Nous pensons impossible ce que nous ne pouvons concevoir ... du temps de Cicéron, pouvaient ils soupçonner l'invention du téléphone, l'ordi , la navette spaciale et toutes les technologies actuelles, elles n'étaient pas conçues donc impossibles ? Personne n'en sait jamais assez pour être pessimiste. Ce que l'on ne peut imaginer aujourd'hui sera peut être banal ou acquis demain ... Avant de les vivre, je ne concevais pas les guérisons "miraculeuses" d'une médecine évoluée et basée sur d'autres concepts, l'énergie d'amour, la conscience qui perdure après la mort et que je puisse survivre à mon épreuve et renaître dans cette vie. Rien n'est définitivement impossible ....

4 - Nous sommes nombreux à consacrer la majeure partie de notre temps à des occupations mineures : nous gaspillons notre précieuse force vitale en nous préoccupant de ce que les autres pensent de nous, de notre apparence, notre vie se passe dans l'angoisse de querelles au travail ou à la maison et nos conversations ne sont souvent que bavardages, notre égo devient la force motrice de notre vie, une vie vidée de notre propre importance occupe tout le devant de la scène. Nous voyons la faim dans le monde et pourtant nous sommes impatients de nous faire servir au resto et nous ne finirons peut être même pas les plats.... Nous acceptons des situations dans le monde en pensant ne pouvoir rien faire et même dans notre propre vie , au lieu de vraiment nous consacrer à résoudre les choses, nous préférons souvent jouer aux jeux inventés par notre égo ....

5 - Nous lisons et nous cultivons souvent pendant les études ... une fois le diplôme en poche, nous arrêtons car nous basons ce travail sur la récompense et les notes, or le développement personnel ne s'arrête pas à l'école, il reste l'école de la vie et toute notre vie il est important d'apprendre .... la littérature et la spiritualité ont été une grande source d'enrichissement pour moi et j'ai découvert que l'ignorance est souvent le moteur de la peur et la base de la manipulation ... la connaissance se fait par soi bien sûr, mais se cultiver par choix est beaucoup plus gratifiant que par obligation ... chacun reste libre ... mais au temps d'internet tant de choses sont maintenant accessibles, nous ne pouvons dire que nous sommes ignorants et que l'on nous cache des choses ... c'est à nous de chercher en nous et avec les outils à notre disposition et de nous faire notre propre avis .... personne n'est bête, l'intelligence de coeur est à la portée de tous, encore faut il chercher à développer ses capacités ...nous sommes tous égaux, la différence si elle se fait, est par choix même si en apparence vous pensez ne pas l'avoir ... ne comptez que sur vous mêmes pour votre culture perso et choisissez les bons outils ....

6 - Nous commettons tous cette 6 ème erreur. Suivons le conseil de Voltaire dans son Candide, il faut cultiver son propre jardin . Intéressons nous à notre propre vie et occupons de nous au lieu des autres. Nous avons le sentiment d'être victime des autres quand ils se mêlent de nos affaires et cela crée des tensions, alors rappelons nous à l'ordre et ne le faisons pas nous mêmes. Nous avons tant à faire pour nous .. Si le voisin cultive des choux et nous du mais, chacun son choix ... soit nous nous battons pour défendre la meilleure culture, soit chacun le fait tranquillement et ensuite nous pouvons échanger nos richesses.

Si vous souhaitez remédier au fait que vous pourriez peut être commettre au moins une de ces 6 erreurs, quelques suggestions:


- intéressons nous à notre propre vie et aux façons de l'améliorer


- si nous sommes inquiets, question : pouvons nous remédier à notre préoccupation ? Si oui occupons nous en, sinon occupons nous à penser à autre chose ou à rien, la résolution existe, c'est le souci qui nous empêche d'avancer


- ne s'occuper de l'autre que s'il nous le demande clairement


- être conscient et respecter la valeur des autres même si elle ne nous apparait pas, découvrons notre propre valeur et mettons la en action


- rayer le mot impossible de notre vocabulaire, car on ne sait jamais .... Un problème insoluble attend juste sa solution..


- ne pas juger les autres, être conscient de ce que l'on fait à l'autre et cesser immédiatement dès qu'on le perçoit.


- s'occuper de nos projets de vie ou s'en trouver


- prendre du temps pour notre enrichissement personnel et se tenir informé en cherchant nous mêmes l'information, ne la subissons pas de la tv par exemple


- et toute autre suggestion qui corrige l'erreur humaine, elle n'est pas une faute, ce qui signifie que toute erreur est là pour notre apprenti-sage ... il serait temps d'y penser ... depuis Cicéron, il s'est écoulé du temps ... nous avons avancé sur d'autres plans matériels ou technologiques peut être mais nous n'avons pas beaucoup évolué au niveau de l'esprit (disons moins vite)... et même peut être reculés puisque nos vies et notre monde ne sont pas vraiment meilleurs, si ? Alors prouvons le contraire, rien n'est ............... impossible définitivement, rendons possible ce qui l'EST !!

Initialement écrit le 11 mai 2012 et partagé sur la page facebook Revelessencedesoi. J'ai laissé le texte tel quel sans retouche ....Aujourd'hui je l'aurais écrit différemment car cette verve "un peu rageuse" m'est passée avec les années mais je m'aperçois que j'ai appliqué depuis 4 ans ce que je partage et mon monde va beaucoup mieux. J'ai vraiment utilisé mes erreurs et les ai transformées en apprentie sage que je suis toujours ... A vous maintenant !!

Initialement écrit le 11 mai 2012 et partagé sur la page facebook Revelessencedesoi. J'ai laissé le texte tel quel sans retouche ....Aujourd'hui je l'aurais écrit différemment car cette verve "un peu rageuse" m'est passée avec les années mais je m'aperçois que j'ai appliqué depuis 4 ans ce que je partage et mon monde va beaucoup mieux. J'ai vraiment utilisé mes erreurs et les ai transformées en apprentie sage que je suis toujours ... A vous maintenant !!

Repost 0
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 11:33
dimension symbolique donc inconsciente du conte de l'âne au fond du puits par Elisabeth Rouzier

dimension symbolique donc inconsciente du conte de l'âne au fond du puits par Elisabeth Rouzier

La stratégie du petit moi peureux est d'éviter de tomber dans le trou, le terrier du lapin, les entrailles de la terre, ce qu'il a appelé enfer et de rester à l'extérieur. La vie, elle, ne souhaite pas que tu passes à côté, alors elle finit toujours par te pousser à l'intérieur, par l'intermédiaire d'évènements ou ce que tu appelles les autres. L'épreuve est l'éprouvette dans laquelle tu fais tes preuves. Elle fait ce geste d'Amour envers toi parce qu'elle sait que c'est dans la grotte, la caverne que sont tes pierres précieuses, tes ressources, comme c'est au fond du puits que l'on puise directement à la source .....

Elisabeth Rouzier

Un jour, l'âne d'un paysan tomba dans
un puits.
Son maître, désespéré, essaya durant
des heures de l'en tirer, tandis que le
pauvre animal ne cessait de braire avec
angoisse.

Après avoir beaucoup essayé et
beaucoup réfléchi, le paysan décida que
l'âne ne valait pas la peine d'être
sauvé : il était vieux, le puits était
à sec. Il valait mieux combler le trou
et en finir.

L'homme demanda de l'aide à ses
voisins. Ainsi, chacun prit une pelle
et commença à lancer de la terre dans
le puits.

L'âne se rendit tout de suite compte
de ce qui se passait et ses braiements
de panique reprirent de plus belle.

Mais avec le temps, et à la grande
surprise des fossoyeurs, les cris de
l'animal cessèrent. L'âne se tenait
tranquille.

Le paysan intrigué jeta un oeil dans
le puits et ne cacha pas sa surprise
lorsqu'il vit l'âne grimpé sur un tas
de terre.

Chaque pelletée qu'il recevait sur
le dos, il la faisait tomber d'une
ruade. Puis il montait sur le monticule
ainsi formé et réussissait à s'élever
peu à peu.

Au bout d'un bon moment, l'âne arriva
au bord du puits et sauta par-dessus la
margelle, sauvé !

Pour nous aussi, les occasions de
nous apitoyer sont multiples : nous
recevons des pelletées de terre, qui
nous alourdissent, nous pèsent, nous
laissent au fond du trou. Il n'est pas
rare que les autres essaient de "nous
enfoncer".

Ce petit texte nous appelle cependant à
une autre vision de nos épreuves. Elles sont
en réalité un tremplin pour nous élever et
nous en sortir.

Comme l'âne, vous pouvez vous secouer et
profiter de cette opportunité ou bien
simplement vous laisser enfouir vivant
sous le monceau de vos soucis.

"Je ne me décourage pas, car chaque
tentative infructueuse qu'on laisse
derrière soi constitue un autre pas en
avant."
Thomas Edison

 

Cette histoire, je l'avais lue il y a des années et elle m'avait "parlé". Quand on dit "cela me parle" à qui cela raconte la véritable histoire ? A une partie inconsciente de nous parce qu'elle n'est pas encore révélée, à une partie qui oeuvre dans l'ombre en complicité avec la vie pour nous présenter ce qui est "propice" pour nous, parce que nous avons une marge de croissance que nous n'avons pas encore saisie, des ressources cachées au fond du puits, notre source directe, d'où l'expression "cela coule de source".

C'est dans mon épreuve de vie que j'ai puisé mes ressources profondes, celles que j'avais oubliées parce que la femme que j'étais a d'abord longuement construit les murs du puits autour de la source, m'en coupant totalement. Ainsi, j'ai d'abord construit des murs entre moi et Soi pour me protéger et je me suis trouvée si astucieuse d'avoir découvert comment élaborer des remparts, une carapace, pour de l'extérieur, péniblement, aller régulièrement puiser à la source.

L'intelligence humaine est ainsi faite qu'elle utilise d'abord son énergie pour bâtir à l'extérieur et se séparer de ce qui la nourrit vraiment. Ainsi, enfant nous sommes directement connectés à notre essence, nos rêves peuvent devenir réalité, nos vrais rêves, pas ceux qui nous sont dictés par la société ou nos parents, ce qui nous anime, nous passionne, ce qui est "facile" pour nous car c'est dans notre nature. On nous apprend pourtant à nous "protéger" de la vie et à accumuler, à construire un métier, un couple, une famille, un toit, un avoir et un faire et même l'amour doit passer par un intermédiaire pour pouvoir oser le vivre en soi. Nous nous tournons ainsi de plus en plus vers l'extérieur et nous reposons sur des constructions pour nous autoriser à accéder à ce que l'on appelle le bonheur. Nous ne laissons même pas la vie nous guérir, alors elle va nous aguerrir ...

Nous croyons être des Etres intelligents alors que dans cette histoire, nous serions en fait des "ânes". Nous sommes .entêtés littéralement, dans la tête, en haut, mentaux et raisonnables mais cette raison nous coupe souvent de notre coeur. Nos choix sont tournés vers la raison, nous n'écoutons que peu cette voix intérieure mais le vacarme de nos 60000 pensées inconscientes par jour qui nous autohypnosabotent et nous conditionnent à nous forcer à être ce que nous ne sommes pas..... encore, tout cela pour quelques miettes de reconnaissance, de ressources (argent amour etc....), que nous récoltons seau après seau sans jamais faire le saut qui nous fait peur parce que nous allons nous retrouver nus sans notre construction, notre carapace. Mais comme l'âne nous avançons grâce à la carotte ou bien les coups de pieds aux fesses, une alternance entre faim de récompense qui est choisie pour nous par les besoins de la société de consommation ou par ce qui serait "bon" pour nous d'après des modèles extérieurs et préétablis d'une part, et peur des frustrations, voire ce que l'on peut appeler brimades ou punitions d'autre part. Mais l'âne n'est pas qu'une bête c'est aussi un animal. L'animal en nous est justement animé, en relation directe avec l'âme, la sienne et l'âme du monde, c'est aussi notre moi primordial caché derrière le petit moi social, relié à ce processus de vie transcendant qui passe à travers nous et nous rend vivants au fond de cette mort mouvance dans laquelle nous avançons comme des robots.... un temps.

La vie est complice de ce processus, tout d'abord, elle nous laisse faire nos constructions programmées (et c'est très bien ainsi), souvent la première partie de notre vie, c'est le terreau de notre expérience, cette terre qui nous sera jetée ensuite sur le dos, notre matière première que nous pourrons utiliser dans notre oeuvre alchimique intérieure ou simplement ne pas voir et ignorer en pestant contre elle et la projetant sur les autres, plutôt que d'en prendre la responsabilité et de l'utiliser précieusement pour rebondir, pour comprendre, pour s'élever .... La vie passera donc, à travers l'aiguillon du rouet de la belle au bois dormant, à travers la pomme de la sorcière, à travers les flêches de la blessure amoureuse de cupidon, à travers Aphrodite, déesse alchimique, qui pousse Psyché dans ses 4 épreuves, à travers l'homme qui nous pousse dans le puits, à travers les autres qui appuient sur nos blessures carapacées et nous les rappellent, à travers la maladie qui est l'effort que fait la nature pour nous guérir de la mal a dit, à travers l'épreuve qui enfin vous parlera et vous poussera dans vos retranchements, pour nous plonger dans un sommeil (ou une depression) qui ne vient pas de morphée (ça c'est le sommeil qui nous fait nous endormir et ne plus voir) mais d'Hypnos, le dieu (ou archétype) qui veille toujours pendant notre sommeil morphéique (c'est morphéus dans matrix, le lapin dans le terrier, la marraine de peau d'âne ou de cendrillon, notre petite voix qui nous réveille un jour) à nous rappeler que le rêve est le fond de notre réalité .....Dans cet état modifié de conscience auquel nous pouvons accéder par divers outils naturels et intrinsèques (j'ai d'abord accédé à ceci par moi même naturellement et avec grande surprise pour ensuite découvrir ce que c'était à travers une formation certifiante d'Hypnose ou la voie chamanique et d'autres chemins pour accepter que cela soit vrai, juste et intrinsèque à chaque être humain, que je n'étais ni folle, ni une exception mais que c'est la fonction transcendantale de l'inconscient décrite par Carl Gustav Jung), nous accédons au fond du puits et allons rencontrer nos ombres .... l'envers du décor, le réel de ce que l'on appelle réalité, 

Le puits, comme l'arbre de vie, sont des symboles qui nous enseignent et nous rappellent la trinité sur laquelle est basée notre être véritable. Le puits et l'arbre sont des accès, des passages qui nous montrent que nous avons des racines qui ont directement accès à nos sources cachées, c'est le monde d'en bas du chamanisme où nous rencontrons notre moi instinctif, sauvage, primordial, indomptable mais sage. Ce sont dans ces racines, cette source que nous puisons une énergie vitale, ressourçante, mais également que nous y avons caché nos ombres, le noir, ce que nous appelons l'enfer (inferno, le bas, l'inférieur) mais là où se trouve la caverne des 7 nains qui ressortent les pierres précieuses, la grotte de l'enfant divin, notre enfant intérieur de lumière, c'est notre véritable lieu de renaissance, le second, la première grotte étant l'utérus de notre mère qui nous ouvre une première fois au monde de la dualité et nous offre la séparation, c'est notre première naissance. La seconde est l'accouchement de soi "m'aime" et nous offre la fin de la séparation, les retrouvailles, enfin la mort est la troisième naissance et nous offre le retour à la maison, ces trois portes intitiatiques, ces trois passages sont l'origine du mot "trépasser" et constituent à chaque fois une mort à un monde et une naissance dans l'autre. Les séparations, les deuils d'objets, de personnes, de relations que nous ne voulons pas réaliser sont pourtant des appels, des petites morts qui nous invitent à rencontrer une nouvelle naissance; notre vie est jalonnée de ceci et parfois nous restons sur le seuil, jusqu'au grand plongeon (que j'ai fait lors justement du deuil d'une relation de vingt ans) Chaque nouvelle expérience, étape de croissance biologique ou psychique, puberté, quitter le nid, maternité, paternité, ménopause, andropause, sont des passages bio et psy, les maladies infantiles également, et autrefois étaient justement rythmés de rites initiatiques, d'accompagnement de la communauté, pour favoriser ces passages et les intégrer, de nos jours c'est oublié et cela nous manque et laisse de l'incompréhension et souvent de la blessure, de la douleur voire de la souffrance, de la somatisation .... Pourtant, ces passages sont les 4 saisons de la vie, en reflet des saisons de la terre, c'est notre nature cyclique, où nous pouvons nous renouveler et croitre mais nous préférons le linéaire où nous perdons la direction et le sens, notre boussole intérieure est déréglée, nous perdons le nord et sommes complètement à l'ouest.

Nous sommes sensés croître dans le monde du milieu grâce à ces ressources dont nous sommes pourtant coupés un certain temps et que nous allons puiser autrement, le monde du mileu est celui des hommes, de l'expérience, le monde des illusions, maya, la matière alors que la matrice est sous terre. Dans ce monde nous allons nous perdre pour enfin nous retrouver. Enfin le monde d'en haut est celui auquel nous pouvons accéder par notre croissance intérieure, par nos branches, par nos feuilles qui pourront transmuter la lumière et nous nourrir également à certaines saisons, alors qu'à d'autres saisons, notre nourriture ne pourra venir que de nos racines, de la nuit noire de l'âme d'abord, pour ensuite devenir simplement la nuit, dans une alternance jour nuit, ténèbres lumière, qui est la danse de la vie, notre rythme cyclique en alternance avec la pulsation de la vie qui se fait au creux ce cette vague. La.pulsation donne le ton, c'est le rythme au coeur et du.coeur de la vie au milieu des courbes cycliques, elle nous rappelle, comme le tambour ordonne la transe et le retour à l'écoute de cette pulsation. C'est l'énergie de la singularité, du point d'où partent les spirales de la vie, comme quand tu jettes une pierre au milieu de l'eau, c'est ton point de départ, à chaque battement de coeur, est un effet papillon, à chaque battement, pensée, émotion, tu donnes la vibration qui émet les cercles de ton attraction et cela crée ta vie, la vie. Nous sommes bercés dans ce mouvement pendulaire perpétuel, dans une courbe synosoïdale qui est la vibration, les bras de la vie dans laquelle nous évolutions constamment, parfois en bas, parfois en haut, parfois au creux de la vague, attendant le bon moment où nous allons enfin surfer sur le flux, le flow, l'instant, le bon moment, l'opportunité, la synchronicité, ce que nous appelons la carotte et le bâton, parce que nous n'utilisons pas le bas et voulons rebondir sans tremplin..... Le symbole de cette courbe est l'infini, le tore, la spirale, c'est la loi de création.Les fruits de ce travail intérieur, en harmonie avec la vie, souterrain et céleste,  ne peuvent être manifestement juteux et mûrs dans le monde du milieu, qu'au prix de cette compréhension, ils sont inépuisables et nous pouvons sans avoir peur enfin les offrir et partager au monde dans l'abondance, comme le partage de ces mots par exemple, fruits du verbe, de ma source intérieure, de mon essence. Coupés de ce processus vital et essentiel, nos fruits sont quémandés, pris chez le voisin, vides de saveur et souvent poussés artificiellement sous serre, hors saison, sans tenir compte de la vie et ne nourrissent finalement personne, encore moins nous m'aime, nous les mangeons mais ils ne nous nourrissent pas.

L'arbre et le puits sont des accès aux trois mondes, qui sont souvent également symbolisés par notre cerveau de la tête pour l'accès au ciel par le troisième oeil, le préfrontal, notre cerveau du coeur (40000 cellules neuronales) pour l'expression de nos choix véritables et notre guidance dans le monde du milieu (le coeur est pour les chinois le siège de l'Empereur, l'Esprit, car c'est à l'instar de la terre son noyau, la source de notre bouclier magnétique avec une puissance 5000 fois supérieure au cerveau selon l'institut Heartmath), et enfin par le cerveau du ventre pour le monde souterrain (nos émotions, nos peurs, nos nutriments, notre élimination, des milliers de cellules neuronales).... notre matrice, notre chaudron alchimique étant pour les femmes dans l'utérus (intérieur) et pour l'homme dans ses organes génitaux (mais pas le pénis désolée) extérieurs, c'est le serpent lové qui se déroule, pour la femme il s'agit d'animer son masculin et de s'affirmer dans l'extérieur et pour l'homme d'animer son féminin et d'ouvrir son coeur de guerrier, dans une danse entre les deux sexes à deux ou à deux en soi .....dans le mariage des polarités hors soi et en soi. Au niveau biologique dans notre corps visible c'est le système reproducteur qui crée les enfants, au niveau éthérique ou énergétique, ou encore invisible mais sensible, cela comprend nos 6 autres corps qui s'harmonisent et se mettent en éveil, nous accédons à la totalité de notre réel pour créer notre réalité......

Ainsi, j'espère par ces mots, .en écriture inspirée donc connectée mais non structurée, vous donner une voie d'accès, une voix porteuse de la bonne nouvelle et de l'opportunité qui se cachent derrière vos épreuves de vie sous lesquelles vous pouvez sombrer ou renaître. Sans parler d'épreuve ultime, celle où je suis allée car grande résistante à la souffrance, cette tension intérieure où l'élastique craque et cède, ou .plutôt le métal se prête à revenir .à son état.initial .par le phénomène appelé résilience.

Des petites pelletées, j'en rencontre régulièrement car la vie n'en a pas fini avec moi, avec nous, avec chacune et chacun de nous, car elle souhaite le meilleur pour nous, c'est à dire que nous puissions presser le jus.de.la.source et nous vider de notre essence inépuisable et la déverser, chacun à notre manière, selon notre note particulière, sur le monde afin de le nourrir et l'enrichir de ce que nous sommes vraiment dans la nudité, l'authenticité et l'humilité, c'est le sens et la direction que la vie a pour nous, même si comme l'âne, nous souhaitons l'ignorer le plus longtemps possible et parfois toute notre vie durant......

 

Je vous souhaite que la vie vous attise, vous bouscule, vous chavire, afin que vous puissiez naviguer à travers vos tempêtes et arriver à bon port sous le ciel clément et le vent azuré de la paix, la sérénité, et ainsi rejoindre votre terre promise, là,juste sous vos pieds, en profondeur....

 

Cela fait trois ans désormais que je nourris en moi une voie alchimique que j'ai trouvée à la source en tombant au fond du puits il y a 8 ans. Après avoir pesté contre les pelletées de terre que j'ai reçues sur le dos, puis que j'ai dépassées et mises sous mes pieds, je me sens enfin alignée dans mes trois mondes pour en partager les fruits. Mon message s'adresse aux femmes parce que j'en suis une et que ma voie est féminine dans l'accès au couple intérieur, mais il s'appuie également surtout sur cette épreuve de milieu de vie que nous finirons tous par rencontrer,  que nous appelons, le démon de midi et que j'ai surnommée la daëmone de minuit pour les femmes, car elle nous connecte à notre génie (origine véritable du mot daemon) mais également à notre nuit profonde, celle où résonnent les douze coups de minuit de cendrillon où elle a la possibilité de retourner à ses haillons et ses tâches pénibles ou bien simplement de renaître de ses cendres ...... .C'est une voie d'individuation, de réveil, transpersonnelle, alchimique de transmutation de notre expérience,.exploratrice de l'invisible, en accompagnement à travers le sens profond des archétypes et des techniques de guidance, de transe et de connaissance, réservée aux femmes de 35 ans au moins, dans la saison de l'enchanteresse ou de la femme Sage, et je m'en expliquerai.

Pour être informées, c'est imminent désormais c'est ICI et pour les activités au féminin c'est ICI.(en particulier pour accéder à l'espace membre privé en voie de clôture prochaine car la vie est faîte de deuils et de passages, où quelques femmes ont commencé depuis 4 mois déjà, ces femmes alchimistes prem's vont arrêter là ou continuer ...)  Ce n'est pas un programme en ligne comme vous en voyez fleurir, c'est un chemin d'initiation de la vie comme je la résonne et la raisonne.Je vous le partage bientôt dans son essence ici ou ailleurs sur les réseaux, pour ce faire connectez vous avec moi sur facebook par exemple. Il s'agit d'un appel, d'une résonnance pour les âmes et les coeurs qui vibrent sur le même diapason que le mien ou qui se sentent appelées, il est donc sur une durée initiale d'un an mais vous pouvez le quitter à tout moment, par contre y rentrer quand je vous appelle uniquement. C'est bizarre mais c'est ainsi que je le sens .....Une pulsation de départ qui initie les cercles que vous pouvez quitter à tout moment, il y a une pulsation dans laquelle vous entrez ou pas puis des cercles que l'on forme ensemble, des effets que l'on produit. A bientôt peut être au sein de ce projet, cet enfant que je couve depuis plusieurs années dans mon puits et dont je sens poindre les contractions qui le poussent naturellement vers l'extérieur.

 

Bien à vous

Femme en chemin transpersonnel, Hypnologue, Alchimiste sur la voie du grand oeuvre réalisé à partir de l'essence ...

Femme en chemin transpersonnel, Hypnologue, Alchimiste sur la voie du grand oeuvre réalisé à partir de l'essence ...

On a deux vies,
et la deuxième commence quand on se rend compte qu'on n'en a qu'une.

Confucius

Repost 0
Published by Elisabeth Rouzier - dans INTROSPECTION FEMMES ALCHIMISTES
commenter cet article
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 18:42
Au delà du Mental ... texte et exercice

« L'Être n'existe cependant pas seulement au-delà mais aussi au coeur de toute forme ; il constitue l'essence invisible et indestructible la plus profonde. Mais ne cherchez pas à le saisir avec votre mental ni à le comprendre. Vous pouvez l'appréhender seulement lorsque votre « mental » s'est tu. Quand vous êtes présent, quand votre attention est totalement et intensément dans le présent, vous pouvez sentir l'être. Mais vous ne pouvez jamais le comprendre mentalement. »

Retrouver cette présence à l'être et se maintenir dans cet état de «sensation de réalisation », c'est cela l'illumination. Le terme évoque l'idée d'un accomplissement surhumain, et l'ego aime s'en tenir à cela. Mais l'illumination est tout simplement votre état naturel, la sensation de ne faire qu'un avec l'Être. L'ILLUMINATION, C'EST TROUVER VOTRE VRAIE NATURE AU-DELÀ DE TOUT NOM ET DE TOUTE FORME.

C'est l'identification au « mental », car celle-ci amène la pensée à devenir compulsive. L'incapacité à s'arrêter de penser est une épouvantable affliction. Nous ne nous en rendons pas compte parce que presque tout le monde en est atteint : nous en venons à la considérer comme normale. Cet incessant bruit mental vous empêche de trouver ce royaume de calme intérieur qui est indissociable de l'Être ». Ce bruit crée également un faux moi érigé par l'ego qui projette une ombre de peur et de souffrance sur tout. L'identification au mental crée chez vous un écran opaque de concepts, d'étiquettes, d'images, de mots, de jugements et de définitions qui empêchent toute vraie relation. Cet écran s'interpose entre vous et vous-même, entre vous et votre prochain, entre vous et la nature, entre vous et le divin. C'est cet écran de pensées qui amène cette illusion de divisions, l'illusion qu'il y a vous et un « autre », totalement séparé de vous.

Vous oubliez un fait essentiel : derrière le plan des apparences physiques et de la diversité des formes, vous ne faites qu'un avec tout ce qui est. Le mental est un magnifique outil si l'on s'en sert à bon escient. Dans le cas contraire, il devient très destructeur. Plus précisément, ce n'est pas tant que vous utilisez mal votre « mental » ; c'est plutôt qu'en général vous ne vous en servez pas du tout car c'est lui qui se sert de vous. Et c'est cela la maladie, puisque vous croyez être votre mental. C'est cela l'illusion. L'outil a pris possession de vous. »

 

Exercice pour se libérer du mental :

 

Écoutez aussi souvent que possible cette voix dans votre tête. Prêtez particulièrement attention aux schémas de pensée répétitifs, à ces vieux disques qui jouent et rejouent les mêmes chansons peut-être depuis des années. C'est ce que j'entends quand je vous suggère « d'observer le penseur ». C'est une autre façon de vous dire d'écouter cette voix dans votre tête, d'être la présence qui joue le rôle de témoin. Lorsque vous écoutez cette voix, faites-le objectivement, c'est-à-dire sans juger. Ne condamnez pas ce que vous entendez, car si vous le faites, cela signifie que cette même voix est revenue par la porte de service. Vous prendrez bientôt conscience qu'il y a la voix et qu'il y a quelqu'un qui l'écoute et qui l'observe. Cette prise de conscience que quelqu'un surveille, ce sens de votre propre présence, n'est pas une pensée. Cette réalisation trouve son origine au delà du «mental».

 

Extrait de l'ouvrage Mettre en pratique le pouvoir du moment présent, d’Eckhart Tollé, Éditions Ariane

Repost 0
Published by Elisabeth Rouzier - dans INTROSPECTION
commenter cet article

Présentation

  • : revelessencedesoi.com
  • revelessencedesoi.com
  • : boite à outils de développement transpersonnel et d'éveil de l'esprit
  • Contact

Profil

  • Elisabeth Rouzier
  • si tu as déjà tout fait et que ta vie ne te convient pas, fait quelquechose que tu n'as jamais fait !! c'est en te changeant toi même, que tu changeras ta vie !Ne subis plus les évènements, sers toi en, l'obstacle est là pour ça !
  • si tu as déjà tout fait et que ta vie ne te convient pas, fait quelquechose que tu n'as jamais fait !! c'est en te changeant toi même, que tu changeras ta vie !Ne subis plus les évènements, sers toi en, l'obstacle est là pour ça !

 

Chaque jour est un défi pour révéler vos ressources et non un obstacle pour vous faire chuter .....Agir n'est pas ré-agir c'est apporter des réponses , choisissez la RESPONS-ABILITY (capacité à répondre)  -  Vous n'êtes ni fautif ni victime de ce qui vous arrive, vous en êtes tout simplement la source créatrice, c'est un pouvoir et non une faille, utilisez le pour créer votre vie ! - Aujourd'hui, ne vous inquiétez pas - - Aujourd'hui ne vous fâchez pas - - N'écoutez pas la peur et le doute et faîtes vous confiance - Aujourd'hui, bénissez la vie et aimez, faîtes la paix - - Aujourd'hui, vivez, osez ETRE vous-mêmes et agissez dans le PRESENT - - Aujourd'hui, soyez bon avec vous-même, avec les autres, et avec tous les êtres vivants ... n'écoutez que votre coeur et votre intuition  .... merci de votre visite - cherchez ici une réponse, un outil et vous trouverez ou demandez le moi par la fiche contact - Belle et lumineuse journée à vous ! Elisabeth on revelessencedesoi.com .....pour le BONHEUR EN SOI et PAR SOI, choisissez d'être heureux ...  

Soyez les bienvenus dans mon espace ! 
Si vous souhaitez vous ressourcer en lisant l'article du blog, je vous partage une musique puissante ...

Recherche


arobas-copie-1 Je m’inscris ci-dessous à la Newsletter et je suis informé(e) régulièrement 

 

J'envoie aux abonnés des partages qui ne sont pas publiés sur le blog

je noue une relation privilégiée et je respecte la confidentialité, merci de votre confiance

à bientôt !

suivez moi sur :

Ma Page sur Hellocoton

suivez moi sur


 

suivez moi sur :

Suivre revelessence sur Twitter  https://twitter.com/#!/revelessence 

 

 

revelessencedesoi on twitter