3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 11:08
La douleur de l'enfantement de soi "m'aime"...ou pas

" Ce n'est pas ce qui nous arrive, mais notre réponse à ce qui nous arrive qui nous blesse "

Stephen R. Covey

Comme vous l'avez remarqué, je publie de moins en moins ici et je ne sais encore si ce blog créé en 2011 va continuer ou comment il va se transformer. En effet, quand j'ai commencé à écrire et partager ici, j'étais en "début de chemin" vers moi "m'aime" et j'avais envie de partager ces découvertes. De 4 ou 5, les "copines" qui rapidement ont quitté la lecture de mes partages parce que j'étais devenue "bizarre", nous sommes actuellement 2000 personnes à lire régulièrement (enfin presque :) ) ce que je publie, le partager. Avant, le système de ce blog me permettait d'envoyer de longues lettres intimes aux abonné(e)s, ceci a été supprimé depuis 2 ans et il m'est difficile d'entretenir avec vous le contact dans l'intime, l'authentique, le vrai, en privé. Alors je le fais aujourd'hui en public sur cet article. Il se présente donc plutôt sous le format comme je le faisais dans mes interminables lettres que j'envoyais par mail aux abonné(e)s, que sous celui d'un article à proprement parler. Cela va en décourager beaucoup je sais, mais le peu qui me liront jusqu'au bout me suffit, parce que celles ci (et je mets volontairement au féminin, vous comprendrez pourquoi plus bas) , ce sont exactement à celles à qui j'écris, qui se reconnaîtront et qui auront cette impression bizarre que cette lettre/article est écrite pour elles et rien que pour elles ..... et quelque part c'est vrai car je me laisse traverser par cette énergie qui m'appelle et vous parle, elle passe par moi pour vous parler si vous n'êtes pas encore connectées à votre guidance intérieure, celle qui sait, la que sabe, pour celles qui ont l'habitude d'échanger avec moi :)

 

Ce qui fait ma "différence" c'est que j'ai guéri ma/mes blessures progressivement "toute seule", mes parents m'ont conçue biologiquement dans un acte inconscient (parce qu'ils voulaient faire l'amour et non un enfant) et puis ...... je me suis conçue moi "m'aime", c'est ce que l'on peut appeler "accoucher de soi m'aime". Pourquoi je l'ai fait seule ? Pas parce que je suis plus forte, meilleure que les autres, non, pas du tout. Parce que c'était mon chemin, d'une part, afin de me prouver que c'était possible et ainsi le croire pour tous ceux qui me consultent, reconnaître en eux, le voir, le sentir, cette force intérieure qui nous pousse vers notre mise au monde, notre monde. Savoir, non dans les livres, dans des théories mais dans la chair, que chaque être humain n'est jamais seul, même s'il est seul apparemment, rencontrer ce pouvoir intérieur et l'oser, l'incarner pleinement et inviter ainsi les autres et surtout les femmes à le reconnaître en elles aussi. Car ce qui paraît impossible, si au moins une l'incarne (et il y en a beaucoup d'autres bien sûr mais chacune à sa façon, couleur car chacune est unique et tant mieux car vous aussi êtes unique), cela lève tous les obstacles que l'on met sur sa route, toutes les croyances limitantes qui nous empêchent d'y croire. Croire c'est croître alors .... voilà pourquoi je partage tant et que j'ose de plus en plus, afin de permettre simplement de lever en vous le doute et de cultiver votre Foi en vous 'm'aime". "Oui c'est possible, elle l'a fait, donc moi aussi je peux". Ainsi, vous donnez inconsciemment l'autorisation à la vie de vous permettre de l'atteindre et de vous atteindre ...

 

Je partage également des articles qui relient science et conscience parce que la science rassure notre mental et si la science le dit c'est que c'est vrai, alors que finalement on le savait déjà mais cela nous donne encore une fois, l'autorisation de modifier nos gênes (épigénétique) ou même nos schémas de pensées (neuroplasticité) ou encore de cultiver la gratitude, la pleine conscience et de ne pas écouter notre stress alors que cela fait des millénaires que les sages le disent, la science nous prouve que le stress nous tue à petit feu .... Pourtant nos émotions, nos douleurs nous parlent, elles réveillent l'inconfort que produisent nos pensées, nos jugements, nos rancoeurs, nos rancunes et nous invitent à plus de compassion et d'amour envers nous, mais au lieu de les écouter et les traverser, nous voulons à tout prix qu'elles se taisent, alors nait la souffrance dans la résistance. Notre corps est un savant intelligent mais il a à faire à l'ignorance d'une partie de nous qui souhaite continuer d'ignorer .... pas parce que nous ne savons pas mais parce que nous ne voulons pas écouter. Je n'écoute pas ma vie, mon corps mais je préfère penser ma vie .... la contrôler afin qu'elle soit comme je veux .... En ce sens l'accouchement de soi se fera dans la douleur parce qu'elle est une enseignante, comme elle le fait physiquement pour nous avertir par exemple que l'on a posé sa main sur le feu et nous indique de la retirer, ou encore quand elle nous avertit que là est la blessure, que là est ce que l'on doit regarder maintenant ......

 

Ces contractions nous poussent hors d'un monde et nous aident à s'ouvrir à un autre .... Une douleur entendue, partira immédiatement parce qu'elle a transmis son message, une douleur niée supprimera le symptôme mais pas la cause et reviendra plus fort, une douleur camouflée se transformera en souffrance .... Ainsi des femmes peuvent accoucher dans un orgasme, d'autres dans de grandes difficultés. Je me rappelle mon dernier accouchement dans la matière, pas de moi, mais de mon dernier enfant, comment cela a été simple, facile, sans douleur et comment j'ai accouché par concours de circonstances, toute seule au milieu de pompiers volontaires qui ne voulaient pas trop s'en mêler ... comment j'ai ressenti dans mon corps à ce moment là toute la puissance que donne l'accompagnement de ces contractions intérieures, dans une danse, qui finit par donner la vie à un être qui s'est développé en nous. C'est la même chose que d'accoucher de soi, soit nous accompagnons le processus, soit nous le bloquons ou encore nous le confions à une ressource extérieure qui n'est pas nous et ne peut pas savoir mieux que nous ce que nous ressentons, à moins d'y être déjà passée elle même, et là est toute la différence .... Mais au départ que cela soit biologiquement ou psychiquement, voire spirituellement, c'est un processus NATUREL et chacun(e) a tout ce qui lui faut pour le réaliser.....

 

 

L'autre raison pour laquelle je l'ai fait seule, beaucoup moins noble, est que j'avais peur de l'accompagnement, parce qu'à l'époque je nourrissais une peur bleue des "hommes en blanc", de la médecine, du chimique et du psy. Cette peur archaique, liée à mon "dinosaure intérieur", vous savez ce petit cerveau que l'on appelle reptilien, notre premier cerveau, celui de la survie et que l'on peut difficilement raisonner, il me rappelait "à travers les dires des autres par projection" que j'étais folle, que si j'expliquais à quelqu'un "en blanc" ce que je vivais intérieurement, on allait me prendre pour une folle, me mettre une camisole physique et chimique, me retirer mes quatre enfants.... Cela provenait d'une mémoire émotionnelle de mon adolescence, la première crise existentielle que l'on traverse afin de se détacher d'un monde qui a été construit pour nous par nos parents, par la société, crise salutaire même si souvent mal vécue et qui nous renvoie à la deuxième grande crise salutaire (souvent elle aussi mal vécue) de la quarantaine, celle qui nous invite aussi à nous détacher d'un monde pour en construire un qui ressemble plus à ce que l'on est vraiment, là au dedans. La première crise est pour conquérir le monde extérieur, la deuxième pour conquérir notre monde intérieur.

 

Pour ma première crise, j'avais fait une fugue et la réponse qui m'a été donnée afin de me faire rentrer au bercail puis dans le moule, a été une camisole chimique et une tentative de camisole physique via un psy, et l'on m'a enfermée chez moi car mon père gardait le seuil .... et je me suis enfermée moi aussi. Ca y est, c'était fait la princesse était dans le donjon, je m'étais mis des barrières pour me conformer au moule de la "normalité", de la "femme qui paraissait libre mais qui finalement s'était soumise et reniée à sa vraie nature ", j'étais domestiquée et dressée, éduquée mais certainement pas "élevée" ou bien haut dans un donjon, je m'étais enfermée, le monde extérieur me reflétait doucement ce que j'étais en train de faire psychiquement. J'ai posé un gardien sur le seuil de mon inconscient, un "garde folle", celui que j'appelle pour les femmes "masculin négatif ou prédateur" ou encore "mental"  ou "critique intérieur", issu de l'inconscient collectif et personnel du modèle patriarcal, mais bien entendu tout ceci était ma vision car certainement cet enfer proposé était pavé de bonnes intentions et surtout de méconnaissance .... Que cela soit mon critique intérieur ou la "bonne" société à l'extérieur, tous ces mécanismes sont la construction du personnage, la "personna", le rôle que l'on va jouer et auquel on va finir par croire, je n'étais plus une femme en devenir, j'étais une "mère selon les critères de "bonne" mère" ,"fille transmettant l'éducation reçue", "mon métier", "épouse", "servante", "infirmière à ses heures", "ménagère" "consommatrice" et même "l'amante qui répond à la façon dont une femme doit faire l'amour" , ça y est j'étais sortie de la cote d'Adam et j'étais une "eve" et ma lilith était bien loin, diabolisée, refoulée dans l'ombre, oubliée ......

mais pas pour toutes les parties de moi, car une sait, l'une veille dans l'ombre et au bon moment, au bon endroit, fera ressurgir vers la quarantaine, toutes les limites de ce personnage  .... En tous cas, comme rien n'arrive par hasard, j'ai testé à l'époque ce que cela fait dans l'esprit, à la fois de hurler intérieurement et extérieurement de donner grâce aux médocs, le change pour les autres et ne pas pouvoir m'empêcher de sourire alors que je n'avais qu'une envie de hurler, crier, pleurer .... Cela fait vraiment drôle ce conflit entre la réalité que l'on vit intérieurement et celle qui se voit extérieurement. Ne pas pouvoir laisser ma "femme sauvage" hurler avec les loups et la domestiquer par cette voie chimique  et psychique d'enfermement..... Bien entendu, rapidement j'ai cessé de prendre la médication et le psy n'a rien pu sortir de moi ... mais je suis rentrée dans le moule, pas parce que ma révolte était passée, elle sourdait encore, mais simplement par peur des représailles si jamais j'osais l'exprimer..... et puis j'ai oublié, j'ai oublié pour pouvoir pendant environ une trentaine d'année donner le change ..... ce n'est que quand j'ai commencé à reprendre conscience, sous l'influence de la pomme de la connaissance dans laquelle j'ai croqué plus tard et merci Lilith de me l'avoir proposée, ou encore sous le baiser du prince (notre masculin intrinsèque et porteur, notre conscience) qui m'a réveillée après la pomme, de cette torpeur, de cette mort apparente à moi "m'aime", que je me suis rappelée cet épisode.

 

C'est quand ma peur s'est représentée face au système des "hommes en blanc" qui calme les femmes de cette hystérie, de cette rage, de cette révolte, qui apparemment sont plein de bienveillance puisqu'ils calment aussi la douleur que cela provoque, ils sont complices de notre propre volonté intérieure de vouloir faire taire ce qui sourde, l'inconfort du réveil, de l'expression de l'âme, de la ressurgence des profondeurs de ce que l'on a enfoui, pensant que cela n'existait pas et qu'on serait bien tranquille toute la vie ..... Cette peur était donc une messagère salvatrice, vous voyez la peur peut aussi nous révéler des secrets volontairement enfouis ... elle n'est pas méchante, elle transmet des messages que nous ne voulons pas entendre et pourtant elle était complètement irrationnelle. Qu'est ce qu'il y avait de si grave raisonnablement à laisser à un psy écouter ma révolte et ainsi pouvoir me remettre dans le rang (excusez moi mais je vois tellement de personnes qui en arrivent pour me dire que cela ne leur fait rien, qu'il y a une écoute certes, une sorte de canalisation, mais pas de réelles prises de conscience .... cela ne convient pas à tous), qu'est ce qu'il y avait de si grave finalement à faire comme presque un tiers de la population et me mettre sous chimique ? En fait, cette peur me rappelait que ce n'était qu'une solution extérieure et certainement également que, comme tout un chacun, j'avais d'autres ressources cachées pour répondre à cette crise.

La dépresssion n'est qu'une réponse yin qui nous invite à plonger dans nos profondeurs, nous ne le voulons pas certes, mais une autre partie de nous, elle , sait et nous invite à plonger en nous, à explorer cet "enfer" qui finalement quand on le rencontre n'est que le monde souterrain qui abrite ce que l'on a qualifié de mauvais, ombre, obscur alors que ce sont des parties de nous qui ont droit aussi à être regardées, visitées et même remises en lumière et surtout aimées. Nous sommes coupés en deux si ne nous les rencontrons pas. Ce qui a été mis là ne sont pas nos déchets, nos rebus de nous "m'aime" mais simplement tout ce que l'on a sacrifié de nous, pour plaire aux autres, pour se conformer, pour faire "bien".

 

La deuxième crise nous renvoie donc à la première et nous invite à revisiter notre territoire, nos terres en friche, nos cavernes qui renferment des diamants, tout ce que l'on a oublié et ça fait drôlement peur de partir dans cette aventure. Et puis on va devenir bizarre, le petit canard noir, mais il est nécessaire d'en passer par là pour devenir le cygne que l'on est déjà et que l'on a oublié. Autant la première plongée sous marine est obscure, dangereuse, fait peur, c'est froid, c'est noir, c'est profond, on ne connait pas le fond, autant les suivantes sont de plus en plus confortables ..... La première, surtout si longtemps on l'a repoussée par des stratégies inconscientes et des mécanismes de protection, sera terrible et on pourra même y passer ....mais qui passe à la moulinette en fin de compte ? La personna, le petit moi .... c'est pourquoi, même si j'ai frôlé de près ce seuil, désormais je suis une sorte de passeuse, de facilitatrice parce que j'en connais les recoins et les pièges et aussi parce que finalement tout le monde n'est pas obligé d'aller se fracasser dans ces abysses, il y a des guides, j'ai eu les miens ... et surtout ce petit moi, cette personna nous est utile, on ne va pas diaboliser ce que l'on a crée pour s'en sortir, il est nécessaire d'avoir un moi solide et bien construit pour lui proposer progresssivement de se dissoudre et s'abandonner dans le Soi. .....................

 

...................Alors quand cela s'est représenté lors de ma deuxième crise existentielle, ma mémoire émotionnelle est remontée et la peur qui va avec et j'ai pris la décision  (inconsciente bien sûr) cette fois ci, d'hurler, tout d'abord sur l'autre par projection, car il est bien évident, comme le dit la citation que je vous partage en intro, que la première réaction que l'on a face aux évènements, aux personnes, qui nous renvoient à nous "m'aime" , à notre blessure, à nos mémoires émotionnelles, est de projeter sur eux ce que l'on n'est pas encore prêt(e) à regarder en nous, parce qu'immatures et surtout inconscient (e)s de ce fameux pouvoir intérieur qui est en nous. C'est ainsi que le féminin blessé en moi s'est d'abord exprimé dans ce que l'on appelle justement l'hystérie puisque ce mot provient d'utérus et renvoie justement à la blessure primordiale de la femme, celle de sa matrice créatrice. Et bien sûr, CELA NE FONCTIONNE PAS et c'est tant mieux !!! Oh bien entendu, beaucoup en sont encore là et c'est pourquoi les coupables fleurissent et surgissent de plus en plus, il y a les victimes gentilles et les coupables méchants .... mais ceci est une autre histoire dont j'ai longuement parlé dans mon espace membre privé, par rapport à nos miroirs narcissiques et je ne vais pas prolonger car tout le monde n'est pas prêt à recevoir cet inconfort et surtout ce système fonctionne plutôt bien un certain temps ....

 

Je fais justement un aparté ici sur l'évolution de ce blog .... en effet, l'article qui a ici recueilli le plus de succès est celui sur les blessures (plus de 10000 j'aime et référencé en première place sur google, chaque jour 1000 visites de cet article d'après les stats du blog), ce qui me fait dire d'une part qu'il y a une réelle rencontre avec ses blessures, d'autre part aussi que cet article pour moi doit avoir une SUITE et ce n'est certainement pas celle que vous attendez, une suite qui pourrait bien remettre en question beaucoup de choses car

guérir de ses blessures et non les SOIGNER, ce qui est vraiment différent, est un chemin qui implique de sortir de la victimisation pour assumer la totale responsabilité et ainsi d'arrêter de projeter et de trouver des coupables, quand ce n'est pas contre soi "m'aime" que l'on retourne la culpabilité et la faute, ce qui génère un jugement et un combat contre soi afin de continuer à rester dans la blessure, plus confortable parfois que de vraiment vouloir en sortir. Cela implique en effet de se séparer et de se désidentifier de ce qui nous a fait (dans nos comportements et notre regard sur le monde), de ce que l'on croit être nous, depuis notre enfance. Cela implique de découvrir ce que l'on est sans sa blessure, sans qu'elle soit activée et réactivée, cela implique de devenir soi, et de traduire ceci dans sa vie sentimentale, professionnelle et tous les domaines de notre vie. Cela peut même nous couper d'un monde pour faire un saut dans un autre monde déjà vécu par tous ceux qui se sont libérés et ce n'est pas la majorité..... C'est finalement, assez bizarre, d'une part être porté par cette libération, d'autre part se trouver bien différent des autres et assumer pleinement sans juger ceux qui n'en sont pas encore là, de vivre cette expérience. La blessure, comme la maladie, sont des moyens par lesquels passe la nature pour nous guérir .... de ce mal dont je parle plus haut. La blessure n'est donc pas à combattre mais à rencontrer, à aimer, à panser, à penser, à considérer et à honorer, pour finalement s'en détacher. Combien de personnes s'identifient à leur blessure ? Combien deviennent cette blessure et vivent à travers la douleur puis la souffrance qu'elle génère ? Combien j'entends s'exprimer à travers leurs difficultés, leurs problèmes qui deviennent eux, que deviendraient ils sans ce fardeau ? La guérison sous tend d'accepter de ne plus s'exprimer à travers ses maux. Nous l'entendons bien dans je suis .................... et tout ce que l'on met derrière comme nom d'oiseau de maladies qui fleurissent .... c'est une autorisation tacite et inconsciente de valider cet état et d'interdire à notre pouvoir d'autoguérison (40 pour cent voire 50 pour cent du processus, voire plus quand il est vécu consciemment) de faire son boulot réparateur.

Que serai je sans ce fardeau ? Que devrai je devenir ou être qui me fait peur ? Quel bénéfice cache cette maladie ? Est ce qu'elle ne me permet pas de projeter sur les autres ? Est ce qu'elle ne me permet pas de trouver des excuses pour dire NON à ce que j'ai accepté de faire si longtemps, comme un mal de dos permet de ne plus supporter, comme une maladie nous permet de quitter un travail que l'on n'aurait pas osé quitter et tant de choses qui ainsi peuvent se faire .... ainsi le premier pas vers la guérison et non le "soin" qui permet lui, que les autres s'occupent de nous, enfin parce que l'on ne se donne pas l'autorisation, il parait que c'est égoiste, de s'occuper de soi, le premier pas vers la guérison est l'autorisation intérieure de le vouloir vraiment, à 100 pour 100, que toutes les parties de nous soient ok pour cela et je peux vous dire qu'il y a du monde à rallier dans ce camp, car beaucoup de petites parties immatures traînent de la patte. Guérir de sa blessure implique de lâcher le comportement qui va avec, implique d'arrêter de vouloir se punir, se faire du mal, d'être la victime apparente de ce que l'autre a fait. Si j'arbore une blessure c'est que quelqu'un me l'a fait et j'en suis la preuve vivante !! Je sais je l'ai vécu, je ne parle pas de vous, je parle aussi de moi bien sûr.

 

Ensuite vient l'étape de la survivante, de la résiliente et de celle qui finalement apparemment guérie, est toujours accrochée à sa blessure puisque finalement elle a réussi cela, j'y suis passée ..... je suis celle qui a guéri de cela ..... toujours finalement reliée à cette blessure même dépassée . C'est pour cela qu'une troisième étape vient ensuite, celle où l'on n'est ni blessée, victime, ni survivante, ni résiliente, on est simplement qui l'on est, qui l'on est SANS la blessure, on s'en détache ..... A l'intérieur de nous, cela nous le dit .... parce que par exemple pour avoir "survécu" à des choses où d'autres sont encore, j'avais envie d'écrire un livre, je sais qui aurait inspiré beaucoup de femmes mais je ne l'ai pas fait. Il y avait un truc, là au fond de moi qui me disait que ce n'était pas juste, pas aligné, parce que ce livre témoignait de ma blessure, et impliquait encore un "coupable", il était encore dans l'élan que donne le fait de lâcher un fardeau, un élan illusoire. Ce n'est pas un élan du coeur, c'est comme si on avait un boulet accroché au mollet, on réussit à l'enlever et cela nous donne des ailes, c'est la première libération, certes, cela fait un bien fou, on se sent forte parce que d'autres ont encore ce boulet et on peut enseigner certes comment se libérer de ce poids et c'est déjà énorme ..... mais APRES, il y a un second souffle à prendre, celui qui nous apprend à marcher SANS ce boulet, une fois l'élan premier passé, il est nécessaire d'apprendre à marcher, de trouver cet élan qui vient de soi et non de l'énergie libérée d'un coup qui nous propulse lorsque le boulet se détache .... L'énergie que donne la survivante et la résiliente n'est que passagère, c'est une sorte d'énergie qui a été bloquée quelque part et qui d'un coup nous libère. La libération ne suffit pas, c'est la princesse qui sort du donjon, elle danse, elle crie de joie, elle cueille la vie qui l'attendait et puis ...... cette énergie retombe. Désormais quelle maison va l'abriter car ce donjon finalement la préservait du froid, de la pluie et elle y était nourrie, une certaine sécurité en quelque sorte, celle qui vous maintient encore peut être dans des situations inconfortables mais rassurantes .....

Une fois un monde quitté, une fois un nouveau monde plein de promesses, ensuite il est nécessaire de prendre son baluchon et enfin de cheminer, d'arpenter et de trouver son endroit grâce à son envers, d'y rencontrer des personnes et même encore des obstacles. Alors je me dis que c'est juste d'avoir laissé passer cette euphorie qui donne des ailes, même si cela fait du bien, d'avoir laissé retomber la sauce et d'avoir cuisiné encore un peu avant de partager plus largement ..... Sachez que le chemin de la guérison, pas celui du soin je le répète, n'est pas forcément, comme on peut le croire, le chemin le plus facile, c'est en tous cas le plus porteur de vérité, de justesse et d'évolution. C'est le chemin de celui qui décide de sortir d'un carcan, d'un donjon, des stratégies inconscientes, des comportements conditionnés, vers un monde différent, plus conscient mais parfois aussi inconfortable parce que la vie attend toujours plus, elle veut que l'on soit Soi, que l'on réalise qui l'on est pleinement. La guérison n'est pas forcément pour nous faire du bien, puisque l'enfer est pavé de bonnes intentions, mais pour notre bien, ce qui parfois est différent.

 

Celle, celui qui accouche de lui "m'aime" sort d'un endroit sombre mais qui abrite, comme quand on sort du ventre de maman, poussé(e) par la vie on quitte un monde devenu trop petit pour nous, qui, si on y restait ne serait ce qu'un mois de plus, finirait par nous tuer et détruire même le donjon (notre structure mentale) mais quand on en sort c'est tout un monde à conquérir, à découvrir, après le soulagement post accouchement et pour les mères vous comprendrez, ce moment où il n'y a plus de douleur, cette montée de sérotonine de joie, cette libération et puis .............. d'autres contractions arrivent, pour évacuer le placenta .... c'est pareil pour accoucher de soi ..... il y a la libération, mais tout ce qui a entouré notre précédent monde, nos peaux, nos voiles, ce qui a nourri, notre emprisonnement devra aussi sortir ..... ainsi la conquête de notre monde intérieur se fera, enlevant au fur et à mesure les voiles, les peaux et autant de mues seront nécessaires .... et comme quand on quitte le ventre de maman, de vieilles nostalgies parfois remontent ....les séparations se font, le cordon se coupe et l'on doit apprendre à penser par soi même, à aimer et vivre par soi "m'aime". L'autonomie financière, affective, la liberté et oser être soi de plus en plus, quitte à déplaire, à être jugée, ne plus vouloir convaincre et juste suivre son chemin ...... lever nos doutes ..... se connecter à sa guidance, développer son libre arbitre et aller chercher régulièrement un peu de plomb qui nous le met parfois dans l'aile, pour avoir encore plus d'or ...

C'est un processus et non un acte qui se fait en une seule fois et il dure tout le reste de votre vie, TOUTE la vie .....Il y a un avant, un pendant et un après .... Nous parlons beaucoup de l'avant, du pendant mais rarement de l'après ..... voilà pourquoi, je ne pouvais pas tout partager, il me manquait un truc ..... alors oui cela se fera mais en plusieurs phases, la guérison, la libération et l'accouchement de soi .... n'est pas une fin mais un début. ET c'est pour cela que souvent, parfois, certain(e)s reviennent à leurs anciens schémas APRES, parce que la liberté a un prix, celui de la conscience.

Ainsi, je le vois dans notre histoire de femmes, nous avons conquis des libérations, mais APRES ...... le droit de travailler sans l'accord du mari, le droit de divorcer, le droit d'avorter, le droit de prendre du chimique pour choisir d'avoir des enfants quand on le souhaite, le droit de voter ..... le droit à l'éducation............ mais ensuite que faisons nous de ces droits et libérations progressives ????? Travaillons nous sur notre profession de foi ou bien nous sentons nous aliénées par ce travail, sommes nous heureuses de divorcer et épanouies, nous en servons nous pour nous reconstruire vraiment ou bien pour simplement changer de partenaire et reproduire ce couple, est ce pour fuir ou pour reconstruire différemment, l'avortement et la pilule ont ils guéri le féminin blessé, la femme maitrise t'elle vraiment ses cycles ou bien les a t'elle confié à des interventions extérieures, nos votes participent ils à la création du système qui nous enferme, l'éducation nous ouvre t'elle vraiment l'esprit ou bien continuons nous ensuite après les études, notre propre éducation, nos propres recherches ou bien est ce juste pour se "former" ou "formater" à un métier qui nous permette de gagner notre pitance, la vie nous gagne t'elle ? Comment chaque jour honorons nous les femmes qui se sont battues pour cela ? Que voulaient elles pour nous ? Si elles nous voyaient aujourd'hui, nous demanderaient elles pas ce que nous avons fait de ce qu'elles nous ont offert ? Avons nous conquis le monde qu'elle nous offraient ? Vraiment ? Sommes nous libres, là, à l'intérieur ? Notre corps, notre coeur, notre esprit est il vraiment libre ? Il y a tant encore à conquérir pour nous les femmes et cette conquête est vraiment intérieure. D'autres en sont encore dans les mariages arrangés, dans la mutilation des organes sexuels, dans des atrocités, ouvertement mais dans nos sociétés dites civilisées, cela existe encore autrement ..... mais de façon plus sourde, plus ourdie, plus cachée, là dans les alcoves des foyers ... dans notre libération INTERIEURE. Le mariage est arrangé autrement par nous même mais nous ne choisissons pas vraiment notre partenaire, nos schémas inconscients nous envoient en miroir qui nous devons rencontrer pour nous rencontrer, nous nous masquons pour plaire à l'autre .... nous devenons une moitié, nos organes sexuels féminins ne sont pas tranchés ou cousus mais nous ne les connaissons pas et vivons souvent une sexualité blessée, notre temple n'est pas respecté, la sexualité sacrée est oubliée, nous nous mutilons nous mêmes, et combien de violences conjugales sont ourdies et cachées parce que honteuses pour celle qui la reçoit, parce que si ce ne sont que des mots ce n'est pas grave et pourtant ils détruisent en profondeur, parce que nous la tolérons par dépendance affective ou financière et en sommes complices puisque normalement nous avons la liberté officielle de nous en affranchir ... tout ce que je vous dis, je l'ai vécu dans ma chair et les chiffres parlent donc je sais .... et je rencontre chaque jour des femmes qui me racontent et qui pourtant restent parfois encore longtemps dans cette prison, dans ces murs pourtant normalement officiellement écroulés, parce que nos ancêtres ont gravi ces murs sur des barricades, mais nous avons reconstruit ces murs intérieurement, des murs invisibles et donc qui ne peuvent être détruits, simplement traversés, comme nos peurs profondes, comme notre blessure, comme cette libération qui nous fait passer d'un monde à un autre, à la conquête de soi, de son féminin primordial, de son masculin porteur .... Le reste n'est qu'évènements, personnes, extérieurs sur lesquels nous projetons ce que nous ne voulons pas voir. Et cela nous arrange bien, nous pouvons au moins lutter contre quelquechose de palpable, de visible et ne pas partir à faire écrouler nos prisons intérieures. Nous pouvons même nous rassurer en voyant ces autres femmes dans d'autres pays qui n'en sont encore qu'à la première libération ou encore dans les prisons qui se voient, et nous dire que l'on a sacrément de la chance, nous, les femmes européennes. Ce n'est pas une raison pour s'arrêter en chemin et là, ni les lois, ni la justice des hommes (j'y suis passée) ne pourront vous sauver, vous aider à identifier le coupable, seule la justice de la vie, qui rend à César ce qui appartient à César, c'est à dire ce qui nous appartient là à l'intérieur de regarder et qui crée ces situations, ces rencontres, ce qui nous appartient, ce que nous semons et récoltons, nos émotions, nos sensations, nos situations, notre réalité qui reflète notre réel, cet invisible qui le devient dans la matière.

 

Souvent je parle d'un jardinier qui sèmerait des graines sans regarder et qui une fois la récolte venue, se demanderait qui a bien pu lui donner des carottes alors qu'il attendait des choux, qui est le coupable ???? PERSONNE. Ni lui car il est encore inconscient et mené par quelquechose qu'il n'a pas pris la peine de rencontrer, ni la vie, ni celui ou celle qu'il a trouvé pour accuser et ainsi focaliser cette colère, cet émotionnel que sinon il retourne contre lui .... juste un processus ... alors un jour, il se libère et choisit enfin les graines qu'il plante et peut s'attendre donc à un résultat mais voilà, la météo fait pourrir les graines, le soleil grille ses belles carottes et d'autres aléas se profilent ..... alors à quoi ça sert de planter consciemment des graines ? En fait ce n'est qu'une étape car ensuite, il y a ceux qui à travers le développement personnel veulent CONTROLER cette fameuse loi d'attraction en étant focalisé toujours sur l'extérieur et le résultat, alors il apprendra l'évolution transpersonnelle, celle qui MAITRISE, qui entre dans le flux et qui plante juste SES graines, celles qui sont celles qu'elles sont à son moment de développement et qui se servira du résultat pour comprendre et ajuster ses plantations, humblement, il recommencera, il triera, il chouchoutera les "mauvaises" graines et oh surprise, parfois ce sont justement les mauvaises qui donnent un résultat inattendu, cela s'appelle le flux, le flow, la fluidité, le lâcher, l'abandon, la confiance non en le résultat mais en le processus et là tout change ..... TOUT !!! Voilà donc vous voyez tout n'est que pas sages mais chaque étape donne son lot de joie, d'euphorie, de bonds quantiques et de géants, d'avancées fulgurantes, comme si cela avait été retenu par un barrage et que tout lâche d'un coup, comme une préparation alors que l'on ne sait pas que l'on se prépare et puis hop .... et puis à nouveau une impression de pietiner, et puis un nouveau pas de géant.

 

Les avancées sont cycliques, non linéaires et parfois irrégulières, comme la vie. Quand le printemps fleurit c'est une explosion de vie et puis vient la récolte de l'été, puis nous perdons des feuilles, nous rencontrons notre terre, notre yin, d'autres ombres, puis l'hiver dans notre grotte, juste à minuit de la plus longue nuit, là où nous croyons être au fond, vient l'aurore, l'enfant qui métaphoriquement nait au solstice d'hiver dans une caverne, ce soleil, cette lumière, ce diamant qui ne vient pas de l'extérieur mais de l'intérieur ...et puis au printemps on recommence cette lumière émerge la vie explose et ainsi de suite .... Chaque année, je le dis, une femme est enceinte d'un soleil et accouche d'elle même un peu plus, un peu plus et chaque année, chaque jour, chaque seconde .... ce processus est la vie, cela peut être parfois inconfortable mais c'est la vie, la vraie, celle qui est vécue pleinement et inconditionnellement. Celle où la femme reprend son pouvoir de créatrice, d'accoucheuse, d'initiatrice, sa véritable puissance qui n'est ni pouvoir sur l'autre ou la vie mais reconnaissance de ce qu'elle est vraiment. C'est ce que j'appelle le Féminin Sacré par opposition au féminin blessé. C'est la blessure originelle et la seule, les autres blessures sont des bobos qui nous rappellent la grande blessure et nous invitent à la rencontrer. Pour moi c'était la blessure d'abandon et puis une fois guérie, j'ai fait des sauts de liberté, d'autonomie affective, je me suis sentie libre et libérée et puis ........ cette liberté m'a renvoyée à mes profondeurs et surtout qu'est ce que j'allais en faire .... et je suis remontée à d'autres blessures, des blessures inconscientes et collectives que je ne croyais pas m'appartenir mais par essence, comme je suis une femme, elles sont là et tant que les femmes sont là, je suis touchée.

 

Je ne vais pas monter sur les barricades, ni arborer la lutte fémininiste, je ne vais pas me battre pour conquérir un monde qui nous appartient déjà, là dans nos entrailles, dans nos ventres, dans nos coeurs et dans nos esprits, dans notre âme, celle du monde. Non, je vous partage, comme je l'ai toujours fait là où j'en suis et ce que je suis aujourd'hui. Sans rentrer dans le détail ici mais bien plus déjà dans mon espace privé et dans mes projets qui prennent vie. Des nouveaux ou plutôt des anciens qui enfin peuvent venir au monde parce que je suis prête, et parce que certaines sont prêtes. Pendant quelques années, j'ai eu besoin d'un beau cabinet avec pignon sur rue, j'ai eu besoin de diplômes et de certifications à n'en plus finir, à tel point que ma carte ne peut plus les contenir, j'en ai eu besoin pour rassurer ma clientèle, pour ME rassurer moi aussi surtout dans mes doutes, c'était la nouvelle carapace et le vêtement que j'avais trouvés pour me justifier dans mes démarches. C'était un temps, une époque, pour convaincre et me convaincre et je ne la regrette pas comme non plus la première carapace que j'avais forgée dans le plomb pour me protéger de mes blessures. Mais comme je vous le dis, nous laissons des peaux, nous muons, et cette peau est une nouvelle que je dépose pour n'être qu'une femme à la fois et aussi UNE Femme. C'est ce qu'il nous reste quand nous avons déposé sur l'autel du sacré, le sang de nos blessures, ce qui doit être sacrifié pour se libérer encore plus. A la fois, cela peut paraître si peu et tellement. Quand nous sommes nées une première fois, nous sommes nées filles, nues et apparemment dépendantes, dépourvues et faibles puis lors de la seconde, puis la troisième, la quatrième et ainsi de suite, nous renaissons FEMMES douces à l'extérieur, fortes à l'intérieur. Nous apprenons à nous donner naissance chaque fois un peu plus et là quand nous ne sommes plus à la fois QUE cela  mais TOUT cela, nous nous reconnectons à la PREMIERE Femme et nous revient la connaissance originelle avec la guérison de la blessure originelle, nous revenons aux origines et nous découvrons comment nous nous sommes construite notre prison. Elle n'est pas si ancienne que cela, à peine 3000 ans je dirai pour la deuxième avec le patriarcat et là quand on découvre la supercherie cela fait tout drôle, mais encore si l'on remonte avant on découvre la blessure du matriarcat et ses limites .... cette puissance qui s'est retournée contre nous et donc que nous avons oubliée. Je dirai que la période matriarcale était l'inconsciente inconsciente, la période patriarcale qui va mourir de sa belle mort plus les femmes vont oser ETRE des Femmes, la consciente de son inconscience et puis la période que nous traversons, celle de l'androgyne ou le mariage alchimique, la fin de la guerre des sexes intérieure avant celle extérieure, l'inconsciemment consciente parce qu'une fois qu'elle a éclairé ses ombres, cela devient un nouvel automatisme, l'apprentissage coule de source et l'on est juste, donnant à notre inconscient la charge de nous téléguider naturellement en fonction des nouveaux automatismes ou schémas neuronaux que l'on a créés à un moment consciemment. C'est comme apprendre à faire du vélo, cela demande un certain effort conscient à un moment donné et puis ensuite cela coule de source ... et encore mieux, même si l'on ne pratique plus, si l'on a besoin de reprendre le vélo, inconsciemment notre corps nous guide et tout se passe bien et pourtant des chutes et des écorchures on s'en est faites pour apprendre, mais terminado, finish, plus besoin de tomber, on sait !!! et surtout on peut oublier de savoir :) 

 

......................... ben oui il y a des sauts comme ça :) ..................................

 

Pour revenir, dans ce brouhaha de mots qui sortent sans but précis, à ce que je vous partageais bien en amont, après avoir hurlé sur l'autre et les évènements, j'ai fini par vraiment "hurler avec les loups". Je vous l'ai déjà partagé, c'était un cri guttural qui venait des tripes, un cri animal qui, comme sa racine l'indique, signifie cri de l'âme, cri de mon animus, ce masculin intérieur chez la femme ou anima chez l'homme de sa femme intérieure, un cri sauvage, primordial, instinctif, difficile à reconnaître et à entendre pour une femme civilisée, domestiquée, moulée dans l'Eve sortie de la cote d'Adam.... Mais pour Lilith, femme primordiale, diabolisée et présente en chacune de nous par essence, bien avant Eve, c'est un appel, un rappel, une reconnexion. L'hystérie se calme parce qu'il y a reconnexion pour la femme avec sa matrice, avec son utérus et son pouvoir de créatrice de sa vie. Elle reprend sa puissance qui est là, lovée dans ses tripes. Oh bien sûr d'abord elle se révolte, elle fait sa révolution et puis elle se calme. La lutte est aussi un pendant instinctif dont on finit par sortir, ainsi le féminisme est dépassé, même si cette révolte a été bonne pour l'avancée des droits, la lutteuse peut se transformer en guerrière de paix, tout d'abord la sienne puis autour d'elle. Ainsi après ce féminisme, désormais fleurit le Féminin Sacré, qui sort de la lutte pour vivre la complémentarité, la réconciliation féminin/masculin, être/faire et toutes les dualités intérieures et extérieures, pour incarner la Femme que l'on crée par nous "m'aime" et que l'on ne demande pas à l'homme/adam de projeter et modeliser pour nous. Nous refusons de rentrer dans ce moule, quitte à ne pas plaire, ne pas "être bien", ne pas "être convenable" et même ne pas "être aimée" . Combien de sacrifices et de renoncements de soi a t'on fait pour être belle, sympathique, convenable, aimable pour l'autre et répondre aux attentes du modèle en place ????? 

 

Si je viens vous partager tout ceci aujourd'hui, c'est parce que depuis un moment, je suis de moins en moins alignée avec les articles qui "datent" un peu ici sur ce blog, dans mon silence ici, j'ai écris ailleurs, j'ai créé ailleurs, certaines m'ont suivi sur femmealchimiste.com, sur revelessencedefemme.net, d'autres ont rejoint mon groupe privé (nous sommes actuellement 23 femmes) et je vous avoue je ne sais pas encore ce qu'il va advenir de revelessencedesoi.com . Depuis deux ans maintenant, enfin je crois, et récemment une nouvelle relance, j'ai été sollicitée pour le transformer en livre, en y ajoutant tous les textes parus sur mes page fb, mais c'est un travail de titan que je n'ai pas encore eu le courage de faire. Je pense peut être cet été faire ceci on verra ou bien simplement comme la vie est, détruire pour reconstruire. Je sais pour en avoir des retours que ce blog est utile mais finalement il propose, il ouvre, mais va t'il plus loin ?

Je le vois aussi par les commentaires ou bien les petits mots en privé que je reçois, cela ne suffit pas, c'est un bon début mais comment faire dans le quotidien avec ces pistes ???? Pour moi, cela a été une thérapie, l'écriture inspirée me traverse et m'a permis de mettre en mots mes maux, m'a permis aussi de m'apercevoir que je n'étais pas si seule finalement et que nous étions nombreux sur ce chemin vers soi. Cela m'a permis aussi de vivre avec certains de vous des consultations par tél ou skype et même aussi récemment puisque je m'offre simplement en tant que Femme, de donner à des personnes de ma région qui me consultent en live, un aperçu de qui je suis en réalité derrière l'hypnothérapeute, la psychoénergéticienne et la coach intuitive ..... de leur offrir mon intime, la femme, mes vulnérabilités d'un temps, mes forces d'un autre. Ainsi, je leur fais le cadeau de me deshabiller et qu'elles (oui ce sont surtout des femmes) aussi peuvent le faire et oser être ce qu'elles sont déjà. J'incarne pleinement et complètement ce que je suis, je ne me cache plus derrière quoi que ce soit, ni qui que ce soit. Ah oui, on me l'a dit aussi, il ne fait pas pro avec ce papillon à paillettes, ben oui ce papillon s'est déposé sur le blog il y a 5 ans maintenant et puis il n'a jamais décollé et puis un jour pour faire pro j'ai voulu l'enlever et refondre le blog et bien je ne vous dis pas le bor...... , tout était sans dessus dessous, alors j'ai fait retour en arrière et il reste ainsi. Cela demande donc à la personne qui le lit, et si vous êtes encore là, c'est que vous êtes une courageuse, ou bien c'est que cette lettre/article s'adresse justement à vous et personne d'autre, cela demande de lire entre les lignes, de chercher du contenu profond, même caché derrière une apparence qui paraît un peu paillette, cela se mérite ... Je me rappelle encore, avoir échangé avec un "philosophe" très connu, très médiatique et même très beau physiquement, la coqueluche de ces dames qu'apparemment d'après ses écrits et dires, il "défend" et peut être pas si philosophe que cela, allez savoir, qui en fin de compte ne faisait que me proposer la "botte" et me demandait de venir le voir sur Paris et puis derrière les apparences, j'ai voulu lui montrer que je n'étais pas qu'un corps, je lui ai demandé d'aller voir mon blog .... ah ben pas déçue pour le coup !!!! Il a regardé environ 3 secondes, a vu le papillon qui brille et illico est revenu me dire qu'il ne lisait pas les trucs de filles :) ben oui quand même n'est pas philosophe qui veut !! Finalement, il m'a découragée d'aller le rencontrer dans cette immense faveur qu'il paraissait me donner et m'a motivée encore plus à garder l'apparence un peu fille de ce blog, ce qui me pénalise certes mais comment expliquer qu'une éditrice elle, a, je ne sais comment, été lire un texte sous un papillon à paillettes .... Comme quoi,

je vous invite à rester VOUS, quoi qu'il arrive, quoi que l'on vous dise, telle que vous êtes et même dans la séduction que cela soit celle des hommes ou celles de vos clients.

Parce c'est ainsi que cela se retourne ensuite contre nous, vous voulez paraître, vous jouez une image, l'autre fait de même, et puis ensuite environ 3 ans plus tard quand les masques tombent, quand la lune de miel a sonné le glas, il ne reste que la lune de fiel et là la guerre est déclarée. Vous croyiez avoir rencontré un prince ben non c'était un crapaud, il croyait avoir rencontré une princesse, il l'a transformée (et elle l'a fait en complice) en mégère, hystérique, grosse, moche, nulle, bonne à rien et tous les noms d'oiseaux qui piaillent dans le nid ..... et l'un finit par le quitter en pestant tous les diables de cette supercherie ! Alors mieux vaut embrasser un crapaud dès le départ, une apparence qui rebute parce qu'elle est justement l'écho de votre miroir aux alouettes, et puis la supercherie devient magie et là le crapaud se transforme en prince. C'est ainsi que sont vos ombres, moches, rebutantes ou même votre plomb qui deviennent lumière ou or. C'est cela l'alchimie dont je parle tant, c'est de la transmutation. C'est cela la révélation, la révèle essence de soi, ou la révèle essence de femme. Ainsi mon ennemi a été mon plus grand transmutateur, il m'a confrontée à mes ombres et m'a permis de révéler la lumière qu'elles cachaient, mes amis pour la plupart m'ont quittée parce que je leur ai fait peur (il en reste moins que des doigts sur une main mais ce sont des vrais et de nouveaux les remplacent), pour d'autres c'est moi qui ai fait grâce à la vie la séparation et même d'avec des personnes de ma famille, c'est ainsi, les personnes de mon passé qui parfois croisent ma route se demandent qui est cette femme qu'ils ne reconnaissent pas, c'est vrai que parfois on ne reconnait pas les personnes qui déposent les masques parce que l'on a cru que le masque était la personne ..... C'est ainsi que je reçois encore récemment un mot privé de l'une d'entre vous, qui en est là et qui finalement a bien besoin d'un groupe de femmes en chemin pour répondre à son besoin d'appartenance, c'est ainsi que certain(e)s s'arrêtent en route parce qu'ils reçoivent en pleine face le jugement des autres qui ne parlent d'eux que s'ils l'autorisent mais qui en réalité parle de celui qui émet le jugement et non le contraire.

Un proverbe dit qu'il n'y a que la vérité qui blesse, c'est vrai. Parce que si vous vous sentez blessé(e) par ce que l'on vous dit, et pour revenir à la citation de ce début d'article, c'est qu'en vous il y a quelquechose qui vous appartient qui résonne et raisonne vrai,avec ce qui est dit, c'est comme un rappel, un écho qui dit tout haut ce que vous vous dîtes déjà tout bas et cela vous le rappelle et c'est insupportable, cela appuie sur ce que l'on appelle une croyance, vous croyez ceci déjà en vous. Exemple : quand mon ex me disait que j'étais une bonne à rien, une nulle ou même une folle, au début cela me blessait, puis j'ai bien entendu comme c'était insupportable, retourné ceci CONTRE lui, on appelle ceci une projection, c'est rejeter hors de soi ce que l'on ne peut regarder en soi, c'est réactionnel ........... ensuite, j'ai accepté de regarder en moi, ce que j'y ai rencontré c'est ma vérité : je me jugeais déjà dans une voix devenue inaudible parce que répétée chaque jour (environ 60000 fois autant que les pensées) exactement les mêmes mots qu'il me disait et qu'il ne faisait que répéter tout haut en miroir, en écho ..... je suis donc allée rencontrer mon critique intérieur, je l'ai rassuré sur ma valeur que j'ai dû pour ce faire trouver, et sur ma santé mentale que j'ai dû pour ce faire rendre saine en me confrontant à mes doutes et à ce que je jugeais folie .... Puis, la vie a fait qu'un jour j'ai eu un appel de sa part et il a recommencé : bonne à rien, nulle, folle .... et là il s'est passé un drôle de truc, j'ai senti venir du fond de moi, un grand rire, un rire joyeux, un rire qui ne se commande pas, un rire pas moqueur, comme un grand sourire intérieur qui s'exprimait, c'était une des libérations dont je vous parle .... en gros cela disait : mais de qui parle t'il là ? Il en est encore là ? et j'ai su ce jour là que ce n'était plus une vérité pour moi, donc que cela ne pouvait plus me blesser. Il ne faisait que parler de lui, de comment il me percevait, de comment je ne me percevais plus, Ce rire n'était pas là pour le blesser, mais pour me révéler à ma nouvelle vérité et à mes nouvelles croyances illimitantes.... Ce rire est même devenu un fou rire et là, je ris encore en écrivant ces mots, oui ce fou rire a fait qu'il m'a vraiment pris pour une folle, une folle heureuse mais plus une folle furieuse, j'étais décidémment une sacrée bonne à rien et vraiment nulle, tellement que je n'arrivais plus à prendre au sérieux, les critiques fondées et raisonnables qu'il me lançait, quand même cela ne se fait pas de ne plus être blessée par des vérités qui ne sont vraies que pour lui et en lesquelles il croit et heureusement parce que cela m'arrange bien désormais de passer pour folle, bonne à rien et nulle à ses yeux, ainsi il n'y a plus rien à tirer d'une femme comme moi et il me laisse enfin tranquille !!! Elle n'est pas belle la vie ?

Alors voilà un petit exemple pratico pratique de comment faire pour que la vérité ne vous blesse plus. Changez la !!! Ne cherchez à convaincre que vous "m'aime", jamais l'autre, ne cherchez à faire taire que votre critique intérieur, jamais l'autre car après tout chacun a le droit de croire ce qu'il veut, l'idée est de ne pas croire en ce qu'il ou elle dit. Si vous y croyez c'est qu'un jour quand vous étiez petit (e), on vous l'a rabâché, à travers vos profs, vos parents, la société, vous avez fini par y croire ou simplement faire des choses pour prouver que ce n'était pas vrai mais vous l'avez prouvé dans l'apparence aux autres, pas à vous même, vous avez leurré le monde mais pas vous mêmes, vous avez menti en premier lieu à vous. 

C'est ainsi que le bien et le mal se dessinent, que vous vous coupez entre la soit disante bonne personne que vous devez être et la mauvaise personne que vous devez fuir ou enfouir, c'est ainsi que pour être une bonne mère, vous reniez souvent la femme, que pour être une bonne épouse, vous reniez souvent la femme, que pour être raisonnable, vous renoncez aux choix de votre coeur, que pour gagner votre vie, la vie ne vous gagne plus, que pour être aimée, vous n'aimez pas des parties de vous, que vous vous racontez des trucs et que vous finissez par y croire et que quand c'est l'autre qui le dit tout haut, cela réveille vos blessures que vous avez entretenues et nourries par des années d'asservissement et de contrôle intérieur de ce que vous devez présenter pour faire bonne figure que cela soit psychiquement ou même physiquement, notre corps est sous contrôle et que peu à peu vous perdez la maitrise de votre vie. Je parle de vous mais bien entendu, vous l'avez compris de moi aussi un jour .... 

 

Alors voilà, la lettre que je vous aurai envoyée si j'avais encore à ma disposition l'outil que j'utilisais il y a pas si longtemps que cela, quand vous receviez ces longues lettres de moi, comme ça dans votre boîte et qui vous nourrissaient pour longtemps et qui me faisaient aussi un bien fou, qu'est ce que j'aime écrire finalement et ne prends plus le temps .....  Je ne sais toujours pas ce que va devenir ce blog, je laisse la vie en décider, livre ? destruction, reconstruction ? ou alors encore payer pour laisser là ces petits cailloux que j'aime à semer et puis oublier .... je vous avoue que je ne sais pas ... en tous cas une "séparation" se profile ... 

 

Je vous invite donc, si vous avez eu l'impression que je parle de vous, que je vous parle, que je m'adresse à vous, de commencer la migration, et de vous inscrire sur les autres espaces où je vis un peu plus en ce moment. Sur femmealchimiste.com, j'ai crée une liste de femmes (environ 200 pour l'instant) qui déjà ont reçu lors de mon anniversaire l'accès gratuit à mon espace privé pendant plusieurs jours, qui ont reçu aussi récemment une vidéo sur la voie alchimique du tarot que vous trouverez ICI et qui vont recevoir la suite cette semaine sur qui est cette femme alchimiste et quelle voie emprunte t'elle ? Ensuite viendra, l'invitation peut être à une conférence ou encore directement l'accès au programme en pré lancement, c'est à dire à un prix spécial .... puis les portes se refermeront un temps.

Vous pouvez aussi me suivre sur revelessencedefemme, où là je me sens plus chez moi, c'est à dire entre femmes .... plus facile pour les accords qui sont tous au féminin :) et qui s'achemine tout doucement mais sûrement vers ce Féminin Sacré qui transmute le féminin blessé non dans la lutte féministe mais dans la réconciliation, la complémentarité et l'union des forces masculines et féminines en nous, puis autour de nous, qui remplace la rivalité et la fraternité par une sororité et une véritable solidarité féminine bienveillante et sans jugement ..... C'est aussi ajouter une dimension spirituelle à son être, qui n'est pas qu'un bout de matière, qu'une psyché, qu'une machine réactionnelle à émotions, mais bien plus que cela en dehors de tout dogme, la dimension spirituelle touche à votre esprit simplement et les femmes ont le droit aussi d'en avoir un :)

Enfin, outre le programme femme alchimiste, l'espace privé femme alchimiste prem's qui est ouvert depuis 6 mois et se nourrit, les outils que je propose sur revelessencedefemme, j'organise aussi en juillet, un stage en présentiel, co animé par Brigitte Souret, au sein duquel je me ferai un plaisir de vous accueillir là où vous en êtes et comme vous êtes, dans la sororité et si, comme je l'ai reçu aujourd'hui, vous avez besoin de vous sentir entourée par d'autres femmes qui vous ressemblent, qui sont sur une voie d'un Féminin plus épanoui et plus aligné avec ses forces féminines et masculines. C'est une opportunité parce qu'il célèbre justement le Féminin Sacré et marque cette date, que cela soit en densité de contenu, mais également en prix. Il est unique et ne se reproduira plus sous cette forme ... d'autres stages viendront mais s'inscriront dans un processus, pas dans une célébration comme celle ci qui se renouvellera peut être mais différemment en tous cas pas à ce prix et pas sur ce contenu .... (prix spécial 240 euros pour 3 jours au lieu de 300 euros pour vous, merci de me signaler que vous faîtes partie de cette offre spéciale dans le mail que vous m'adressez) . C'est ma façon de fêter le Féminin cette année. Sachez que dans un stage, le contenu compte mais surtout, comme je l'ai vécu moi même, c'est un appel, des synchronicités se mettent en place (et se sont produites d'ailleurs pour l'une des inscrites) et ce que vous allez trouver là bas sera bien plus que du contenu, ce sera une expérience, ce sera une rencontre et cela change votre vie toute entière .... Il reste à ce jour où je vous écris 9 places, l'une est certainement pour vous, questionnez votre coeur et regardez la vidéo que j'ai réalisée (au bas de cet article) il y a quelque temps à ce sujet, bon voyage et peut être à très bientôt.

 

Le monde a besoin de Femmes qui s'engagent sur une voie qui les inspire, de Femmes qui n'ont pas peur de leur ombre mais la traverse, de Femmes qui ne sont ni blessées, ni des survivantes, qui assument ce qui leur appartient, qui se reconnectent à leur vérité, qui ne jouent plus un rôle mais sont juste ELLES et cela suffit amplement. Qu'elles puissent retrouver leurs ailes, aimer leur corps et retrouvent leur puissance, qu'elles soient des femmes debout et marchent le monde qui leur ressemble et les rassemble !

De l'espace de mon coeur et en tout alignement avec ma vérité d'aujourd'hui

En toute sororité, Bien à vous

Ci dessous la vidéo de présentation du stage au Féminin. Pour voir le programme, allez directement sur you tube, il est dans la description de la vidéo. Pour vous inscrire, cela se fait par ordre de demande par mail à revelessencedesoi@live.fr ou par la rubrique contact de ce blog, il reste 9 places ....

Ci dessous la vidéo de présentation du stage au Féminin. Pour voir le programme, allez directement sur you tube, il est dans la description de la vidéo. Pour vous inscrire, cela se fait par ordre de demande par mail à revelessencedesoi@live.fr ou par la rubrique contact de ce blog, il reste 9 places ....

"Ce n'est pas tant la connaissance de la vérité qui nous est nécessaire, c'est la découverte de la voie intérieure qui nous permettra d'en faire l'expérience."

Carl Gustav Jung

Repost 0
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 18:53

 

Les besoins du corps émotionnel


Le corps émotionnel, un des trois corps du plan matériel avec le corps physique et le corps mental, a besoin d'être bien alimenté pour être en santé. Toute carence crée un blocage, ce qui conduit inévitablement à un malaise ou à une maladie dans un de ces trois corps.

Voici un petit test qui vous aidera à reconnaître la façon dont vous alimentez présentement votre corps émotionnel.

1= jamais2= parfois3= souvent4= très souvent5= toujours

1. 

J'ai au moins trois buts très précis: un à court, un à moyen et un à long terme. (Mon but est quelque chose de mesurable ou vérifiable lorsque atteint). 

 

2. 

Je fais des actions régulièrement afin d'atteindre mes buts.

 

3.

Je me considère une personne créative.

 

4.

Je suis optimiste. Quand je désire quelque chose, je peux facilement le visualiser comme déjà manifesté.

 

5.

Je peux espérer la réalisation d'un désir mais sans attendre cela pour être heureux.

 

6.

Je fais confiance à mon intuition sans me laisser influencer par l'extérieur ou par mes pensées.

 

7.

J'ose prendre des risques pour arriver à manifester mes désirs.

 

8.

Je me sens à l'aise facilement lorsque j'arrive dans un nouveau groupe ou un nouvel environnement.

 

9.

Je sens que je fais une différence dans la vie de mes proches.

 

10.

Je prends le temps de me faire régulièrement des compliments ou des cadeaux. 

 

11.

J'ai toute l'affection dont j'ai besoin.

 

12.

Parmi les gens qui m'entourent, je vois facilement leur beauté avant leur point noir. 

 

13.

Quand je fais des achats, je choisis la beauté en premier.

 

14.

Je me sens entouré de beauté dans mon quotidien.

 

15.

Je trouve la vie belle.

 

 

TOTAL:

 

Entre 60 et 75 points : vous nourrissez très bien votre corps émotionnel. Vous vous permettez d'avoir des désirs et vous les réalisez très facilement. Pour créer votre vie, vous utilisez bien votre énergie émotionnelle qui est très magnétique. Vous êtes une personne plus sensible qu'émotive.

     

Entre 45 et 60 points : vous êtes dans la bonne direction. Vous nourrissez assez bien votre corps émotionnel mais il vous manque de confiance en vous-même et en l'Univers. Vous ne croyez pas assez que vous avez le droit de désirer ce que vous voulez et que vous avez tout ce qu'il faut pour le manifester. Il vous arrive d'en douter. Votre tête prend parfois le dessus sur votre intuition et votre senti.

Entre 30 et 45 points : Vous bloquez souvent vos désirs avec vos croyances mentales. Celles-ci prennent trop d'importance dans votre vie. Cela vous fait donc vivre de la colère, de la déception et plusieurs autres émotions engendrées par des attentes non répondues. En ne vous permettant pas de manifester vos propres désirs, vous voulez que les autres y répondent pour vous. Vous devenez donc une personne trop émotive.

30 points et moins : Il est urgent que vous vous fassiez plus confiance et que vous reconnaissiez votre importance. Vous avez le droit d'avoir des désirs et de les manifester comme toute autre personne. Vous êtes une personne trop émotive qui laisse son ego prendre le dessus avec toutes ses croyances du passé. Vous bloquez ainsi votre sensibilité. Prenez le temps de désirer quelque chose et de tout mettre en mouvement pour le réaliser.

On reconnaît un corps émotionnel en santé par la sensibilité d'une personne et non par son émotivité. Être sensible, c'est pouvoir sentir tout en étant observateur de ce qui se passe en soi et chez les autres.

Être émotif, c'est être plus à l'écoute de ce qui se passe dans notre tête, ce qui nous fait vivre des émotions à cause des critiques, jugements et accusations venant de notre ego.

La sensibilité vous aide donc à être plus en contact avec les besoins de votre être qui, par le corps émotionnel, vous permet de connaître vos désirs à partir desquels vous pouvez déterminer ce que vous voulez.  

Un corps émotionnel en mauvaise santé se reconnaît par des malaises physiques dans son système digestif, c'est-à-dire des troubles de L'estomac, du foie, des intestins, du pancréas. De plus, le corps émotionnel ayant un lien direct avec les liquides du corps, il peut y avoir des troubles de circulation, d'enflure, de rétention d'eau, de vessie ou de larmes incontrôlées.

Afin d'avoir une bonne santé émotionnelle, vous devez donc vous donner le droit d'avoir des désirs en sachant que c'est ainsi que vous arriverez à vraiment reprendre contact avec votre Moi profond

Il est vrai qu'il peut arriver que vous désiriez quelque chose qui ne répond pas nécessairement à un besoin de votre être mais ce n'est qu'en l'expérimentant et en assumant les conséquences de votre décision que vous arriverez un jour à le savoir

Voilà pourquoi il est si important d'avoir des buts et de respecter les besoins du corps émotionnel. Souvenez-vous qu'un but est quelque chose de vérifiable. Exemple : faire un voyage, , etc. De plus, vérifiez si ce but est motivé par la peur ou non, c'est-à-dire si vous n'atteignez pas ce but, si votre désir ne se manifeste pas, cela vous occasionne-t-il de la peur pour vous ou pour quelqu'un d'autre?

Ensuite, il est important de faire des actions au moins à toutes les semaines face à ce que vous voulez. C'est ce qui fait la différence entre avoir un but et rêver. Le rêveur ne passe pas à l'action.

Soyez prêt à imaginer du nouveau pour y arriver. Ceci vous aidera à développer votre créativité qui est un autre besoin du corps émotionnel. Aussitôt qu'une idée est suivie d'une décision et d'une action, soyez fier de votre création. La créativité doit être présente dans votre quotidien jusque dans les petites choses.

Gardez toujours espoir face à ce que vous voulez. Prenez le temps de visualiser vos désirs comme étant déjà manifestés. L'espoir qui est un autre des besoins du corps émotionnel vous aide à voir la lumière qui est immanquablement au bout du tunnel.

Avez-vous remarqué qu'aussitôt que vous perdez espoir en quelque chose, cela tue votre désir? Vous vous sentez donc frustré, désénergétisé, abattu et même déprimé car vous savez qu'un désir refoulé, non reconnu vous empêche d'être bien dans votre peau.

Ayez confiance en vous. Aussitôt qu'un désir se forme en vous, tout ce qui est nécessaire à sa manifestation est déjà créé. Il s'agit pour vous de prendre contact avec les moyens de réaliser vos buts et pour cela, vous devez avoir confiance que les moyens existent déjà.

Un moyen pour vérifier votre confiance en vous-même et en tout ce qui vous entoure est votre capacité de vous confier, de vous révéler sans avoir peur de vous faire juger. Cette confiance est un autre besoin du corps émotionnel. Laissez-vous aider, supporter par ceux qui veulent bien le faire. Ne vous isolez pas, n'essayez pas de tout faire par vous-même.

Sachez qu’où que vous soyez, vous appartenez à ce groupe, à cet environnement et qu' il y a sûrement du bon pour vous à cet endroit. Sentez que vous appartenez là où vous êtes. Ce sens d'appartenance nourrit très bien votre corps émotionnel. Si vous ne le ressentez pas, cela peut vous faire sentir très mal là où vous êtes et bloquer ainsi plusieurs de vos désirs.

En développant tous les aspects déjà mentionnés, vous verrez que vous vous sentirez de plus en plus unique.

Beaucoup de personnes attendent des marques d'affection de l'extérieur car elles ne sentent pas assez leur propre importance.  L'affection est un grand besoin du corps émotionnel. Cette affection viendra de l'intérieur de vous., cela ne vous empêche pas d'en recevoir de l'extérieur, mais vous n'en dépendrez plus pour être heureux.


article inspiré de ecoutetoncorps.com

 

Je profite de cet article pour m'adresser à mes chers abonnés:

je n'ai pas publié depuis 2 mois et j'ai beaucoup de retard dans vos commentaires .. comme vous le constatez, je reprends contact avec mon blog et j'ai plein de choses encore à vous partager ... Vous allez donc recevoir votre newsletter très prochainement. Je vous prie de m'excuser, je vous expliquerai mon recul et ma reprise dans la news avec les liens habituels de votre programme ... J'espère que vous avez pu suivre mes publications sur la page facebook de Revelessencedesoi qui apparaissent en direct à gauche sur la page d'accueil, ainsi la coupure n'était pas vraiment là !

Bien à vous et heureuse de retrouver mon blog, c'est comme un retour à la maison !

Elisabeth 

bloomingrose.gif

Repost 0
Published by Elisabeth Rouzier-Bernard - dans GESTION DES EMOTIONS
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 13:25

254.gif 

 

 

 

 

J'avais consacré un de mes tous premiers articles, à cette émotion qui monte en nous quand nous nous sentons blessés ou non respectés. Nous tentons de la contenir et plus nous faisons cela, plus forte est l'explosion (à retardement). Malheureusement, souvent la foudre tombe sur l'autre et le nuage éventré déverse ses flots de paroles blessantes, agressives, ce que peut-être nous pourrions regretter car elles altèrent à la longue la qualité de la relation.

Si cet orage ne donne pas de pluie, que devient le feu intérieur alors ? Il pourrait nous brûler à nous consumer tout entier. Dans mon article  La colère est un langage  , le psychologue Jacques Salomé, propose de l'exprimer, mais pas n'importe comment. Il donne même une vieille recette de sa grand mère pour détourner cette foudre de l'être aimé : sur un coussin ROUGE spécialement prévu à cet effet, sur lequel on peut tout à loisir exprimer sa violence à l'aide d'une raquette de tennis, on montre ainsi à l'autre tout ce que son acte crée en nous de COLERE !

J'ai trouvé dans mes recherches, un article très détaillé, clair et qui propose des clés pour gérer et exprimer sa colère. Je vous le partage ici car il est à mon avis, un outil utile et intéressant à votre épanouissement. Ne prenons pas la colère comme une ennemie mais comme une partie de nous qui a besoin de s'exprimer, alors faisons en sorte que son langage soit canalisé, non violent et que ses mots portent sans donner de maux ni de coups !!


Je vous souhaite une lecture enrichissante pour votre bien ETRE car utiliser cet outil peut vous aider à être mieux :

- en ayant la satisfaction de pouvoir exprimer votre ressenti et vos besoins

- vous respecter et vous faire respecter 

- améliorer la qualité de vos relations

- vous permettre d'être vous-mêmes et ainsi d'oser plus facilement être dans la confiance et l'ouverture de coeur !

 

Coeurdialement,

Elisabeth

 

valcdani-copie-3.gif

Etre en colère ? 
Et pourquoi pas ?


colère

Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise colère. Toute colère est émotionnellement justifiée. La colère est l'émotion mal-aimée par excellence ; viennent ensuite la tristesse et la peur.

Mais pourquoi la colère n'est-elle pas acceptée dans notre société comme une émotion comme les autres ?

Tout d'abord beaucoup d'entre nous faisons aisément la confusion entre colère et violence. A partir de quels critères peut-on dire qu'il s'agit de violence ? Dès lors qu'il y a violence dans les propos : « tu es un salaud ! » « tu es une salope ! ». Dès qu'il y a des objets cassés puis, bien évidemment, dès qu'une personne en frappe une autre.

Une des clefs qui peut vous permettre de ne pas être emporté par votre colère puis par votre violence est de prendre l'entière responsabilité de votre émotion. Pour y parvenir, une seule règle: parler à la première personne « JE » plutôt que le « TU ».

Un simple exemple : vous attendez votre bien-aimé depuis plus d'une heure. Pas de nouvelles, vous fulminez, prête à rugir dès son apparition. Le bien-aimé finit par arriver au rendez-vous et bien évidemment vous explosez: « ça fait plus d'une heure que je t'attends. T'aurais pu au moins me prévenir, me passer un coup de fil !!! Pour qui me prends-tu ? En plus tu joues les mecs surpris ?!! »

Et si vous vous souveniez de ces petits conseils, vous diriez : « Je n'aime pas attendre comme ça sans nouvelles. J'aurais aimé que tu me téléphones, que tu me préviennes de ton retard. Sinon, je suis en colère ; je ne me sens pas respectée ! J'aimerais que la prochaine fois tu me préviennes.»

La colère doit toujours être exprimée ; réprimée, elle se transforme en violence.

Nous n'aimons pas la colère car nous pensons à tort qu'elle ne fait pas bon ménage avec l'amour. Cette conception provient probablement de phrases parentales telles que « Maman ne t'aime pas quand tu es en colère » ; « tu es ridicule quand tu cries… sois une petite fille sage sinon ça va mal se passer ». C'est ainsi que nous ne nous autorisons pas l'expression de la colère dans notre couple par peur de ne plus être aimé.

Dans les milieux professionnels aussi la colère n'a pas sa place, essentiellement pour les femmes. Une supérieure hiérarchique conserverait son autorité même si elle pleure mais la perdrait si elle se mettait en colère. Inversement, un patron ne serait plus crédible s'il rendait sa tristesse visible mais resterait crédible en exprimant sa colère.

Pourquoi se met-on en colère ?

Dès que quelqu'un franchit certaines limites nous avons une réaction instinctive, presque animale: la défense de notre territoire. La colère est alors l'émotion qui se manifeste spontanément. Si notre corps est menacé, si nos proches sont agressés, si notre maison ou notre voiture sont envahies, nous réagissons immédiatement avec colère afin de défendre notre territoire.

Cette colère est saine et indispensable pour notre survie.

Derrière la colère il y a parfois la peur. Peur de ne pas être reconnue, peur des autres, peur de ne pas être respectée, entendue, comprise.

La colère peut aussi être une accumulation de stress qui se décharge d'un seul coup.

Un corps en colère

Que se passe-t-il physiquement lorsque nous sommes en colère ?

L'onde d'excitation de la colère remonte le long du dos et se répand dans la mâchoire (mordre) et les bras (se battre). Le dos se courbe comme pour attaquer.

La colère réprimée va entraîner énormément de tensions dans le dos, les épaules et les mâchoires. La personne aura alors la partie supérieure du dos légèrement incurvée. Le corps d'une cliente colérique est un corps relativement rigide surtout au niveau du dos et des mâchoires. Mais attention aux conclusions hâtives.

Quelle colère ?

Il en existerait trois sortes :

La colère contre soi : dans ce cas il est conseillé de l'exprimer sur le mode de la colère intérieure plutôt que de se ronger et de se culpabiliser.

La colère contre les autres : cette colère est souvent un moyen de s'affirmer ou de se faire respecter. Il peut-être utile de trouver un moyen pour exprimer sans agressivité.

La colère contre le monde, contre la vie : cette colère surgit lorsque la réalité ne correspond pas à ce que nous en attendions. Il est ici conseillé de faire un petit travail de recadrage, de maturité et de découvrir que c'est justement ce qui fait le sel de la vie. Le principal sujet de réflexion sera sur l'inattendu et l'impermance.

La communication non violente – CNV

C'est Marshal Rosenberg, psychologue clinicien américain qui à mis au point cette technique de communication non violente : « CNV ».

Cette technique est surtout efficace pour les personnes ayant déjà accomplit un travail psychothérapeutique et qui ont « brûlé leur propre bois », qui ont déraciné leur colère (d'adolescence, d'enfance…) et qui ont guéri leur enfant intérieur.

Marshal Rosenberg invite à s'exprimer en « langage girafe » plutôt qu'en « langage chacal » :

La première des attitudes serait l'expression de la circonstance qui déclenche la colère. En reprenant l'exemple cité précédemment cela donnerait :

1. facteur déclenchant :

« Lorsque je t'attends au café pendant une heure » (facteur déclenchant)

2. les émotions :

Vous devrez ensuite exprimer ce que vous ressentez : « Lorsque je t'attends au café pendant une heure, je me sens en colère et triste…»

3. les besoins :

Vous pourrez en profiter pour communiquer à votre bien-aimé ce qu'il ne sait pas encore ou qu'il a oublié : « Lorsque je t'attends au café pendant une heure, je me sens en colère et triste car dans mes relations j'ai besoin de confiance … »

4. la demande :

Vous pourriez continuer et bénéficier de la situation pour obtenir certaines choses de sa part comme par exemple savoir ce qu'il ressent : « Lorsque je t'attends au café pendant une heure, je me sens en colère et triste car dans mes relations j'ai besoin de confiance. J'aimerais que tu me dises , juste maintenant, ce que tu éprouves lorsque tu entends cela ?

Comment maîtriser la colère ?

Pour devenir maître en la matière, vous devrez avoir reconnu les événements qui déclenchent fréquemment vos colères.

Pour cela il est utile de remonter dans le temps, avant l'éclat de colère et de trouver le mot, la scène, le signe déclencheur. Ainsi chaque fois que cela se reproduira vous resterez de plus en plus consciente de ce qui se passe en vous. Ensuite vous pourrez trouver pourquoi certains évènements vous mettent en colère. Cela fait-il référence à une blessure du passé ? Quelle croyance erronée ? Quelle peur ?

La phrase magique que vous pouvez dire quand vous sentez que la colère monte, est : « Là, ça va pas, ça m'énerve ! »

Une autre solution consiste à quitter la pièce mais il est préférable d'en avertir la personne avec qui vous êtes en conflit afin qu'elle ne le prenne pas pour un affront : « Je suis en colère, je ne vais pas réussir à parler, je vais dire des bêtises, je vais faire un tour puis je reviens et si tu le veux bien, on parlera… »

Comment recevoir la colère de l'autre

Si la personne en colère après vous devient violente, un seul conseil : vous PROTEGER !

Vous devez fuir ou mettre de la distance entre la personne et vous. Il est inutile de chercher à la raisonner, c'est VOUS que vous devez aider.

Si la personne en est au stade de la violence verbale :

a. Restez centrée sur vous. Ne focalisez pas sur les propos de cette personne. Restez en contact avec vos émotions et pensez à respirer profondément.

b. Dîtes-vous que vous n'êtes pas responsable d'une telle violence. Que, contrairement à ce que dit la personne, vous n'y êtes pour rien.

c. Si vous êtes une colérique, ATTENTION ! Restez calme !

d. « Calme toi », « ça suffit », « tu dis n'importe quoi ». Ces phrases sont à éviter absolument, la situation ne ferait qu'empirer.

Si la personne colérique n'est pas violente, il vous suffit simplement de rester neutre et d'entendre ce qu'elle veut exprimer.

Voici donc quelques conseils qui vous permettront de mieux gérer une cliente colérique ou agressive. Ainsi vous pourrez dépasser vos craintes et ne pas être bloquée par votre peur ou votre propre colère. Vous pourrez immédiatement trouver la solution adéquate, la phrase qui désamorce la situation.

A retenir :

Que faire lorsqu'on est colérique ?

1. Accepter sa colère et être responsable de ses émotions

2. Exprimer autrement sa colère, mais l'exprimer quand même

3. Observer et accepter ses ressentis

4. Trouver les causes inconscientes de la colère

5. Détendre le corps

6. S'entraîner à la communication non violente

7. Et garder le sens de l'humour !!

 

Géraldyne Prévot -Psychothérapeute
www.geraldyneprevot.com/



Repost 0
Published by Elisabeth R. - dans GESTION DES EMOTIONS
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 10:44

4ltaofzd.gifDe joie ou de tristesse, les larmes font du bien. Elles libèrent d'un trop plein émotionnel, il faut accepter de se laisser aller à pleurer. Notre société actuelle juge et sanctionne souvent les larmes, on demande aux enfants de pleurer en silence, "ne pleure pas si tu es un homme" .... moi je dis pleure c'est un bonheur !!

Dans mon cheminement, j'ai beaucoup pleuré, jusqu'à en devenir vide et justement c'est ce vide que j'ai pu remplir de tout ce que je voulais à nouveau .... Voici un texte de méditation et une vidéo s'y rapportant pour vous aider .... à vous maintenant, je vous invite à oser vous lâcher de tout ce que vous avez sur le coeur ou la conscience .... c'est un pur instant de bonheur !

 


 

N'ayez jamais peur des larmes.


La prétendue civilisation vous a rendu très craintif vis à vis des larmes. Elle a créé une sorte de culpabilité en vous.

Lorsque les larmes viennent vous commencez à vous sentir embarrassé. Vous commencez à sentir: "Que vont penser les autres ? Je suis un homme et je pleure ! Cela semble si féminin et infantile.

Il ne devrait pas en être ainsi." Vous arrêtez ces larmes... et vous tuez quelque chose qui se développait en vous.
 
Les larmes sont bien plus belles que tout ce que vous avez en vous, parce que les larmes viennent du débordement de votre être. Les larmes ne viennent pas nécessairement de la tristesse, parfois elles viennent d'une grande joie et parfois elles viennent d'une grande paix et parfois elles viennent de l'extase et de l'amour.

En fait, elles n'ont rien à faire avec la tristesse ou la joie. Quoi que ce soit qui vous remue trop le cœur, quoi que ce soit qui prend possession de vous, quoi que ce soit qui est trop, que vous ne pouvez pas contenir et qui commence à déborder, cela amène les larmes.
 
Acceptez-les avec grande joie, goûtez-les, nourrissez-vous en, faites leurs bon accueil, et par des larmes vous saurez prier.

Par des larmes vous saurez comment voir.

Des yeux pleins de larmes sont capables de voir la vérité. Des yeux plein de larmes sont capables de voir la beauté et la bénédiction de la vie.
 
Les pleurs transpercent votre carapace et libèrent les énergies bloquées. C’est un processus de grand nettoyage et de purification.

Cela nous permet de contacter votre vulnérabilité, de s’ouvrir à l’espace du coeur où l’on peut apprendre à s’accueillir avec tendresse.
 
Donc, dès que vous le sentez... faîtes la méditation des larmes à la maison : mettez une belle musique qui touche votre cœur. Allongez-vous. Faîtes en sorte qu’il n’y ait pas trop de lumière. Fermez les téléphones. Et laissez les pleurs venir...

Tiré des archives de techniques de méditation sur meditationfrance

"Les yeux sont la porte de l'âme, les larmes en sont l'expression, les larmes à l'âme, pas de blâme mais du bien ETRE en SOI " 

Elisabeth 2plumevio-copie-3.gif

Repost 0
Published by Elisabeth R. - dans GESTION DES EMOTIONS
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 00:21

Je parle souvent de bonheur et d'amour ici et même de maladie du bonheur ( AVEZ VOUS LA MALADIE DU BONHEUR ?) alors il faut quand même que je vous parle de haine car cela fait partie du chemin .... Pourquoi aujourd'hui alors que mon blog n'a jamais été aussi lumineux ? Parce qu'aujourd'hui j'ai essuyé la haine de quelqu'un de très proche et reçu des insultes, quelqu'un qui me haira peut être toujours mais je ne l'espère pas ... POUR LUI. Pour moi cela m'importe peu car je sais maintenant que les insultes ne parlent pas de moi mais de celui qui les prononce, elles me donnent la note de vibration de la personne et m'informent de son état d'esprit et du chemin qui lui reste à parcourir, s'il le décide un jour, s'il veut se sauver et arrêter de se détruire. Je le sais, je compatis car moi aussi j'ai traversé ce passage douloureux et j'ai hainé dans la souffrance, oui moi la gentille petite Elisabeth, un jour j'ai été haineuse. J'ai compris que ma haine était en fait manipulée par la personne car elle avait compris que c'est ainsi qu'on détruit les gens. Oui la haine détruit celui qui la ressent et non l'objet de la haine, c'est en fait très pernicieux, la haine n'atteint pas du tout l'objet contre lequel on la lance,ou enfin si ...... car en fait on se haine soi même ..... 

Quand une personne vous manque de respect ou vous insulte, cela vous blesse ... mais pourquoi donc ? Est ce que ce qu'elle dit est la vérité ? Si vous ne vous connaissez pas, si vous manquez de confiance en vous, oui si vous aimez cette personne et lui faîtes réellement confiance au point d'apporter du crédit à ce qu'elle dit, oui vous pouvez finir par le croire, vous dévaloriser et être blessé, puis finalement si cela devient récurrent, sombrer. C'est un peu ce qui m'est arrivé, alors pour ne pas sombrer vous vous révoltez et par défense vous finissez par hair ou répondre dans l'insulte à cette personne. C'est le conflit ou la rupture. Si c'est une simple relation, cela peut vous soulager car elle est peut être toxique et il est sain de savoir se couper de certains membres ... un temps ...pour vous ressourcer puis oublier ...  mais si c'est une relation proche ou intime, ou que cela devient récurrent dans votre comportement attention !!! Il est important de comprendre que vous avez là sur votre chemin l'occasion unique (ou si vous ne la saisissez pas qui sera représentée lol) de comprendre. Il y a à saisir l'opportunité d'explorer la haine dans toute sa dimension, que la souffrance vous fasse comprendre que ce n'est que vous qui vous l'imposez, que vous détruisez tout ce qui vous approche ou l'altérez et que cela est néfaste plus pour vous que pour l'objet de votre rancoeur. Que cela vous fait voir la vie que d'une face, celle de la peur et du négatif, et que cela vous cache toute la beauté de l'autre facette, tout le positif, vos possibilités de bonheur et de soulagement, vos ouvertures plutôt que l'enfermement dans des émotions dévorantes.

Alors vient le temps de la prise de conscience de la nécessité de comprendre et de changer, de prendre suffisamment confiance en vous, pas votre personnalité on s'en fiche, mais de votre intérieur, de vos talents, de vos ressources, de vos qualités et que seul vous êtes juge de ce que vous valez. Si vous pensez que vous valez quelquechose, il est alors temps de grandir et de se dire que finalement on s'accepte, nos défauts, nos faiblesses (qu'on pourra travailler du coup ) mais aussi d'affirmer nos qualités et développer nos possibilités et que personne ne peut en juger, qu'il y a une partie de vous inaltérable et que vous devez vous respecter suffisamment pour vous AIMER et arrêter de HAINER, alors peut intervenir le pardon qui vous libère ( LE PARDON) , vous savez désormais que l'autre a fait quelquechose de mal peut être à vous mais aussi à lui, que l'évènement ne vous est pas arrivé par hasard mais qu'il est peut être nécessaire, que l'autre dans son comportement vis à vis de vous ne fait que PARLER DE LUI, comme vous selon votre réaction vous PARLEZ DE VOUS. Dans un échange d'amour ou de haine, ce ne sont que deux états intérieurs qui s'extériorisent envers l'autre et en nous. Dans l'amour vous faîtes du bien à l'autre et à vous même, vous vous respectez et l'autre avec, dans la haine ou l'insulte ou la jalousie ou je ne sais quoi, vous êtes en train de dire à l'autre, JE NE SUIS PAS BIEN avec moi donc avec toi. 

C'est ainsi qu'aujourd'hui, je sais que je suis guérie, enfin en fin de convalescence et voie de grande guérison, car aujourd'hui, quand on m'a dit "tu n'es qu'une merde", eh oui lol, j'ai pu (pas encore sourire je vous le répète je ne suis pas encore au tip top) mais j'ai pu calmement penser pendant que l'autre insultait (et ne pas répondre dans l'insulte ni baisser mes vibrations au point de me mettre en colère) : mon dieu, le pauvre il en est encore là .... et j'avoue cela m'a fait un petit pincement car c'est quelqu'un de proche, mais ce pincement n'était pas une blessure d'égo, mais une compassion en souhaitant du fond de mon coeur (et mince j'ai oublié ce que j'ai appris au dernier stage énergies, j'aurais dû diffuser l'amour lol, raté mais ce sera pour la prochaine fois promis) et très sincèrement (au moment où j'écris j'envoie des pensées d'amour) du plus profond de mon âme que cette personne s'apaise, et découvre qu'elle ne parle que d'elle et de son état d'esprit, qu'elle s'aperçoive qu'elle se fait du mal en voulant m'atteindre, et qu'elle ressente les limites de sa haine et l'issue favorable qui mène à l'amour de soi, la confiance en soi et le respect de l'autre .... si ce n'est l'amour qui guérit tout !!!!!!!! 

Alors comme rien n'arrive par hasard je suis tombée sur cette petite vidéo, un peu ringarde je sais mais moi j'adore car elle me rappelle mon enfance où j'ai regardé ce film sans vraiment saisir le sens mais où aujourd'hui il prend enfin toute sa dimension, écoutez donc "les routes du Paradis", une vieille série pleine de ressources !!


 La haine n'est pas un bon conseiller. Victoria Wolff 

La haine ne cesse pas par haine, mais seulement par l'amour ; c'est la règle éternelle. Bouddha                                                                       

Se rappeler toujours que d'autres peuvent vous détester mais ceux qui vous détestent ne gagnent pas à moins que vous les détestiez. Et alors vous vous détruisez. 
Richard M. Nixon

La haine est autopunition. Hosea Ballou

Si vous détestez une personne, vous détestez quelque chose dans lui que fasse partie de vous-même. Ce qui n'est pas une partie de nous-mêmes ne nous dérange pas. Hermann Hesse

Dans la haine comme dans l'amour, nous nous développons comme la chose que nous couvons au moment. Ce que nous détestons, nous greffons dans notre âme même. Mary Renault

Haine personne ; détester leurs vices, pas eux-mêmes. J.G.C. Brainard

La haine, qui pourrait détruire tellement, n'a jamais manqué de détruire l'homme qui a détesté et c'était une loi immuable. James Baldwin

Vous ne pouvez pas détester d'autres sans détester votre individu.  Oprah Winfrey

Et pour finir sur une note d'amour, j'ai aimé dans le petit amour, puis me suis hainée moi-même en hainant l'autre, alors pour me sauver, j'ai décidé d'arrêter de me détruire et tout autour de moi, je suis rentrée en amour de moi, de l'autre et inconditionnellement j'ai aimé et suis enfin heureuse. Elisabethimage (5)


Repost 0
Published by Elisabeth R. - dans GESTION DES EMOTIONS
commenter cet article
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 13:31
 3729624935_7a574d9d98.jpgLimpatience est-elle vraiment une fleur ? J'ai reçu un mail de mon ami Bruno, un sage et je vous en reproduis ici la texture, histoire de vous accorder une minute de patience et de méditer ceci , voici ce qu'il m'écrit : 
 J'aimerais vous parler d'une autre qualité
tout aussi indispensable et qui malheureusement
fait terriblement défaut dans notre culture.

De plus l'absence de cette qualité engendre
beaucoup de souffrance, elle est, entre autres,
la cause même de la colère.

Avez-vous deviné de quoi je parle ?

L'impatience

Un des sages indiens que j'ai rencontré
disait :

« La patience ça dure 1mn »

Que voulait-il dire ?

Rien d'autre que ce que dit ce proverbe
Tibétain :

« Quand on fait rapidement, rapidement,
on obtient lentement, lentement.
Et quand on fait lentement, lentement,
On obtient rapidement, rapidement »

N'avez-vous jamais remarqué combien
l'impatience met dans un état d'agitation
tel que nous ne pouvons agir de manière
juste et adéquate ?

L'impatience engendre l'agressivité et
la colère et ces réactions n'accélèrent
pas les choses pour autant. La colère
quant à elle engendre à son tour des
perturbations qui troublent la pensée et
affectent la santé.

Elle aggrave même la situation et crée
parfois de profonds malaises dans nos
relations.

La patience elle nous fait regarder les choses
avec plus de recul, nous permet de préserver
notre calme. De fait nous pensons mieux
agissons mieux et notre santé en est
préservée.

Pensez-y combien de situations, de relations
avez-vous gâché dans votre vie à cause
de l'impatience ?

il ne s'agit pas de se juger mais de faire
le constat que l'impatience crée plus
de désagréments qu'elle n'apporte
de bonheur.

Pensez-y la prochaine fois où l'impatience
vous gagnera.

Pour quel résultat ?
Repost 0
Published by revelessencedesoi - dans GESTION DES EMOTIONS
commenter cet article
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 09:57
En 3 minutes, vous avez une idée claire de ce qu'est le bien être et l'équilibre, ca donne un repère pour y accéder, quel chemin vous reste à parcourir ? Trop d'énergie sans le calme = stressé, trop de calme sans énergie = fatigué, être calme, tout en ayant l'énergie de la vie, bonne proportion pour créer votre bonheur, et surtout toujours garder la lucidité, accepter que certaines pensées négatives ont un sens, pensée positive oui mais attention tout est dans le DOSAGE !!! Alors tous à vos recettes du bonheur et pesez bien les ingrédients, à chacun son petit secret de fabrication !!
Repost 0
Published by revelessencedesoi - dans GESTION DES EMOTIONS
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 13:02

Il existe des méthodes variées pour EVACUER sa colère, ses émotions négatives (souffle, méditation...ou ici le coussin rouge de grand mère à frapper d'une raquette de tennis ...) mais il est important de l'EXPRIMER car c'est un langage, alors comprenons notre colère à quoi elle réfère de frustrations en nous, exprimons là mais pas sur l'autre.... cette vidéo est très intéressante sur le thème de l'émotion COLERE, nous avons le droit d'être en colère .... mais pas n'importe comment ...pas de violence mais de l'expression pour se comprendre et que l'autre comprenne. 

Alors je pense qu'il faut régulièrement évacuer sa colère dans ce cas cela se fait seul, la comprendre et de temps en temps l'exprimer, dans tous les cas ne jamais la garder au fond de soi, ou la cacher c'est une bombe à retardement, le rêve : ne plus avoir de colère .... cela s'appelle la séreinité absolue, mais l'expérience de vie à laquelle les humains sont confrontés n'est pas de tout repos ....comprendre sa colère et celle de l'autre, pouvoir l'exprimer dans un langage décrypté...ne pas la retourner en soi ou contre l'autre... ne pas confondre colère et violence !!

Repost 0
Published by www.revelessencedesoi.com - dans GESTION DES EMOTIONS
commenter cet article

Présentation

  • : revelessencedesoi.com
  • revelessencedesoi.com
  • : boite à outils de développement transpersonnel et d'éveil de l'esprit
  • Contact

Profil

  • Elisabeth Rouzier
  • si tu as déjà tout fait et que ta vie ne te convient pas, fait quelquechose que tu n'as jamais fait !! c'est en te changeant toi même, que tu changeras ta vie !Ne subis plus les évènements, sers toi en, l'obstacle est là pour ça !
  • si tu as déjà tout fait et que ta vie ne te convient pas, fait quelquechose que tu n'as jamais fait !! c'est en te changeant toi même, que tu changeras ta vie !Ne subis plus les évènements, sers toi en, l'obstacle est là pour ça !

 

Chaque jour est un défi pour révéler vos ressources et non un obstacle pour vous faire chuter .....Agir n'est pas ré-agir c'est apporter des réponses , choisissez la RESPONS-ABILITY (capacité à répondre)  -  Vous n'êtes ni fautif ni victime de ce qui vous arrive, vous en êtes tout simplement la source créatrice, c'est un pouvoir et non une faille, utilisez le pour créer votre vie ! - Aujourd'hui, ne vous inquiétez pas - - Aujourd'hui ne vous fâchez pas - - N'écoutez pas la peur et le doute et faîtes vous confiance - Aujourd'hui, bénissez la vie et aimez, faîtes la paix - - Aujourd'hui, vivez, osez ETRE vous-mêmes et agissez dans le PRESENT - - Aujourd'hui, soyez bon avec vous-même, avec les autres, et avec tous les êtres vivants ... n'écoutez que votre coeur et votre intuition  .... merci de votre visite - cherchez ici une réponse, un outil et vous trouverez ou demandez le moi par la fiche contact - Belle et lumineuse journée à vous ! Elisabeth on revelessencedesoi.com .....pour le BONHEUR EN SOI et PAR SOI, choisissez d'être heureux ...  

Soyez les bienvenus dans mon espace ! 
Si vous souhaitez vous ressourcer en lisant l'article du blog, je vous partage une musique puissante ...

Recherche


arobas-copie-1 Je m’inscris ci-dessous à la Newsletter et je suis informé(e) régulièrement 

 

J'envoie aux abonnés des partages qui ne sont pas publiés sur le blog

je noue une relation privilégiée et je respecte la confidentialité, merci de votre confiance

à bientôt !

suivez moi sur :

Ma Page sur Hellocoton

suivez moi sur


 

suivez moi sur :

Suivre revelessence sur Twitter  https://twitter.com/#!/revelessence 

 

 

revelessencedesoi on twitter